• Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2017
    • Arrière-saison

    • Exposition
    • 15.10.17 → 10.12.17
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Aurélie Ferruel et Florentine Guédon, Gilles Le Guennec, Cédric Martigny, Yves Bougeard, Ronan Descottes, Lise Gaudaire

      Aurélie Ferruel et Florentine Guédon

      CLUB

      Entre réalité et fiction, l’univers artistique d’Aurélie Ferruel et de Florentine Guédon réinvestit et réinvente les spécificités sociologiques et esthétiques de traditions françaises ou étrangères. Pour l’exposition Club, les deux artistes ont organisé des entrevues avec des joueurs, des supporters et des fans de clubs sportifs amateurs en Sarthe, Loire atlantique et en Vendée, dans des disciplines sportives différentes telles que le football, le basketball ou le handball. À Bazouges-la-Pérouse, elles sont allées à la rencontre de l’équipe féminine de football. Des contacts avec ces clubs sportifs amateurs de communes rurales est née une proposition inédite pour le Village qui se présente sous la forme d’une installation mêlant sculptures et vidéos, traduisant la vision singulière des deux artistes autour de cet univers..

       

      Yves Bougeard

      AQUARELLES

      Entre 1973 et 1993, la personnalité d’Yves Bougeard et son enseignement ont marqué les étudiants du département Arts Plastiques de l’Université Rennes 2. Lors de ses cours de peinture et de dessin, il transmettait les préoccupations esthétiques et conceptuelles qu’il développait en parallèle dans sa pratique picturale : « Le réel n’est pas donné. Ce que l’on ne voit pas sont tous ces rapports nouveaux qu’établissent les choses entre elles si l’on s’interroge sur leurs cohabitions, hors de l’utilitaire ou de la simple reconnaissance, sans évacuer la sensation reçue*. ». C’est à travers une sélection d’aquarelles que le public est invité à décourvir une partie de son oeuvre à la fois ludique et joyeuse, complexe et empreinte d’une rigueur formelle et intellectuelle.

      * Entretiens. http://yves.bougeard.pagesperso-orange.fr

       

      Ronan Descottes

      CHANGER TOUT EN RESTANT LE MÊME.

      Ronan Descottes a engagé un travail de peinture grâce à sa rencontre avec Yves Bougeard. Ses premières oeuvres, inspirées de son enseignement, représentent un jeu de recouvrement séquentiel d’expressions plastiques antinomiques comme la disparition et l’apparition, l’apparence et la transparence, le faire et le défaire. Depuis, cette idée de mémoire illustrée par l’agglomération de couches successives sur la toile se retrouvent dans des monotypes, technique artistique spontanée et radicale. Les formes empreintées s’apparentent à des fragments de corps évanescents et mémoriaux.

       

      Gilles Le Guennec

      L’ARBRE À BARBE

      La sculpture de Gilles le Guennec est formée d’un tronc de palmier entouré à sa base d’éléments d’une ancienne embouteilleuse étiqueteuse pour le cidre. Ce stipe est retenu par des câbles sur lesquels seront disposés des bibelots le temps de l’inauguration de l’oeuvre. L’arbre à barbe renvoie au mât de cocagne, jeu populaire d’europe et d’amérique du sud dont l’objectif est d’attraper des objets ou de la nourriture suspendus le haut d’un poteau. A travers cette oeuvre, l’artiste traite non sans ironie du rapport ambigu qu’entretient l’homme avec la nature et de son désir de tout posséder.

       

      Cédric Martigny

      LES TERRIENS

      La série photographique Les terriens a été réalisée dans le cadre d’une résidence d’artiste que Cédric Martigny a effectué de l’automne 2016 à l’été 2017. Après son immersion dans l’entreprise Riaux en 2014 et son intervention au foyer de vie dans le cadre du projet Aire(s) de je en 2016, l’artiste a collaboré avec le monde agricole. Il a photographié les gestes du travail que les agriculteurs et les éleveurs du territoire réalisent au quotidien. Une sélection de ses œuvres est présentée sur l’un des murs de la commune, s’ajoutant ainsi au parcours.

       

      Lise Gaudaire

      PAYSAGES MONUMENTS

      Dans le cadre de sa résidence financée par le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine, Lise Gaudaire présente dans la galerie Le petit lieu une première phase de son travail réalisé sur le territoire de Couesnon Marches de Bretagne. Photographies, vidéos et installation illustrent ce premier temps de réflexion autour du paysage rural et de sa transformation, préfigurant une exposition exhaustive qui aura lieu à l’automne 2018.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2017
    • Beaux jours

    • Non classé
    • http://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/©-atelier-polyhedre-1.jpg
    • 25.06.17 → 03.09.17
      Non classé
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Cécile Bellat, Grégory Valton et Camille Hervouet, Gislaine Trividic, atelier Polyhedre, Gwenn Mérel

      Galerie Laizé

      Cécile Bellat (Liz Bastard)

      CE NUAGE-LÀ…

      Dans le cadre d’une résidence mission portée par le centre culturel Jovence de Louvigné-du-Désert et financée par le Conseil Départemental d’Ille-et-Vilaine, l’artiste Cécile Bellat présente une installation dans laquelle les visiteurs sont invités à déambuler dans un monde douillet et feutré, jalonné d’une atmosphère sonore poétique et aérienne. L’artiste propose une promenade intimiste où une mise en scène sensible et contemplative associée à l’univers de l’enfance éveillent nos sens. En parallèle, l’artiste présente au premier étage des travaux plastiques réalisés dans le cadre de cette résidence en collaboration avec des élèves du collège Saint-André d’Antrain et du centre de loisirs de Louvigné-du-Désert. Elle expose des recherches photographiques et sonores inspirées de l’univers de Ce nuage-là…

      Le dispositif est conçu pour 3 personnes avec un départ toutes les 20 minutes.

       

      Galerie Rapinel

      Gislaine Trividic

      CARCASSE #3

      Gislaine Trividic développe un travail artistique autour d’une réflexion sur l’espace architectural et la notion de lieu. Au travers de sculptures, d’installations réalisées in-situ mais aussi de médiums comme le dessin ou la gravure, l’artiste évoque les gestes du constructeur. Elle façonne l’argile et assemble des éléments, les organisent pour créer des structures dépouillées, des habitats possibles, figés, à la frontière de la ruine et de la construction.

       

      Galerie Thébault

      Camille Hervouet & Grégory Valton

      GLISSÉ AMOUREUX

      À partir du fragment d’un discours amoureux de Roland Barthes, Camille Hervouet et Grégory Valton ont imaginé une installation à géométrie variable et entrées multiples : photographies de paysage et de mise en scène du couple, vidéos, collectes de photographies et de plantes, tracés etc. Tous ces éléments qui évoquent un cabinet de curiosités, interrogent les représentations du sentiment amoureux et sa capacité de glissement voire de fusion avec le paysage. Le Village participe à l’édition Glissé amoureux qui est présentée au public à l’occasion de cette exposition. Elle regroupe l’ensemble de leurs recherches réalisées depuis 2009.

      À ciel ouvert

      Gwenn Mérel
      POINTS DE VUE

      Gwenn Mérel présente une oeuvre “domestique” dans les vitrines d’un ancien commerce situé place du monument. Sous la forme de rideaux que les propriétaires de la maison pourront utiliser, elle représente un panorama emblématique de Bazouges- la-Pérouse. Ce paysage complété d’autres éléments significatifs de la commune, caractérise la légère élévation du bourg. Réalisé en broderie, il renvoie également aux techniques ancestrales et aux traditions vestimentaires et décoratives territoriales.

       

      Atelier Polyhedre

      DI DÉ PLA CÉ

      Les céramistes Baptiste Ymonet et Vincent Jousseaume proposent une oeuvre réalisée en lien avec l’une des particularités historiques locales. Lors de la Révolution Française, les habitants ont déplacé des élèments architecturaux de l’église de Bazouges pour solidifier, étayer et décorer leurs bâtisses. C’est cette idée de déplacement que les artistes symbolisent dans Di dé pla cé. Au nombre de dix, les briques rangées sur une étagère attendent patiemment leurs futures migrations vers des espaces vacants sur les murs de la commune.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2017
    • Belle saison

    • Exposition
    • http://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/le-voisinage-des-oppositions.jpg
    • 19.03.17 → 28.05.17
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Nikolas Fouré, Catherine Duverger, Richard Jouy, Alexis Nivelle, Simon Poligné

      NIKOLAS FOURÉ

      Le voisinage des oppositions

       

      L’assemblage, l’accumulation, la répétition et la ritualisation sont les principes fondamentaux qui construisent la pensée artistique de Nikolas Fouré. Ses oeuvres poétisent et transfigurent les sciences de la nature, de l’architecture ou de l’informatique. Ses dessins et ses sculptures jouent d’un perpétuel va-et-vient entre l’infiniment petit et l’infiniment grand. Ces jeux d’échelles renvoient à l’observation du monde et questionne la place de l’individu face à l’univers.

      Dans le cadre des expositions de printemps, l’artiste présente des oeuvres créées en lien avec l’église de Bazouges-la-Pérouse. Partant de son histoire architecturale singulière (à partir du Xe siècle, l’édifice était divisé en deux églises distinctes séparées par un escalier), Nikolas Fouré expose des sculptures et des dessins qui questionnent plus largement les notions de séparation, de jonction et d’opposition.

       

       

      CATHERINE DUVERGER, RICHARD JOUY, ALEXIS NIVELLE, SIMON POLIGNÉ

      La lumière plus ancienne que l’amour

       

      Avant toute chose, avec ou sans nous, avant même l’interprétation de ce que nous appelons «être au monde», jaillit la lumière. Que l’on soit à Bazouges- la-Pérouse, à Bangkok ou à Reykjavik, nos yeux savourent chaque jour la renaissance du monde grâce à sa magie. Les artistes Catherine Duverger, Richard Jouy, Alexis Nivelle et Simon Poligné proposent un parcours dans la galerie Rapinel et la galerie Thébault sous le titre : La lumière plus ancienne que l’amour.

      Catherine Duverger explore le péri-urbain et construit des objets à la fois sculptures proliférantes et relevés photographiques. La perception vacille et le banal devient surnaturel. L’illumination pavillonnaire peut-elle aboutir à l’extase esthétique ?

      Alexis Nivelle a placé au centre de sa démarche artistique une pratique jubilatoire de la peinture sur toile. Ses tableaux méthodiques et facétieux nous invitent à voyager dans une zone incertaine. Entre abstraction géométrique belge et chatoiement lumineux.

      Richard Jouy met en œuvre des matériaux pauvres, hétéroclites et contemporains, formant ainsi des installations précaires. Il ritualise son geste artistique et insuffle aux objets qu’il récupère une énergie nouvelle. Ils deviennent ainsi des fétiches, des objets transitionnels ou des effigies ironiques et drôles de la société de consommation.

      Simon Poligné travaille pour et dans la couleur. C’est une recherche guidée par l’attention à ce qui change sous l’effet de la lumière. Des tableaux-pièges, des espaces domestiques, des livres surréalistes ou des jardins artificiels essaient d’entre-ouvrir un passage à travers la surface.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2016
    • Arrière-saison 2016

    • Exposition
    • http://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/V.Malek_-1.jpg
    • 16.10.16 → 11.12.16
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • VALÉRIE MALEK, FRANCIS RAYNAUD, BABETH RAMBAULT, CAMILLE BONDON

      Galerie Laizé

      VALÉRIE MALEK

      Une œuvre dans mon salon

      Avec une approche à la fois documentaire et artistique, les films de Valérie Malek sont des portraits de vies et des témoignages qui rendent compte du quotidien.

      En 2008, l’artiste a réalisé le film documentaire Ô Pommé, sur la fabrication d’une recette ancestrale du territoire. Cette vidéo rend hommage aux habitants et bénévoles de Bazouges-la-Pérouse qui s’attellent tous les automnes à faire perdurer cette tradition culinaire. Suite à cette première collaboration, Le Village a souhaité réinviter la vidéaste dans le cadre d’une résidence d’artiste qui a débuté en octobre 2015. Au fil des saisons, elle a rencontré, interviewé et filmé les habitants de Bazouges-la-Pérouse sur l’art et sa définition. Film, photographies et captations sonores rendent compte de cette expérience relationnelle.

       

      Galerie Rapinel

      FRANCIS RAYNAUD

      Le musée des trois idiots

      Francis Raynaud agence, associe ou combine des matériaux de récupération et d’objets divers dans des installations proches de la muséographie. Il fige sur des étagères, des socles, des tables ou à même le sol, des fragments du quotidien qu’il érige avec une pointe d’humour et d’ironie au rang de sculptures muséales. Ces allégories du banal semblent sortir d’une étude paléontologique de sa propre histoire. Empreintes, moulages, traces et assemblages constitueraient des indices archéologiques personnels, qui, après prospection, analyse et étude sont inventoriées et catégorisées dans des scénographies archivistes.

       

      Galerie Thébault

      BABETH RAMBAULT

      L’antreberge

      La série photographique Je sors du dehors est emblématique du travail artistique de Babeth Rambault. Satire de l’activité humaine, elle donne vie à des haies soumises à la taille des propriétaires. Ces barrières végétales, contraintes par l’urbanisation, semblent vouloir s’échapper des lames du sécateur et des entrailles du lotissement. Photographier cette nature aux formes grotesques, révéler des réalités saugrenues ou détourner des objets du quotidien, sont pour l’artiste des volontés de plonger le spectateur dans une enquête dont les tenants et les aboutissants semblent échapper au réel. Cependant, ses photographies, ses vidéos et ses installations toujours accompagnées de titres descriptifs et poétiques, reflètent l’incongruité de la vie et dépeignent un monde aliéné aux accents ubuesques.

       

      Espace public

      CAMILLE BONDON

      (se) raconter des histoires

      Pour Camille Bondon le langage apparaît comme les prémices d’une réflexion sur le cheminement de la pensée individuelle ou collective. Éditions, documents, conférences et performances formalisent et produisent des interactions verbales ou gestuelles entre le public et des dispositifs graphiques, participatifs ou de monstration. Ces échanges bilatéraux développent de nouvelles modalités de partage et de mise en commun d’expériences cognitives.

      Dans le cadre des expositions d’automne, elle propose de réactiver (se) raconter des histoires. Le protocole de ce projet artistique consiste à demander à des personnes de décrire une œuvre. Leurs propos sont transcrits et imprimés en noir sur des affiches jaunes présentées dans l’espace public. Elles sont exposées sous la forme de triptyque croisant trois commentaires différents sur le même objet artistique. Ces subjectivités rassemblées qui évoquent l’œuvre physiquement absente incitent le public à poursuivre le protocole en produisant leurs propres images mentales de l’objet artistique décrit.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2016
    • Beaux Jours 2016

    • Exposition
    • http://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Florian-Belleil.jpg
    • 26.06.16 → 04.09.16
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Dans le cadre des expositions d’été, Le village présente quatre expositions où il est question de peinture et de sa propension à bousculer notre rapport à la réalité. Les oeuvres de Florian Belleil et les photographies réalisées dans le cadre du projet participatif « Aire(s) de je » figent des réalités sociales et questionnent les liens étroits qu’entretiennent le pictural et le photographique. Klervi Bourseul et Fabienne Houzé-Ricard représentent des réalités métaphoriques qui illustrent
 à travers des factures délicates et frénétiques la fragilité de l’existence.

      FLORIAN BELLEIL, Foyer de vie(s), galerie laizé

      Florian Belleil présente une série de peintures réalisée au foyer de vie de Bazouges-la-Pérouse dans le cadre d’une résidence d’artiste qu’il a effectué d’octobre 2015 à mai 2016. Réalisées à partir de photographies, les oeuvres racontent et illustrent la vie quotidienne d’un établissement médico-social.

      FABIENNE HOUZÉ-RICARD, galerie Rapinel

      Au rez-de-chaussée et au premier étage de la galerie, l’artiste propose deux séries de peintures et de dessin à l’encre intitulées respectivement « Les nids vides » et « Oiseau ». Telle une entomologiste, Fabienne-Houzé Ricard portraitise avec précision des oiseaux dont la posture et l’allure symbolisent la fragilité et la dureté de la vie.

      KLERVI BOURSEUL, galerie Thébault

      L’univers pictural de Klervi Bourseul est marqué d’animalité dans tous les sens du terme. La facture de ses oeuvres est spontanée et frénétique. De ces univers qu’elle exprime, exhalent des paysages inquiétants et surréalistes où oiseaux et insectes s’agitent et semblent surgir d’un univers apocalyptique.

      CÉDRIC MARTIGNY, Aire(s) de je, espace public

      Le Village expose sur les murs extérieurs de la commune et du foyer de vie de Bazouges-la-Pérouse seize grands formats photographiques. Ceux-ci ont été réalisés par l’artiste Cédric Martigny, 8 habitants et 8 résidents du foyer de vie de Bazouges dans le cadre du projet participatif « Aire(s) de je ». Les photos exposées représentent des binômes théâtralisant des gestes que les participants réalisent au quotidien.

      Nous remercions chaleureusement les passeurs, Marcel Fleury, Maggy Josseaume, Marie-Christine Jouno, Elodie Sachet et Xavier Saint-Mleux, et tout particulièrement les habitants et les résidents du foyer de vie de Bazouges qui ont participé à
 « Aire(s) de je », Aline, Anne-Sophie, Arlette, Baptiste, Chantal, Daniel, Denise, Elodie, Hervé, Jean, Jean-Robert, Manon et Manon, Pascal, Sandrine et Séverine.

      Ce projet a été mené grâce au soutien du fonds de dotation InPACT.Initiative pour le partage culturel et la DRAC Bretagne dans le cadre du dispositif Culture/Santé.

       

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2016
    • Belle saison 2016

    • Exposition
    • http://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/village.jpg
    • 20.03.16 → 29.05.16
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • GALERIE LAIZE

      L’ATELIER DU BOURG, L.L. DE MARS & LOÏC LARGIER

      La Galerie Laizé accueille les productions inédites d’un collectif de graphistes et d’illustrateurs rennais ainsi qu’un duo issu de la bande dessinée contemporaine.
      Au rez-de-chaussée de la galerie, le collectif L’Atelier du Bourg propose une exposition en lien avec l’histoire de Bazouges-la-Pérouse intitulée « Saintüaries dundee ». Dans leur proposition, réalité et fiction s’imbriquent plongeant ainsi le spectateur dans un portrait et une chronique métaphoriques de la commune.Au premier étage, L.L. de Mars et Loïc Largier invite le spectateurs à s’immerger dans une installation narrative éclatée. Leurs pratiques graphiques qu’ils ont choisi de croiser à l’occasion de cette exposition nommée « Carthage », interagissent sur les murs et au sol pour créer un espace original.

      GALERIE RAPINEL

      BLEXBOLEX, J.M. BERTOYAS, MATTI HAGELBERG, LES FRÈRES LEGLATIN, PASCAL MATTHEY, HELGE REUMANN, ROBERT VARLEZ

      L’exposition « Dans les bandes » est une carte blanche à L.L.de Mars : »Il s’agit d’une rencontre exceptionnelle d’auteurs travaillant en Allemagne, en Belgique, en Finlande, en Suisse ou en France, chercheurs et artistes de toutes générations, qui tentent de répondre à cette question illusoirement simple : quelles raisons invoquer et quelles conséquences attendre, pour la bande dessinée, de la sortie du livre et de l’occupation de l’espace ? Ça sert à quoi ? Quel sens ça porte ? Qu’est-ce que ça produit comme nouvelles approches, comme pistes possiblement fécondes, pour la bande dessinée comme pour l’exposition elle-même.

      GALERIE THÉBAULT

      TATJANA DOLL, RAYMOND HAINS, YVAN LE BOZEC, GILLES MAHÉ, JEAN-YVES PENNEC, DAVID SHRIGLEY

      Pour cette exposition, les oeuvres choisies dans la collection du Fonds régional d’art contemporain Bretagne détournent par un jeu de déplacements les codes de l’illustration et du graphisme urbain et publicitaire.

      Le Fonds régional d’art contemporain Bretagne a été créé par l’État et le Conseil régional de Bretagne en 1981. Il a pour mission principale de constituer une collection d’art contemporain en région. Aujourd’hui il est riche de 4800 œuvres dont il assure la diffusion à l’échelle régionale, nationale et internationale.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2015
    • Arrière-Saison 2015

    • Exposition
    • http://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/David-Droubaix.jpg
    • 18.10.15 → 13.12.15
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • David Droubaix, “Les Heures”
      A partir de récits, de faits divers et d’évènements liés à la politique, la culture ou la science, David Droubaix réalise des installations où réalités factuelles et fictionnelles s’interfèrent. A travers ces oeuvres, l’artiste questionne la société de l’image, où le faux et le vrai, le virtuel et le réel s’interpénètrent et entrainent un monde équivoque.
      Dans le cadre des expositions d’automne, David Droubaix présente une installation inédite qui combine photographies, objets liés au patrimoine breton et dispositif muséal. En partenariat avec le Musée de Bretagne.

      Olivier Lemesle, “X”
      Rectangles, grilles et motifs récurrents constituent l’alphabet plastique de l’artiste qu’il reformule et éprouve inlassablement sur des supports aux textures et aux formats différents. Il applique également un principe de relecture à quelques-unes de ses peintures qu’il transfert sur des petits formats  pour faciliter le stockage et le transport. Il adapte ainsi les oeuvres à la taille de l’espace d’exposition. Par la relecture et l’adaptation aux questions matérielles, Olivier Lemesle développe de nouveaux concepts. Il inclut à son univers pictural de nouvelles pratiques comme le carnet et le pliage.

      Yuna Moret, “Dérive”
      Yuna Moret associe différents médiums et techniques dans des installations où fiction et réalité se croisent. Gravure, peinture, dessin et volume communiquent. Ils constituent des parcours qui invitent le spectateur à appréhender la notion de territoire dans sa dimension la plus large.
      “Dérive” est un projet amorcé en 2010. A travers cette exposition ludique et imagée, l’artiste questionne le territoire comme espace géopolitique où l’homme et son désir insatiable de conquête transforme en permanence le monde.