• méandres
    • 2021
    • déplacements

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_monde_2020.jpg
    • 23.07.21 → 23.07.21
      Rencontre
      méandres
    • En écho à l’exposition Faire un monde, méandres vous propose un moment de conversation parmi les œuvres avec Virginie Gautier.

      Virginie Gautier s’attache aux lieux pour parler des corps, cherche des approches, se nourrit du paysage, trace et emmêle des lignes.
      Elle étudie en école d’art puis développe une pratique artistique autour des questions d’espace, de perception et de déplacement qu’elle poursuit aujourd’hui en dessinant et en écrivant.
      Elle est publiée aux éditions du Chemin de Fer, Joca Seria, et Publie.net ; et codirige chez ce dernier éditeur la collection L’esquif/poésie.
      Après avoir enseigné les arts visuels, elle est engagée dans la recherche-création en littérature. Docteure en « Pratique et théorie de la création littéraire », elle est chargée de cours et d’ateliers à l’université de Cergy-Pontoise et dans divers lieux d’enseignement et de formation.

      Nous partagerons ensuite un apéritif gourmand !

    • Le Bon Accueil
    • 2021
    • Julien Grossmann, The Ripple Effect : Kokin (…) Slendro

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/JGrossmann-ACB.jpg
    • 08.07.21 → 30.07.21
      Exposition
      Le Bon Accueil
    • The sound installation “Kokin (…) Slendro gahter” the main issues that run through Julien Grossmann’s works feed by ethnomusicology and the relationships between music, power and identity.

      The artwork, six rotating sound dioramas, invites us to travel the world through the six main musical scales, each represented by a small island placed at the center of a vinyl record. On the six LPS, six different musical pieces composed and played by the artist on a synthesizer taking up one of the six musical scales and the tone of a traditional instrument. Each instrument piece is not in real concordance with landscape it is presented with. Julien Grossmann uses here music as a cultural landmark, a geographical marker. Through this sound and visual dioramas the artist plays with our perceptions and representations of the faraway, what is exotic. An imaginary itself colonized by the colonial heritage, that Julien Grossmann offers us to explore.

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • DIALOGUE entre Claude BRIAND-PICARD, artiste et Louis DOUCET, critique d’art.

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/ARA-BLEU-IMG_3019_light.jpg
    • 08.07.21 → 08.07.21
      Conférence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Jeudi 8 juillet 2021 20h30
      Abbaye de Saint-Jacut  
      Entrée libre sur inscription sur le lien suivant

      “La couleur et son rôle dans la peinture constituent, depuis des siècles, un enjeu de déchirements entre deux armées campant sur des positions antithétiques, un extrême étant défendu par Poussin, l’autre par Delacroix. Claude Briand-Picard renvoie ces deux points de vue dos à dos en ne faisant plus de l’acte de peindre, comme il l’a été pendant des siècles, une pratique de recouvrement d’une surface mais une démarche expérimentale de collecte et d’assemblage. Il renie ainsi, d’emblée, toute velléité d’identification. Il s’inscrit dans la démarche initiée par Duchamp, empruntant matériaux colorés et formes élémentaires au monde de la grande consommation ou à celui de l’industrie. Dans cette démarche, essentiellement ludique, qui enchaîne, non sans une certaine dose d’humour et d’ironie, appropriation, détournement puis réhabilitation – voire transfiguration – du banal, il définit un autre mode de relation du corps de l’artiste à l’œuvre en gestation. Il altère et redéfinit également, de façon tout aussi radicale, la relation du spectateur à l’œuvre, l’engageant dans une démarche inverse de celle de l’artiste : de la délectation visuelle à la prise de conscience de la banalité des matériaux constitutifs.”
      Louis Doucet

      Claude BRIAND-PICARD
      Né en 1946, il vit et travaille à Paris et Saint-Armel (Morbihan).
      Claude Briand-Picard se comporte comme un héritier des mouvements de l’abstraction américaine et européenne des années 70, notamment de Supports-Surfaces, un héritier qui en aurait soldé les aspects théorisants pour ne retenir et ne développer que deux de ses composantes essentielles : la relation du corps de l’artiste et du regardeur à la peinture, et la libération de la couleur et de la forme de leurs carcans traditionnels.

      Louis DOUCET
      Louis Doucet mène de front, depuis près de 50 ans, une activité de dirigeant de grandes entreprises du secteur privé, de collectionneur d’art contemporain, d’enseignant, d’écrivain, de commissaire d’expositions, de critique d’art, d’éditeur de livres d’art et de conseil auprès de plasticiens.

      Galerie Rejane Louin
      Cynorrhodon – FALDAC

    • GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • 2021
    • Nikolas Fouré, Sommes ciel

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/com-sommesciel.jpeg
    • 03.07.21 → 27.07.21
      Exposition
      GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • Like birds, we are bipedal and aerial. Like the ground on which we rest, we inhabit the sky, the atmosphere is our environment. Compared to the horizontality of our territories and their cartographic representations, the sky always seems virgin, above and extended, an unattainable and common immensity. Yet it is quite constructed, measured, conquered and traversed.
      We move and communicate, in part, by crossing the air by plane but also via electromagnetic waves (radio, telephony, wi-fi). After the conquest of our atmosphere by these technologies (and more generally by industrialization and carbon-based motorization), the constellations of satellites are now invading low Earth orbit (located just above our thin atmospheric film) to sweep the surface of our globe ever more efficiently and feed the clouds that aggregate our masses of data. Our conquest of oil but also of other resources takes us to the other side, to descend more and more deeply into the deep geological layers. Ground and sky have never been so connected, so interdependent, but more and more distant.
      The Galerie des Petits Carreaux, buried but lit with zenithal light, paradoxically stirs up our relationship to the above. In this folded space, my proposals combining gestures and patterns, will construct possible stories: connect the tiny scale to immensity, repeat gestures like raindrops, collect empirical and fictitious data, draw vertical horizon lines , map the blue of the sky, build atmospheric representations ...
    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Replay

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Replay.jpg
      Exposition Replay au Phakt - Centre Culturel Colombier
    • 30.06.21 → 30.07.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Atelier d’enseignement de projet d’architecture

      Suite à des ateliers encadrés par les enseignants Vincent Jouve et Pauline Marchant auprès d’étudiants de Licence 3 de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne, le projet s’intéresse à la transformation d’un fragment urbain dont la situation est représentative des problématiques contemporaines d’habiter dans un centre ville. Les réflexions menées dans l’atelier intègrent la prise en compte d’un héritage urbain et la formalisation d’une stratégie de reconquête par l’espace public et le logement qui génèrent de nouvelles conditions d’habiter.

       

      En partenariat avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • La villa en court – 3 WE de cinéma

    • Projection
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/image4-e1622543853707.jpg
      Xi Chen - The Six
    • 26.06.21 → 27.06.21
      Projection
      La Villa Rohannec’h
    • Projections cinéma, série de courts métrages d’animation et expérimentaux à la villa Rohannnec´h 3 week-ends de projection cinéma à la villa et dans le parc, les 26-27 juin, 28-29 août et en novembre 2021. Au programme : des courts métrages d’animation et expérimentaux inédits, choisis par Paul Wenninger, artiste associé à la villa, à travers les dernières sélections des festivals d’Europe. Et une installations multimédia de l’artiste Julian Palacz.

      Les samedi 26 et dimanche 27 juin : séances à la villa à 15h, 17h, 19h et 21h. Jauge réduite (en raison de la situation sanitaire). Les samedi 28 et dimanche 29 août : séances dans le parc sous chapiteau, à 18h et 21h.

      En novembre : dates à confirmer.

      GRATUIT.
      Public : adultes. Sans réservation, la villa vous accueille dans la limite des places disponibles !

    • Lendroit éditions
    • 2021
    • Rencontre avec Antoine Giard

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/capture-decran-2021-03-26-a-153332.jpg
    • 25.06.21 → 25.06.21
      Rencontre
      Lendroit éditions
    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Workshop enseignement supérieur (MEM Arras), autour de la médiation du patrimoine et de la transition écologique et sociétale

    • Workshop
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Créditphoto_MEMArras.jpg
      MEM Arras
    • 07.06.21 → 10.06.21
      Workshop
      La Villa Rohannec’h
    • La villa Rohannec’h accueille pour une semaine de création le Master en apprentissage en alternance pour les métiers du musée. Une formation collaborative, professionnalisante, transdisciplinaire et itinérante. Les 22 étudiantes sont accompagnées par Isabelle Roussel-Gillet et Serge Chaumier, scénographe et muséologue. Semaine de travail découpée en 2 temps de travail individuels puis un temps de travail sur des sujets de transition écologique et de société et l’engagement des publics en lien avec la villa Rohannec’h.

    • 40mcube
    • 2021
    • Margaux Janisset

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_margauxjanisset_3_web.jpg
    • 24.05.21 → 11.07.21
      Résidence
      40mcube
    • Through the experience of color, light or touch, Margaux Janisset’s work explores the practice of painting in different forms. The artist plays with space and the temporality of the gaze, proposing a sensitive experience of painting. Sometimes on paper or notebooks, she extends her work into in situ interventions and inserts itself into the architecture. In the words of the artist, she thus develops a site-responsive rather than site-specific practice. The works are not separated from their process of realization and the conditions of their presentation.

      The architectural context is the starting point of Margaux Janisset’s work. It determines an ambiance, an atmosphere, a climate. She intervenes in exhibition spaces, but also in interstitial spaces (a corridor, a window). The architectural elements are the supports, the points of support of gestures and colors. Her interventions make body to the architecture, and she tries to reveal, to unveil, the lights, the shadows and the traces, the textures, the imperfections of the walls. By relying on what is already present, she acts with the space, accompanies its movement, and seems to collaborate with it.

      By discreet and light gestures, at the limit of the perceptible, appears an uncertainty between what is already there and the interventions of the artist. Guided by sensations, she induces a floating specific to each place, a tone. Her interventions are clues, scattered tracks that react with the space to leave room for intervals and give importance to the void that participates in the rhythm of the whole. The time stretches and allows to reveal the nuances, the colors appear and disappear in a perpetual movement of coloration and discoloration.

      Margaux Janisset proposes an experience of space, light and time and focuses on their permanent changes. She invites the viewer to adopt a floating, airy look. The discretion of certain paintings participates in a space in movement where each change becomes an event. It is no longer a matter of looking at the work from a distance, but of inhabiting it, of living a moment in its presence.

    • Les 3 CHA
    • 2021
    • Eric Vassal, Dessus / Dessous

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/20181024_153815_NB.jpg
    • 22.05.21 → 04.07.21
      Exposition
      Les 3 CHA
    • Roundness and reflection.

      The cloud, a real divine symbol in the history of art, is, dreamlike and contemporary, shaped in Dessus / Dessous. The three-dimensional sensory installation that the artist offers is made up of a thousand balloons, inviting you to find your head in the clouds and in the vault thanks to a mirror that can make the Hall of Mirrors at the Palace of Versailles blush. It is about living a playful, poetic and perhaps a little unsettling stroll in this cottony and soft universe. Take care, the top literally blends into the bottom!

      Eric Vassal is a multidisciplinary artist since his work has developed through a constant exchange between sculpture, painting, printmaking and photography. He first worked as an illustrator for prestigious newspapers such as Le Monde and Le Figaro before entering the visual arts. For his installations, he of course reflects on the link that the work has with space, but he also takes into account the fact that the latter becomes collective through the presence of the public and its journey.

    • L’Œil d’Oodaaq
    • 2021
    • Oodaaq Estival, a summer of nomadic and poetic images

    • Atelier
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/52-2.jpg
    • 21.05.21 → 27.05.21
      Atelier
      L’Œil d’Oodaaq
    • 120 artistes de diverses nationalités, à retrouver sur le programme

      In May 2020, the 10th Oodaaq Festival should have taken place, an anniversary and retrospective edition that wanted to highlight 10 years of video programming. First canceled, then postponed and finally rethought: the Oodaaq Festival loses its F to become “L’Estival Oodaaq, a summer of nomadic and poetic images” (Estival means summery or summer-like). We regret the impossibility of meeting again, but we hope to compensate a little by a season rich in artistic proposals, which will be visible in the partner venues and in the Lieu gallery in Rennes successively.

       

      With the Estival Oodaaq, you will be able to discover one after another, between May 21 and July 27, the 4 seasons program, retrospective presenting 100 favorite videos of recent years, a selection of works from the call for projects launched in 2020, exhibitions, image-making workshops, residences and an outdoor projection.

       

      Find all the information on the website https://www.loeildoodaaq.fr and on Facebook https://www.facebook.com/LŒil-dOodaaq-785050491626215

    • Les Moyens du Bord
    • 2021
    • Yuna Amand, Dasson

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/visuel-Dasson-YunaAmand.jpg
      Dasson Yuna Amand
    • 17.05.21 → 27.06.21
      Exposition
      Les Moyens du Bord
    • L’association Les Moyens du Bord a convié Yuna Amand à intervenir dans le cadre d’un projet d’éducation artistique et culturel (EAC) co-construit avec l’école publique bilingue du Poan Ben à Morlaix.
      À partir d’une sélection d’oeuvres de l’artothèque des Moyens du Bord, ils ont déterminé ensemble un univers sonore en lien avec ces dernières.
      Dans la découverte de la bidimension de cet art imprimé, et de la tridimension du son, comment pouvons-nous créer des interactions ? À partir de la création de paysages sonores, comment peut-on exprimer des sensations, des émotions?

      Plus d’information sur l’exposition sur le site des Moyens du Bord, ICI.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de création : Julie Vacher

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/JulieVacher4.png
      Julie Vacher
    • 03.05.21 → 02.07.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • Julie Vacher, diplômée des Beaux-Arts de Lyon en 2013 et du Fresnoy-Studio National des Arts Contemporains en 2018, analyse, interroge et met en scène les rapports d’interprétation et de transformation entretenus par les humains et les non-humains avec leurs environnements. Le champ de ses expérimentations s’étend de l’imaginaire écologique au fantasme sanitaire en passant par l’univers du travail. Via un travail d’écriture, elle explore le langage et son oralité, dont elle relève la poétique et les mécanismes de construction à travers le son, la vidéo, l’automatisation ou encore le web. Ancrés dans le réel, ses récits sont spéculatifs et hybrident le documentaire et la fiction expérimentale, le naturalisme et l’artificiel, le faux-semblant et les néologismes. Dédiés à une expérience collective, ils se cristallisent en exposition sous forme d’installations agissantes.
      La réalisatrice Julie Vacher profitera de sa résidence à la villa Rohannec’h et dans la baie de Saint-Brieuc pour terminer l’écriture et réaliser le tournage de son film Chimère song.

    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Archives Publiques

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/ArchivesPubliques.jpg
      Exposition Rennes - Phakt Centre Culturel Colombier
    • 01.05.21 → 20.05.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Archives publiques est une exposition éphémère d’images anciennes du Colombier installées sur un parcours traversant le quartier :

      • 20 affiches collées directement dans l’espace public, dont les images proviennent des Collections du Musée de Bretagne.
      • Chaque affiche est accompagnée des crédits photographiques et d’un QRcode renvoyant à une google maps qui géolocalise les affiches dans le quartier.

      Le projet est en partenariat avec, notamment, la ville de Rennes et le Musée de Bretagne.

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Mathilde Geldhof et Alexandre Luu, artistes en résidence

    • Rencontre
    • 12.04.21 → 03.07.21
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Mathilde Geldhof, Alexandre Luu

      Les Ateliers du Plessix-Madeuc vous invitent à découvrir le travail de Mathilde Geldhof  et Alexandre Luu, en résidence jusqu’au 3 juillet 2021.

      Mathilde Geldhof 

      Née en 1988 à Reims, elle vit et travaille à Paris. Elle est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Paris en 2014. 

      Alexandre Luu

      Né en 1987, il vit et travaille à Paris. Diplômé en 2015 de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris.
    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Home Movie

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/HomeMovie.jpg
    • 06.04.21 → 29.05.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Corentine Le Pivert et Nicolas Gérot

      HOME MOVIE  est le titre de l’exposition dans laquelle sont présentés les fragments d’un film intitulé Colombia …

      Entre le lieutenant Columbo, prince des séries TV, et Colomba, héroïne de Prosper Mérimée, en passant par la navette Columbia ou la société de production du même nom, …
      Corentine Le Pivert & Nicolas Gérot nous invitent à découvrir une fiction mystérieuse aux allures d’étrange promenade urbaine.

    • Le Carré d’Art
    • 2021
    • Aux étoiles le poids de la terre. Juliette Agnel, Émilie Houssa

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/DSCF1547.jpg
    • 31.03.21 → 19.06.21
      Exposition
      Le Carré d’Art
    • Juliette Agnel (photographies), Émilie Houssa (texte)

      Invitée en résidence durant l’été 2020, Juliette Agnel a œuvré de nuit pour mieux voir ce qui reste caché. Comment voir dans le noir, ce qui nous entoure – la nature, la ville, et la perméabilité entre les deux ? La photographe a pris le temps, elle s’est autorisée des pauses longues lui permettant de dévoiler peu à peu  les éléments obscurs d’une cité qui se révèle sous de nouvelles formes durant les mois de confinement. Entre les habitats plongés dans le silence et le retour  insolite de la végétation, elle a produit des images puissantes où tout n’est plus que surface, réceptacle des ombres.

      Émilie Houssa de son côté a fait cueillette de mots, de sensations, d’images, pour rédiger une nouvelle dont le protagoniste est un peintre de nuages, un cueilleur de nuées qu’il reporte sur les murs qu’il trouve au gré de ses pérégrinations. Les paysages de Juliette Agnel reconstruits entre jour et nuit, sont, pour elle,  supports de fiction. Ce sont des lieux magiques et poétiques, qui laissent le temps d’arriver à pas feutrés, d’entrer dans la pierre, d’éprouver le poids de  l’espace et  le frisson du temps, de construire un monde.

      Aux étoiles le poids de la terre fait l’objet d’une publication aux éditions Contrejour.
      L’ouvrage d’art sera disponible en librairie à partir de fin mars 2021.

      Partenariat avec l’association L’art à l’ouest, dans le cadre du programme Territoire rêvé Bretagne :

      Au bout de la Bretagne prend fin l’Europe occidentale. Cette situation, ouverte sur la mer et tendue vers d’autres horizons, imprime l’identité bretonne et ses  territoires, elle relie ses paysages et ses habitants à la manière d’un port d’attache, mi-terre, mi-mer, ancrage réconfortant en même temps que matières à   utopies. C’est ici, depuis cet « espace tangible » que s’imagine Territoire rêvé Bretagne, un programme triennal de résidences, qui offre à six artistes – trois  photographes et trois écrivains – d’explorer librement la géographie des lieux traversés pour créer une œuvre poétique qui capte quelques rêves, relie le visible et l’invisible sans oublier d’interroger les interstices et les marges. Avec Aux étoiles le poids de la terre, Chartres de Bretagne, située en lisière de Rennes, est la  seconde ville après Saint-Malo à accueillir ce programme avec les photographies de Juliette Agnel accompagnées d’une nouvelle d’Émilie Houssa, Sinon les  nuages.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2021
    • Belle saison

    • Exposition
    • 21.03.21 → 30.05.21
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Olivier Garraud, Pascal Pellan

      Olivier Garraud

      LA CONVERGENCES DES FORMES

      Dans sa pratique Olivier Garraud oppose un style graphique sobre et enfantin emprunté aux coloriages, à la bande dessinée et une ligne éditoriale acerbe, critique proche des slogans de journaux satiriques. La plupart de ses œuvres sont répertoriées à L’Office de dessin, une forme de cabinet que l’artiste a imagine et créé en 2016. Il regroupe une collection de séries de dessins dans laquelle il pioche au grés des lieux d’exposition où elles sont montrées.

      Dans ses expositions, les phrases chocs côtoient dessins et sculptures illustrant un monde en noir et blanc qui met en exergue l’absurdité de la société et ses incohérences. A travers des scénographies immersives, l’artiste pousse les visiteurs à se questionner sur leurs propres contradictions. Il les invite à prendre part aussi aux sujets qu’il soulève comme notamment l’écologie, l’éthique et la politique. Derrière un esprit provocateur cher à nos caricaturistes, la liberté d’expression d’Olivier Garraud montre à quel point le monde actuel, binaire et manichéen, noir ou blanc, comme la gamme chromatique qu’il utilise, laisse peu de place aux débats philosophiques et constructifs.

      Dans le cadre de son exposition à la galerie Laizé, l’artiste poursuit ce travail autour du stéréotype et de l’image onomatopéique chère à la bande dessinée. Un langage universel dont le message instantané et direct va à l’essentiel. Le cliché poussé à l’extrême est ainsi pour l’artiste une façon d’aller droit au but. Le proverbe “Il n’y a pas de fumée sans feu” correspond à cet esprit sans équivoque formalisé par la série de sculptures Signaux noirs. Ces objets à la fois sculpturaux et graphiques représentent une forme commune à tous : le nuage de fumée noire. Ce symbole de l’industrie polluante, dont les volutes nauséabondes sont provoquées par la négligence humaine, se diffusent bien au-delà des territoires urbains. Les œuvres renvoient en quelque sorte à des phylactères en trois dimensions qui illustrent la déliquescence.

       

      Pascal Pellan

      RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE

      et les élèves de la section ferronnerie
      du lycée professionnel du Mont Chatelet de Varsy.

      Artiste pluridisciplinaire, Pascal Pellan pratique la peinture, l’art sonore et la performance. A partir de ces différents médiums, il réalise des œuvres aux formes multiples inspirées notamment d’arpentages effectués dans des paysages urbains ou ruraux.

      Dans le cadre du vernissage des expositions de printemps, l’artiste présente la pièce Rencontre du troisième type. Cette œuvre conçue sur le principe du tourniquet a été réalisée en collaboration avec des élèves de la section ferronnerie du lycée professionnel du Mont Chatelet de Varsy. Elle raconte une histoire sonore, celle d’un palmier qui tente de communiquer avec une parabole.

    • Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • 2021
    • 1 2 1 2 1

    • Exposition
    • 13.03.21 → 26.05.21
      Exposition
      Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • Norman Dilworth

       

       

      Norman Dilworth is interested in the phenomenon of numbers. His choices have a purely abstract basis, no reference to nature, although his finished works often give reason for associations in this sense. He humorously refers to it as “the nature of things”.

      Norman Dilworth concentrates on simple mathematical rows, ascending or descending, inclined, angles of a precise degree etc. Yet the result is confusingly complex and mostly difficult to explain. His favorite materials are wood, stained black. Also, in his recent work, he uses for example traditional steel combined with stainless steel, and even string. The original color of the material plays an essential role in most of these new wall sculptures.

      The solo exhibition “1 2 1 2 1” celebrates the 90th birthday of the English sculptor who has been exhibiting since 2004 at the Oniris gallery in Rennes and at contemporary art fairs in Paris and internationally.

    • Les Moyens du Bord
    • 2021
    • Megamix, David Renault et Mathieu Tremblin

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/MEGAMIX_Carton__VFINAL-RECTO-1.pdf
    • 20.02.21 → 24.04.21
      Exposition
      Les Moyens du Bord
    • David Renault et Mathieu Tremblin alias Les Frères Ripoulain

      Les Frères Ripoulain est un duo d’artistes français formé à Rennes en 2006. David Renault est né en 1979, il vit à Écouan (près de Paris) et travaille en France. Mathieu Tremblin est né en 1980, il vit à Strasbourg et travaille en Europe. David Renault et Mathieu Tremblin se sont rencontrés en 1999 à l’université à Rennes et ont formé à l’issue de leurs études en arts plastiques le duo les Frères Ripoulain en 2006.

      En solo ou en duo, ils privilégient des formes de créations contextuelles.

      Tel des travailleurs de la voirie, ils explorent et réalise des enquêtes de terrain sur les relations entre urbanité et urbanisme. Ils rendent compte de leur travail et observations par le biais d’espaces de consultation inspirés des bureaux d’étude.

      David Renault et Mathieu Tremblin œuvrent dans les espaces en jachère de la ville et développent des protocoles d’action urbaine autour des notions de contre-façon, d’abandon et de dégradation, d’expression autonome et spontanée, de langage cryptique et de désobéissance civile.

      Vendredi 19 février 2021 de 14h > 19h : Inauguration de l’exposition avec visites privées en compagnie des Frères Ripoulain (Sur réservation)

      Samedi 20 février 2021  de 14h > 18h : Visites privées en compagnie des Frères Ripoulain  (Sur réservation)

      Mars 2021 : Rencontre Débat en visioconférence, avec Les Frères Ripoulain + Guests (Sur inscription)

      Visites commentée de l’exposition tous les jeudis à 17h30

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Portes ouvertes dans les ateliers d’Ymane Chabi-Gara et d’Iwan Warnet

    • Rencontre
    • 20.02.21 → 20.02.21
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Ymane Chabi-Gara, Iwan Warnet

      Rencontre avec Ymane Chabi-Gara et Iwan Warnet, artistes en résidence à Saint-Jacut-de-la-Mer.
      L’occasion de découvrir leurs recherches artistiques et les œuvres qu’ils réalisent.

      Samedi 20 février 2021
      10h00- 13h00 et 13h3-17h30
      Sur RENDEZ-VOUS 

      Entrée libre (accueil selon le protocole sanitaire en vigueur)
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
      Résidence SNCF 1 rue de Dinan à Saint-Jacut-de-la-Mer
       
    • RESIDENCE COLLECTIVE : Astérismes, avec Anaïs Touchot commissaire d’exposition Chiens, humains et autres partenaires
    • 2021
    • Résidence collective : Astérismes, avec Anaïs Touchot commissaire d’exposition Chiens, humains et autres partenaires

    • Non classé
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Astérismes_CréditPhoto_AnaïsTouchot2-e1622544646851.jpg
      Astérismes photo Anaïs Touchot
    • 17.02.21 → 27.02.21
      Non classé
      RESIDENCE COLLECTIVE : Astérismes, avec Anaïs Touchot commissaire d’exposition Chiens, humains et autres partenaires
    • Julie Béasse, Reda Boussella, Elise Carron, Francesco Finizio, Charlotte Khouri, Vincent Malassis, Anouchka Oler et Pauline Uguen.

      L’association de production et de diffusion d’art contemporain finistérienne Astérismes propose chaque année à un artiste d’organiser une exposition dans le fort de Combrit (29). Cette année leur résidence s’est déroulée exceptionnellement à la villa Rohannec’h.
      L’artiste plasticienne Anaïs Touchot s’est entourée de : Julie Béasse, Reda Boussella, Elise Carron, Francesco Finizio, Charlotte Khouri, Vincent Malassis, Anouchka Oler et Pauline Uguen. Ensemble, ils ont créé et présenté (du 1er au 25 mars à l’école des Beaux Arts de Saint-Brieuc) l’exposition « Chiens, humains et autres partenaires ».
      Exposition en coproduction avec le Centre d’Art Contemporain Passerelle (Brest)

    • 40mcube
    • 2021
    • Ariane Loze, Utopia

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_arianeloze_1.jpg
    • 12.02.21 → 07.05.21
      Exposition
      40mcube
    • The title of Ariane Loze’s exhibition at 40mcube includes her two films Utopia and Mainstream (1). Based on the same directing concept, the artist plays several characters and several voices that take turns being heard.


      The first film is shot in an architectural environment purified by a serene blue color, in which the artist walks alone, dressed in a yellow coat that creates a luminous contrast. In this beautiful but desperately empty space, her text sounds like a speech with a prophetic tone that turns into an exchange between several characters supposedly gathered in this contemporary agora, and which can be distinguished by a change of hairstyle, an accent, an intonation. They talk about democracy, vital needs, collective representation, the common good, difference, changing things, breaking out of a mold, and finally: imagining a utopia.

      The movie turns off and on the left wall of the exhibition space appears the first image of Mainstream. Darker, in ochre and grey tones, it takes place during a dinner where several people take turns speaking in a conversation that looks more like a succession of intermingled monologues than a real exchange. Here, too, a whole vocabulary is deployed, punctuated by numbers and English words in assertions full of certainties, in a tone of advice that sounds more like injunctions. It’s about managing a team, about success, about strategy to achieve it, about a way of life to survive the pressure. A few elements make it possible to identify an activity that would result from this language, such as duck breeding or culture. The characters change subtly along the film, their clothes evolve and their attitude too, and the discourse full of dazzling cynicism ends with a very liberal acceptance of the disappearance of the figure of the boss. Appearing as a glimmer of hope, this last idea opens the way for Utopia, which takes over by starting again on the main wall of the exhibition space.

      Thus in the reunion and looping of these two films, which find their own place and their own time in a common space, two opposites that are only the reflection of the cohabitation of different worlds come together. The two languages extracted from any context become metalanguage and resonate all the more powerfully as we observe them today through the prism of the health and social crisis we are experiencing.

      Without Manichaeism, the choice of naming the exhibition Utopia rather than Mainstream points, however, to a desire to privilege collective and democratic values, even if this discourse may appea rof blatant disembodiment in our society.

      Anne Langlois

      1. The dominant ideas or ways of doing things used by most people.


      2. Utopia was shot in the installation Eurotopie by Traumnovelle and Roxane Le Grelle, presented in the Belgian pavilion at the Venice Biennale of Architecture in 2018.

      Ariane Loze is represented by Michel Rein (Paris, Brussels).

    • Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • 2021
    • Renc’art Christophe Desforges et Guy Prevost, Fausse piste

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Photo-Guy-ACB.jpg
    • 06.02.21 → 06.02.21
      Rencontre
      Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • Christophe Desforges et Guy Prevost

      Les Renc’arts sont des visites accompagnées qui vous invitent à prendre le temps de découvrir la démarche des artistes et leur processus de création. Il s’agit d’un temps d’échanges convivial, ouvert à tous.

      Christophe Desforges et Guy Prevost seront présents pour cette rencontre.

      Entrée Libre – 17h

       

    • Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • 2021
    • Forsythia, Lilac And Geranium

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Couv.jpg
    • 04.02.21 → 25.03.21
      Exposition
      Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • RAFFAELLA DELLA OLGA, CAMILA OLIVEIRA FAIRCLOUGH & ELSA WERTH

      LE CABINET DU LIVRE D’ARTISTE PRÉSENTE :

      RAFFAELLA DELLA OLGA, CAMILA OLIVEIRA FAIRCLOUGH & ELSA WERTH
      “FORSYTHIA, LILAC AND GERANIUM”

      EXPOSITION 4 février . 25 mars 2021
      COMMISSARIAT Raffaella della Olga, Camila Oliveira Fairclough & Elsa Werth
      COLLECTIONS Archives de la critique d’art, Archives des artistes, BU d’Angers,
      Centre des livres d’artistes, CLA

      EXPOSITION SANS PUBLIC, OUVERTE SUR RDV SELON LES CONDITIONS SANITAIRES.

      Le CLA est heureux de réunir, pour la première fois, trois artistes de la scène éditoriale contemporaine : Raffaella della Olga, Camila Oliveira Fairclough et Elsa Werth. Outre la présentation de leur production imprimée respective, elles ont choisi de convoquer la figure de Mary Ellen Solt (1920-2007), artiste américaine dont les travaux de poésie concrète entrent en résonance graphique et conceptuelle avec leurs propres publications et dont l’incontestable actualité contribue à maintenir le lien entre des générations d’artistes.


      Depuis près d’un an, le Cabinet du livre d’artiste est soumis aux restrictions imposées par la pandémie. Dans ce contexte, de nombreuses expositions ont été fermées ou annulées. Pour celle des trois artistes, prévue de longue date, il a été décidé de maintenir l’événement, en admettant d’exposer sans public. Dès lors, cette exposition, livrée à elle-même le temps de sa propre tenue, doit pouvoir trouver un autre mode d’existence, du storytelling aux imprimés qu’elle a et va générer. Ainsi, le carton d’invitation et le journal de l’exposition seront diffusés comme à l’accoutumée, les cartels et fiches de salle seront répartis dans l’espace d’exposition et reproduits en ligne, des photographies de l’accrochage seront réalisées et accessibles sur notre site internet et surtout, la conception, le transport, l’accrochage, le contenu, l’inauguration, la documentation et la médiation autour de cette exposition seront transposés et rendus par l’intermédiaire d’une publication d’artistes, conçue et réalisée collectivement par les trois plasticiennes. Prolongeant l’exposition dans l’espace de la page, la publication fonctionnera à la fois comme un catalogue de leurs imprimés, précisément réunis au CLA, et un livre d’artiste hybride construisant un dialogue d’images. Ce livre-exposition est donc à considérer tant comme une pièce appartenant à cette dernière que comme l’unique manifestation concrète de cet événement fantôme.
    • Le Carré d’Art
    • 2021
    • Alexa Brunet, Beads and brickdust

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/alexa_brunet_NOLA-21.jpg
    • 29.01.21 → 24.03.21
      Exposition
      Le Carré d’Art
    • “Les superstitions font partie de notre folklore, rares sont ceux qui en soupçonnent la richesse, et plus rares encore ceux qui y croient. Pour ma part, les croyances populaires m’inspirent, de par leur incongruité et leur poésie. Dans une série précédente, Abrégé des secrets, qui explore des superstitions françaises, j’ai eu le sentiment de découvrir une langue presque morte, avec ses variantes locales, son vocabulaire, qui évolue et parfois s’éteint, en même temps que disparaissent ses locuteurs. Les mettre en scène, c’est l’occasion de les faire revivre, pour en fabriquer des images contemporaines. Mes photographies, questionnent leur statut et la réalité de pratiques non rationnelles, interrogeant autant les « secrets » de la nature que ceux de la nature humaine.

      Dans la continuité de ce travail, je poursuis cette exploration des croyances, dans des régions où elles cohabitent avec la modernité. La Louisiane a cette particularité d’avoir d’abord été une colonie française aux 17ème et 18ème siècles. Les premiers colons européens à s’y être installés étaient des Français, paysans, parias, filles de petite vertu, ils apportèrent avec eux leurs coutumes et leur religion souvent mâtinées de superstitions. Celles-ci furent très vite enrichies par les apports des différentes populations d’esclaves africains et créoles ; ceux-ci débarquant souvent avec pour seul bagage les rites de leur pays d’origine. Alors qu’en France les croyances populaires n’ont guère évolué depuis deux siècles, elles ont en Louisiane eu tout le loisir de se mélanger et d’acquérir leur typicité. Toujours vivaces, elles sont aujourd’hui un des piliers de la culture locale. Leur survivance et leur transmission m’ont portée vers cette région si distincte du reste des Etats-Unis, où le surnaturel, dans une certaine mesure, fait partie du quotidien.

      Dans cette série de photographies intitulée Beads and brickdust (perles et poussière de brique, ingrédients qui entrent dans certaines recettes), j’ai choisi d’illustrer les croyances de la Nouvelle-Orléans, ville multiculturelle s’il en est, au folklore particulièrement riche et imagé. Ici, chacun s’arrange avec les aléas de la vie et tente d’en influencer le cours, jadis pour éloigner loup-garou et ouragan, provoquer des transports amoureux, favoriser les récoltes ou honorer les esprits, aujourd’hui pour chasser les fantômes d’une maison, avoir de la chance au jeu ou prédire l’avenir.

      Prenant pour périmètre le quartier métissé de Bywater, j’ai proposé à ses habitants d’interpréter de façon très personnelle un rituel qu’ils pratiquent, ou qu’ils ont choisi par affinité. Dans cette série, j’illustre le lien qui unit les membres des différentes communautés à leurs objets, leur maison, leur quartier, aux éléments et au spirituel. Je m’attache ainsi à donner corps à ces rituels étranges, parfois drôles ou poétiques, tout en soulignant l’héritage culturel d’une ville américaine aux histoires multiples.” Alexa Brunet

      Série réalisée avec le soutien de l’aide à la photographie documentaire du CNAP et du New-Orleans Art Center.

    • L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2021
    • Raphaëlle Peria, Ariditatis et inundatio

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/R_Peria-Epecuen-techniques-mixtes-20-x-30cm-2019-web.jpg
    • 29.01.21 → 18.06.21
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • A travers des photographies quʼelle prend lors de ses voyages, Raphaëlle Peria fait du souvenir lʼune de ses inspirations premières. D’un moment vécu, d’un sentiment ressenti, d’une rencontre inattendue, elle livre au spectateur un instantané déjà loin. Plus loin encore, car l’artiste se laisse le droit de les oublier avant de commencer à les travailler.

      En attaquant la matérialité de la photographie ou de la plaque de cuivre, Raphaëlle Peria efface, préserve et révèle ce qui lui semble important. Elle tente de figer par la déformation de ses souvenirs personnels, un instant de notre mémoire collective, un fragment de notre Histoire qui sans cesse se réécrit.

      A L’aparté, Raphaëlle Peria présente un travail basé sur un voyage en Argentine dans la ville d’Epecuén, qui questionne les ravages sur l’environnement causés par l’exploitation touristique d’un lac salé. Le sel, symbole du développement de cette ville, devient un fléau pour sa population. Dans ce nouveau projet, l’artiste fait du sel un matériau à part entière, venant altérer les plaques de cuivre ou simuler le dépôt de sel laissé par les eaux.

    • LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • 2021
    • ART EXHIBITION : VISIONS D’AFRIQUE

    • Visites commentées
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Visuel-visites-commentées-des-expos.jpg
    • 16.01.21 → 24.07.21
      Visites commentées
      LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • 2021
    • Christophe Desforges et Guy Prevost, Fausse piste

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Photo-Guy-ACB.jpg
    • 15.01.21 → 20.03.21
      Exposition
      Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • Christophe Desforges et Guy Prevost

      L’un et l’autre pratiquent le dessin. Ce qui les réunirait aussi serait l’intérêt pour les images, celles qui proviennent de mondes enchevêtrés appartenant à la littérature, au cinéma, à la peinture, des histoires lointaines et proches. Le paysage serait éventuellement un thème sur lequel ils se retrouveraient. Pourtant beaucoup de choses les opposent formellement, l’un choisira l’opacité de la pierre noire, l’autre la transparence de la couleur et de la cire

    • LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • 2021
    • Visions d’Afrique

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/le-comoedia-espace-art-galerie-brest-exposition-visions-d-afrique-pierre-bodo-almighty-god-bodo-fils-shula-mosengo-1.jpg
    • 15.01.21 → 24.07.21
      Exposition
      LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • 13 Bis, Abou Traoré, Benjamin Deroche, Bienvenu Nanga, Chéri Chérin, Didier Ahadji, Euloge Glèlè, Bodo Fils, Franklin Mbungu, Fred Ebami, Géraldine Tobé, Gopal Dagnogo, Jean-Bernard Susperregui, Jean-Yves André, Kifouli Dossou, Kouka Ntadi, Kwame Akoto dit Almighty God, Leslie Amine, Loïc Madec, Marc Piano, Mounia Youssef, Pierre Bodo, Shula Mosengo, Soly Cissé, Thomas Godin, Vincent de Monpezat, Wabi Dossou, William Adjété Wilson, Idole & Divine

    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Macula Nigra, Playground

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/CARTON-PHAKT-e1608286238417.jpg
      Exposition Playground de Macula Nigra
    • 09.01.21 → 20.02.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Playground, ce terme évoque à la fois l’aire de jeu, mais aussi par extension le terrain de jeu de l’artiste. A partir de formes universelles et géométriques, Macula Nigra questionne la part d’enfance qui ne nous quitte jamais vraiment. La pratique formelle de l’artiste rejoint celle de l’enfant, dans une posture d’architecte, jouant sur les échelles afin de déployer cet imaginaire dans un espace réduit.

      A l’origine de nos premières expériences visuelles et motrices, il y a les formes et les couleurs. Ces éléments que nous manipulons dès l’enfance ne nous quittent pas si facilement à l’âge adulte. Cette réminiscence amène Macula Nigra à considérer le graphisme et l’architecture comme des jeux de construction ludiques.

      Macula Nigra développe une pratique de l’image imprimée et de l’édition, créant des univers utopiques (ou dystopiques) via un travail de collage et d’associations d’images, provenant de sources iconographiques hétéroclites.

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Ymane Chabi-Gara et Iwan Warnet, artistes en résidence

    • Résidence
    • 06.01.21 → 31.03.21
      Résidence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Ymane Chabi-Gara, Iwan Warnet

      Les Ateliers du Plessix-Madeuc vous invitent à découvrir le travail de Ymane Chabi-Gara  et Iwan Warnet, en résidence jusqu’au 31 mars 2021.

      YMANE CHABI-GARA

      Née en 1986 à Paris, elle vit et travaille à Montévrain. Elle est diplômée de l’Ecole des beaux-arts de Paris en 2020.

      IWAN WARNET

      Né en 1996, il vit et travaille à Brest.
      Il est diplômé de la Haute Ecole des Arts du Rhin en 2019.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de recherche et de création en milieu scolaire avec Eric Le Vergé alias Yuri Cardinal au Lycée Le Dantec (Lannion)

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/IMG_6992-300x157-1.jpg
      Yuri Cardinal au Lycée Le Dantec
    • 01.01.21 → 30.06.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • « Cogito, ergo sum » (je pense, donc je suis), Descartes, Discours de la méthode, 1637. Peut-on penser ou créer à partir d’internet ? Les flux de l’information continue répétitive qui inondent les réseaux sociaux sont-il compatibles avec le temps de la réflexion ou celui de la lecture ?

      Cette année, la villa Rohannec’h est partenaire d’un projet d’Education Artistique et Culturelle en lien avec le lycée Le Dantec de Lannion et l’artiste-plasticien Yuri Cardinal. Une première pour la villa, qui affirme un des axes forts de la politique départementale : le soutien à l’éducation artistique et culturel sur tout le territoire.

      Afin de favoriser la rencontre entre les jeunes et l’art, le lycée Félix Le Dantec et sa professeure d’Arts Plastiques Marie-Line Nicol ont souhaité accueillir au sein de l’établissement, le plasticien Eric Le Vergé en résidence de création, de janvier à juin 2021. Pendant six mois, les lycéens (les 1ères et terminales option Arts Plastiques) collaborent avec l’artiste et leur professeur autour de la question de la plasticité des images numériques. L’artiste quimperois Eric Le Vergé est ainsi accueilli depuis le mois de janvier 2021, au cœur du lycée : deux jours par semaine, sa présence favorise les échanges avec les élèves. Les adolescents côtoient l’artiste et peuvent échanger sur sa démarche artistique. Parallèlement, il a mené une série d’ateliers avec les 1ères et Terminales option arts plastiques et les a accompagné dans une démarche de pratique artistique avec production individuelle.

      Le projet « LEGO ERGO TWITTO » ou comment le flux d’information peut devenir objet artistique
      “A la recherche d’un nouvel espace de travail à la croisée de l’intérêt que je porte à l’art, à l’information et à internet, j’ai entrepris en janvier 2014 sous le pseudonyme/projet Yuri Cardinal, un work in progress consistant à expérimenter artistiquement au sein du contexte internet donné par le réseau social Twitter […]. ” (Eric Le Vergé). C’est ainsi que l’artiste présente son travail et c’est dans cette perspective qu’il entreprend sa résidence en milieu scolaire au lycée Le Dantec. « Peut-on penser ou créer à partir d’internet ? Les flux de l’information continue répétitive qui inondent les réseaux sociaux sont-il compatibles avec le temps de la réflexion ou celui de la lecture ? » Autant de questions qui habitent le travail d’Eric Le Vergé et qui rencontrent l’univers des adolescents, grands utilisateurs des réseaux sociaux. Un travail qui doit amener les élèves à se questionner et à travailler à partir des flux d’images Internet, à les détourner et les positionner dans les espaces publics du lycée.

      La démarche d’Eric Le Vergé, artiste plasticien
      Le plasticien est présent sur le réseau social Twitter, sous le pseudo Yuri Cardinal, où il est possible de voir ses créations numériques. Il twitte des citations issues d’ouvrages traitant d’art, d’information, d’écologie ou d’Internet qui se retrouvent dans le flux puis, métamorphosées en images par une capture d’écran, sont injectées à nouveau dans le réseau mondial pour être de nouveau prélevées dans la toile en un dernier geste d’« arrêt sur flux ». Ces citations (références et auteurs crédités) s’installent in fine dans leurs nouveaux lieux de dialogue et d’interaction que sont les divers espaces pédagogiques et lieux de vie du lycée.

      Pour en savoir plus sur la démarche artistique :

      • L’artiste tient un journal numérique de résidence et publie très régulièrement sur son fil Twitter ses créations.
      • Blog de résidence : http://residence.blog-lycee-ledantec.fr/category/yc2021/

      Enseignante référente : Marie-Line Nicol, professeure d’Arts Plastiques.
      En partenariat avec la Villa Rohannec’h à Saint-Brieuc.
      Avec le soutien de la DRAC Bretagne / Ministère de la culture, de la Région Bretagne, du Conseil départemental des Côtes d’Armor et du Lycée Félix Le Dantec.