• méandres
    • 2021
    • Annabelle Amoros — rencontre & projection

    • Projection
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_2021_amoros.jpg
    • 16.10.21 → 16.10.21
      Projection
      méandres
    • Rencontre avec Annabelle Amoros autour de ses précédentes réalisations, un avant-goût du travail à venir sur le territoire des monts d’Arrée.
       

      « Annabelle Amoros est un drôle d’oiseau. Elle travaille dans une ruralité fantasmagorique, crée des univers comme des nids, visite ceux des autres et y arrête le temps puis s’efface. Sa vision de ces morceaux de vie, à priori assez morne, lui permet de transformer, sans avoir « l’air d’y toucher », chaque habitant en personnage de premier plan. On sent toute sa bienveillance et même son admiration pour ces petits mondes de la campagne dont elle est elle-même le fruit. » (Cyrille Putman)

       

      Les vidéos d’Annabelle Amoros sont des temps d’immersion, des explorations sensorielles, par les images et le son, mais surtout le hors-champ. Elles sont empreintes de mystère, d’étrangeté, portées vers la féerie et le fantasque. Elle envisage les monts d’Arrée comme le terreau d’un univers métaphorique, dont, peut-être, l’Ankou serait le filigrane, dans un monde bien actuel…

       

       

      Dans le cadre de l’exposition ce qui nous lie — restitution des résidences de création dans les monts d’Arrée de Juliette Agnel & Anne Desplantez — focus sur les résidences passées et à venir organisées par l’association Poésie et pas de côté — éditions isabelle sauvage.

    • 40mcube
    • 2021
    • Guillaume Pellay, Temps des moissons au lieu des moissons

    • Performance
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_guillaumepellay_paysage_4.jpg
    • 16.10.21 → 16.10.21
      Performance
      40mcube
    • Temps des moissons au lieu des moissons is part of Guillaume Pellay’s exhibition intitled Blé on show at 40mcube from september 24 to december 18, 2021. The performance brings together Sarah Blumenfeld, Thomas Delahaye, Louis Deschamps, Guillaume Pellay, Solène Robert et Lina Schlageter for a caloric effort necessary for the caloric accumulation. It summons comedy, ballad, camera eye, realism, rock and dance, redeploying sources and constitutive elements of the exhibition: geese, Catherine Ringer and Marcia, lust, landscape gaze or heat.

      Saturday, October 16, 2021 – 3 pm

      Performance presented as part of
      TELL ME | Performance and radio event
      16.10.2021, 3 PM – 11:30 PM

      TELL ME explores an art scene that combines pop culture and abstraction of forms.
      TELL ME 2021 focuses on the emerging scene in Brittany.

      Program: soap opera, stress&objects, switchboard operators, unbearable songs, magic, weightlessness, stories&drinks, dreamy and vaporous R’n’B, computerized languages.

      TELL ME is a project of the Frac Bretagne, the museum of fine art of Rennes, La Criée centre for contemporary art and 40mcube centre for contemporary art.

      With DUUU* Radio, Morgan Azaroff, Mathis Berchery, Emilien Chesnot, Guillaume Pellay, Francis Raynaud, Rubie, Alisson Schmitt and Anaïs Touchot.

      40mcube
      3 PM to 3:45 PM | Guillaume Pellay

      Museum of Fine Arts
      4:15 PM to 4:15 PM | Morgan Azaroff
      From 5:00 PM to 5:20 PM | Francis Raynaud

      Frac Bretagne
      6 PM to 10 PM | Anaïs Touchot
      7:30 PM to 8 PM | Emilien Chesnot
      8:00 PM to 10:30 PM | Mathis Berchery
      9:00 PM to 9:20 PM | Alisson Schmitt
      10:30 PM to 11:30 PM | Rubie

      Continuous radio show in Le Canyon du Frac Bretagne and listening on www.duuuradio.fr
      In partnership with the Maison de la poésie – Rennes and with the support of the City of Rennes.

    • méandres
    • 2021
    • Arabat — projection & lecture

    • Lecture
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_2021_cranskens_claeys.jpg
    • 09.10.21 → 09.10.21
      Lecture
      méandres
    • – 16h : projection du film Prises de terre (2019, 1h55)
      – 18h30 : lecture d’extraits d’Arabat par Sophie Hoarau (comédienne, dès lors)

       

      Arabat, le livre et ses deux films, Prises de terre et Au-Delà de Nous, de Élodie Claeys & Caroline Cranskens, interrogent le collectif, les lieux de résistance ou de révolte des monts d’Arrée à Notre-Dame-des-Landes en passant par les ronds-points des gilets jaunes, comme autant de cellules vivantes, d’histoires de vies qui entrent en résonance et en contradiction avec les aspirations et les colères du présent.

       

       

      Dans le cadre de l’exposition ce qui nous lie — restitution des résidences de création dans les monts d’Arrée de Juliette Agnel & Anne Desplantez — focus sur les résidences passées et à venir organisées par l’association Poésie et pas de côté — éditions isabelle sauvage.

    • méandres
    • 2021
    • Frédérique de Carvalho — lecture

    • Lecture
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_2021_carvalho.jpg
    • 02.10.21 → 02.10.21
      Lecture
      méandres
    • Lecture par Frédérique de Carvalho de son livre Barque pierre (éd. isabelle sauvage, 2020) avec la compagnie Caméléon (Sophie Chénet et Bénédicte Jucquois — voix, flûtes et structures Baschet).

       

      Frédérique de Carvalho a fait de Plounéour-Ménez, et des paysages alentour, son pays d’attache. « La lande aura dressé / la table » d’écrire, et « la bogue hérissée de l’instant / est posée sur la table ». L’instant est fait des rencontres humaines, animales et géographiques, qui font de l’écriture un à-vif, « lieu soustrait » d’espace et de désir.

       

       

      Dans le cadre de l’exposition ce qui nous lie — restitution des résidences de création dans les monts d’Arrée de Juliette Agnel & Anne Desplantez — focus sur les résidences passées et à venir organisées par l’association Poésie et pas de côté — éditions isabelle sauvage.

    • méandres
    • 2021
    • Juliette Agnel — rencontre & dialogue avec Yann Gilbert

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_2021_agnel.jpg
    • 01.10.21 → 01.10.21
      Rencontre
      méandres
    • Rencontre avec Juliette Agnel et le géobiologue Yann Gilbert autour du livre L’invisible (éd. isabelle sauvage, 2020).

       

      En ethnologue-photographe, Juliette Agnel a arpenté les monts d’Arrée en compagnie de Yann Gilbert, ressentant les énergies cosmiques, telluriques, l’énergie des hommes, l’histoire des lieux, la mémoire des roches, pour dresser une sorte de conservatoire du vivant sous un prisme esthétique, déploiement d’un paysage imaginaire indicible.

       

       

      Dans le cadre de l’exposition ce qui nous lie — restitution des résidences de création dans les monts d’Arrée de Juliette Agnel & Anne Desplantez — focus sur les résidences passées et à venir organisées par l’association Poésie et pas de côté — éditions isabelle sauvage.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de création, Latifa Laâbissi et Manon De Boer, «Ghost Party»

    • Résidence
    • 27.09.21 → 03.10.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • Résidence artistique pluri-disciplinaire avec la performeuse Latifa Laâbissi et la vidéaste néerlandaise Manon De Boer. Ghost Party est un projet artistique en deux parties, une performance et un film (dont l’intention n’est pas de filmer la performance). Il s’agit d’un montage sonore de conversations de personnes avec leur propre médium, qui propulse la voix au premier plan tout en questionnant ses accents, ses affects.

      Latifa Laâbissi est chorégraphe et danseuse. Mêlant les genres, redéfinissant les formats, ses créations font entrer sur scène un hors-champ multiple où se découpent des figures et des voix. La mise en jeu de la voix et du visage devient indissociable de l’acte dansé. Depuis 2011, Latifa Laâbissi assure la direction artistique d’Extension Sauvage, un programme artistique et pédagogique en milieu rural (Bretagne). Manon de Boer est diplômée de l’Académie des beaux-arts de Rotterdam et de la Rijksakademie des beaux-arts d’Amsterdam. Partant de la narration de soi et de l’interprétation musicale à la fois comme méthode et comme sujet, elle explore la relation entre le langage, le temps et la vérité.


      Production : Figure Project et Auguste Orts
      Coproduction (demandes en cours) : WIELS, Centre d’art contemporain, Bruxelles (BE) / Frac Bretagne (FR) / Kunstencentrum BUDA, Courtrai (BE) / la Communauté flamande de Belgique (BE) / Museum DhondtDhaenens, Deurle (BE) / Netwerk, Aalst (BE) / Kunstendecreet (BE) / Fondation Serralves (PT) / Théâtre de Poche, Hédé-Bazouges (FR) / Villa Rohannec’h – Conseil Départemental des Côtes d’Armor ( FR)

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • La fabrique du patrimoine

    • Rencontre
    • 18.09.21 → 19.09.21
      Rencontre
      La Villa Rohannec’h
    • Comme en 2020, la villa Rohannec’h ouvre ses portes pour les Journées européennes du patrimoine 2021. Qu’est-ce que le patrimoine ? Quelles sont les choses qui font patrimoine à la Villa ? Peut-on l’aborder comme quelque chose d’intime, propre à chacun ? Le patrimoine se résume-t-il à des faits et éléments historiques ou peut-on plutôt l’envisager comme un continuum fait de vécus humains, d’une construction de nos mémoires, individuelles et collectives ? Autant d’interrogations auxquelles les artistes en résidence et hôtes de la Villa sont invités à répondre tout au long de la saison culturelle.
      Mises en espace pour les journées du patrimoine, ces réponses forment une fabrique du patrimoine. Ces journées seront l’occasion de partager des mémoires du lieu et conter les histoires en train de s’écrire.

      Entrée gratuite.

    • Galerie Le Lieu
    • 2021
    • Nicolas Hergoualc’h, Touching the limits

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Carton-dinvitation-Nico-e1629289516188.jpg
    • 17.09.21 → 03.10.21
      Exposition
      Galerie Le Lieu
    • Nicolas Hergoulac'h, Vincent Raude

      Friday, September 17 – Screening in the gardens of the Hotel Gabriel of Nicolas Hergoualc’h’s project: Touching the Limits

      Program: A 30-minute photographic slideshow about interviews and original music composed and performed by Vincent Raude, presentation of the edition and meeting with the two artists.

      Touching the boundaries was carried out with people met in the street or through their place of confinement, during the period from April 24 to May 5, 2020 in the Pays de Lorient (56).

      65 portraits associated with an interview around 5 open-ended questions, on the change in daily life, the discovery of oneself and the representation of others, the fears and hopes of deconfinement. From these simple questions a great diversity emerges, neither sad nor joyful, made up of hope, expectation, return to oneself, submission to the rule or search for faults. The realization that this rhythm must be the one we must keep for ourselves, or the wish that everything should go back as before. Anger. Hopes of decline, slowdown and environmental awareness, often prejudiced by the intuition of a society that will not question itself even after this. Conspiracy theses and divine punishment too. An exceptional moment to discuss and take stock of what we are going through.

      Touching the limits is one of Confiner’s etymology.”

    • SUPRA – artiste et designer runspace
    • 2021
    • Inaugural Week-End of SUPRA – 11st and 12nd of Septembre 2021

    • Atelier
    • 11.09.21 → 12.09.21
      Atelier
      SUPRA – artiste et designer runspace
    • Exposition d'une sélection d'œuvres du Fond Départemental d'Art Contemporain, de l'Artothèque de Vitré et d'un commissariat de l'équipe SUPRA

    • EESAB → Site de Lorient
    • 2021
    • Nos plus belles cussettes

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/cussettes_acb.png
      affiche de l'exposition
    • 08.09.21 → 16.09.21
      Exposition
      EESAB → Site de Lorient
    • étudiant·e·s diplômé·e·s du Diplôme National Supérieur d'Expression Plastique (DNSEP) en juin 2021

      Each year in June, the Higher National Diploma of Plastic Expression (DNSEP) takes place, conferring a master’s degree (Bac + 5 level).


      For the students, it is a decisive moment when they show their projects, their research, in the conditions of an exhibition in front of a jury made up of cultural professionals.
      This moment is the conclusion of a journey, of meetings and the preamble to new horizons.

      The exhibition presents a selection of projects (drawing, volume, sculpture, photographic, sound or video installations, performances and scenic forms …), works of a generation in a collective exhibition, allowing to take the measure of their experiences , research and production and thus conclude a cycle of studies spent on the Lorient campus.
    • Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • 2021
    • « Anthologie de la revue Véhicule »

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/IMG_3684.jpg
    • 06.09.21 → 30.09.21
      Exposition
      Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • Emmanuel Adely, Marcel Alocco, Didier Aschour, Edouard Boyer, Boris Charmatz, Anne-James Chaton, Sonia Chiambretto, Julia Cima, Nicolas Couturier, Matali Crasset, Melaine Dalibert, Jean-Claude da Silva, Antoine Davenne, Florent Delval, Pierre di Sciullo, Garance Dor, Frédéric Dumond, Alexis Fichet, Yves-Noel Genod, Grand Magasin, IKHEA@SERVICES, Mette Ingvartsen, Jacques Jouet, Maud Le Pladec, David Liver, Violaine Lochu, Dominique Mathieu, Vincent Menu, Aurélie Noury, Mickael Phelippeau, Nicolas Richard, Sébastien Roux, Roland Sabatier, Vincent Thomasset, Yoann Thommerel, Éric Watier, Sébastien Zaegel

      LE CABINET DU LIVRE D’ARTISTE PRÉSENTE :
      _ANTHOLOGIE DE LA REVUE VÉHICULE

      EXPOSITION + ACTIVATIONS
      EXPOSITION : 6 . 30 septembre 2021
      COMMISSARIAT : Garance Dor, Vincent Menu, Aurélie Noury
      ACTIVATIONS des partitions de la revue jeudi 16 septembre 2021 à partir de 17h au CLA
       

      Véhicule est une revue d’artistes dédiée aux partitions contemporaines. Conçue par Garance Dor et Vincent Menu, elle paraît depuis 2010.
      « Véhicule propose des partitions à activer par le lecteur. Véhicule diffuse des œuvres à faire par tous et partout : chez vous, dans un square, dans un espace d’exposition, dans un théâtre, dans une école, sur un stade. Seul ou à plusieurs : peignez-vous les avants-bras en rose, mettez tout de biais, perdez-vous dans la taïga, jouez avec la lumière, comptez, chantez, dansez, mettez la scène dans une salle d’exposition, vrillez la partition, balayez les spectateurs, inventez le désert. Ceci n’est plus une revue c’est un spectacle, une performance, un geste, une danse, une exposition, une musique, un service à mettre en œuvre.
      Les lire c’est déjà les activer.
      Faites-les vivre, encore, différemment. C’est à vous. »
       


      Avec les partitions de : Emmanuel Adely, Marcel Alocco, Didier Aschour, Edouard Boyer, Boris Charmatz, Anne-James Chaton, Sonia Chiambretto, Julia Cima, Nicolas Couturier, Matali Crasset, Melaine Dalibert, Jean-Claude da Silva, Antoine Davenne, Florent Delval, Pierre di Sciullo, Garance Dor, Frédéric Dumond, Alexis Fichet, Yves-Noel Genod, Grand Magasin, IKHEA@SERVICES, Mette Ingvartsen, Jacques Jouet, Maud Le Pladec, David Liver, Violaine Lochu, Dominique Mathieu, Vincent Menu, Aurélie Noury, Mickael Phelippeau, Nicolas Richard, Sébastien Roux, Roland Sabatier, Vincent Thomasset, Yoann Thommerel, Éric Watier, Sébastien Zaegel.

       


      PROGRAMME DU 16 SEPTEMBRE 2021 AU CLA, DÈS 17H
      – Jean-Claude da Silva « Obra Publica » et « Box Seat » de Dominique Mathieu
      – Garance Dor « Ballet » et « Do it (Herzog) »
      – Melaine Dalibert « Litanie »
      – Charline Grand « Clausus »  d’Aurélie Noury
      – Vincent Menu « Passages » et « Voyage en Uchronie » de Matali Crasset
      – Nicolas Richard « Papapartition » et « Déchiqueter Déchanter »
      – David Liver et Florent Delval « Désert » (visio-performance par David Liver)
    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Open air disco

    • Non classé
    • 04.09.21 → 04.09.21
      Non classé
      La Villa Rohannec’h
    • Seanapse
      de 12h à 22h00
      L’association Seanapse de Plouha nous invite à plonger dans l’univers de la musique disco à l’occasion d’une manifestation festive et intergénérationnelle accueillie dans le parc de la villa : « Open air disco » ! Une proposition à multiples facettes : la musique, le lien à la nature et à la mer toute proche, les circuits-courts, la sensibilisation au tri des déchets, et une programmation très riche et le plus locale possible avec des DJ’s et des ateliers récréatifs et ludiques pour rendre le public acteur et faire évoluer la décoration du site tout au long de la journée.


      Restauration et mobilier invitant à la détente dans le site.
      Programmation et dossier de presse à venir (association Seanapse).
      Cette manifestation était initialement prévue en septembre 2020 et a été annulée en raison du contexte sanitaire.

    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Natura

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/affiche-A1.jpg
    • 01.09.21 → 30.09.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Grande Expo des adhérent.e.s

      Comme chaque saison, les adhérent.e.s (petits et grands) des ateliers arts visuels du PHAKT présentent les productions réalisées dans les ateliers à partir d’une thématique commune à tous.

      C’est travaux ont été réalisés sous la conduite de nos intervenants, Céline Géraud et Maria Revilla pour les arts plastiques et graphiques, Jacques Mahé pour la Bande Dessinée et Alexandre Texier pour la photo.

       

      Le thème de la saison 2020 – 2021 : Une découverte subjective d’un monde végétal rural, sauvage et urbain.

      La nature et le végétal sont des thèmes centraux en art. Longtemps traité comme décor durant des siècles, la nature reste toutefois un élément narratif ou symbolique important dans un tableau. Elle devient un sujet autonome au 16ème siècle avec la peinture de paysage. La volonté des artistes est alors de sublimer la nature pour en faire un genre à part entière aussi important que le portrait ou la nature morte. Avec l’arrivée de la photographie ou encore les tubes de peintures au 19ème siècle, de nouvelles approches artistiques apparaissent, avec par exemple les Impressionnistes qui s’intéressent à saisir l’instant et peignent alors une nature suggérant avant tout une émotion. Sujet inépuisable, au 20ème siècle la nature devient support avec le mouvement du Land Art et reste au cœur des sujets traités par les artistes aujourd’hui avec l’implication écologique.

      Vous trouverez dans cette exposition l’ensemble des travaux des adhérent.e.s juxtaposés les uns aux autres, pour révéler un panorama de paysages présentant une nature parfois fantasmée, parfois symbolique ou réaliste.

      Une exposition révélant la nature comme paysage, trace du temps mais aussi comme écosystème parfois modelé ou dominé par l’Humain, amenant donc à nous poser la question de notre impact et notre place dans notre environnement ?

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Portes Ouvertes dans l’atelier de Valentin Guichaux

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Affiche_PO_aout2021_27juillet-scaled.jpg
    • 28.08.21 → 29.08.21
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Valentin Guichaux

      Samedi 28 et dimanche 29 août (14h-19h).

      Résidence SNCF. Saint-Jacut-de-la-Mer.

      Valentin Guichaux, artiste en résidence, présentera les œuvres qu’il a réalisées durant sa résidence à Saint-Jacut-de-la-Mer. Les réalisations faites durant l’été, auprès des publics, seront également exposées.
       
      L’artiste est soutenu dans le cadre du dispositif Contre vents et marées, avec le soutien de la Région Bretagne et en collaboration avec a.c.b – art contemporain en Bretagne.
    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • La villa en court 2

    • Non classé
    • 28.08.21 → 29.08.21
      Non classé
      La Villa Rohannec’h
    • Depuis octobre 2019, la villa Rohannec’’h, maison-atelier dédiée à l’’accueil d’’artistes en résidence, a expérimenté une résidence sur un temps long avec le chorégraphe et cinéaste Paul Wenninger. Durant son séjour, il a pu tourner et réaliser entièrement à la villa son film d’’animation, O, actuellement sélectionné et diffusé dans les plus prestigieux festivals d’’animation internationaux (Annecy, Tampere, Oberhausen…).
      Désormais artiste associé à la villa, Paul est invité à poursuivre son travail personnel tout en s’impliquant dans la programmation de la villa.
      Pour La villa en court 2, Paul Wenninger propose au public de découvrir une sélection de courts métrages d’animation et expérimentaux inédits ainsi que deux installations.

      Installations

      Les murs ont des oreilles – Julian Palacz
      Austern – Judith Albert

      Programme de courts métrages

      The Spine – Chris Landreth
      Angry Dogs – Shaun Clark
      Movements – Jeong Dahee
      Reruns – Rosto
      Pause et échange avec le public
      Inside – Yann Chapotel
      Peripheria – David Coquard-Dassault
      O – Paul Wenninger
      GRID – Alexandra Alagôa
      Train again – Peter Tscherkassky

      **
      Samedi 28 et dimanche 29 août 2021
      Séances à 18h et 21h
      Gratuit, sous chapiteau (dans le parc de la villa Rohannec’h). 
      Programme pour les adultes et adolescent.e.s
      Le pass sanitaire est exigé pour accéder aux projections (certificat de vaccination, test RT-PCR négatif ou antigénique de moins de 72h ou certificat de rétablissement). Les enfants et jeunes de moins de 18 ans ne sont pas concernés par le pass sanitaire.

    • méandres
    • 2021
    • peuplements

    • Lecture
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_monde_2020.jpg
    • 13.08.21 → 13.08.21
      Lecture
      méandres
    • En écho à l’exposition Faire un monde, méandres vous propose un moment de lectures de textes contemporains par Sophie Hoarau.

      Textes puisés dans le catalogue des éditions isabelle sauvage : Incantation pour nous toutes, d’Anna Milana, LE SOIR LA NUIT LE JOUR, de Vianney Lacombe & autres surprises…

       

       

      Sophie Hoarau est entrée au théâtre par son premier métier de costumière et avec le goût du travail en compagnies. En Bretagne, elle a collaboré avec Éric Vigner au CDDB de Lorient, les compagnies 13-10ème en Ut à Rennes, a k entrepôt ou Fiat Lux à Saint-Brieuc, Jo Coop à Lorient, les Théâtres du Laid Cru et du Tapis Bleu, l’Atelier des Possibles… Elle a cofondé et porté pendant quinze ans avec Séverine Valomet La Quincaille, lieu et compagnie à Poullaouen.

      La poésie, aiguiseuse des perceptions et des expressions, constitue dès lors la matière première de ses projets de scène.

      Elle multiplie depuis les lectures publiques lors de rendez-vous mêlant poésie, performances et arts plastiques. En 2019, elle passe de la forme lue à la mise en scène avec le monologue poétique Stabat Mater Furiosa de Jean-Pierre Siméon.

       

       

      Nous partagerons ensuite un apéritif gourmand !

    • Minoterie21
    • 2021
    • Stéfan Tulépo

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/S_Tulepo_2018ACB.jpg
    • 08.08.21 → 26.09.21
      Exposition
      Minoterie21
    • In the context of artists’ residencies supported by an initiative of the Drac and Regional Council, the municipality of Peillac has partnered with Minoterie21 to invite the artist, Stéfan Tulépo in residence. Acting like an archeologist of the present and of our collective memory, Stéfan Tulépo’s practice is resolutely pluridisciplinary in nature. The exhibition at the end of his residency brings together his photos of ephemeral installations, alongside a number of found objects that end up as sculptures made with a grinder, projections of glass fragments or etchings made on a number of unexpected surfaces.

    • Quinconce galerie
    • 2021
    • Les mondes bricolés

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/evenements-facebookDEF.jpg
    • 04.08.21 → 10.09.21
      Exposition
      Quinconce galerie
    • Olivia Hernaïz, Joséphine Kaeppelin, Martin Le Chevallier, Benoit Razafindramonta, Thomas Tudoux, Carey Young.

      Commissaire associée à la galerie Quinconce, Doriane Spiteri propose le cycle TACTIQUES composé de deux expositions collectives. Installations, protocoles, jeu de société et vidéos : cette première exposition explore la manière dont les artistes se font tacticiens pour se jouer du monde du travail. 

      En bricolant leur monde, les artistes présenté.e.s interrogent la financiarisation de la société, la place de l’individu dans le monde du travail. Ils.elles pointent les failles du système, les codes et espaces du pouvoir face à l’efficacité et la compétitivité. Alors que les nouvelles techniques de management ont récupéré à leur compte les capacités créatives des individus, modifiant profondément notre rapport au travail, les artistes usent de tactiques et de ruses en injectant une marge de créativité à l’intérieur d’un système à bout de souffle. 

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Ateliers de pratique artistique avec Valentin Guichaux

    • Atelier
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/affiche2.jpg
    • 02.08.21 → 05.08.21
      Atelier
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Valentin Guichaux

      Du 2 au 5 août (tous les jours 10h-12h30) !lighe!
      Venez rencontrer Valentin Guichaux (artiste en résidence) dans son atelier et expérimenter avec lui les techniques de la peinture.

      “Les ateliers portent sur la pratique picturale, soit par la découverte ou approfondissement de ce médium. La thématique de ces ateliers est de représenter la nature à son moment de beauté, dans la simplicité et l’ordre. Le point de départ est d’explorer les possibles picturaux nourris par les observations du paysage environnant. L’objectif est la création d’œuvres personnelles en conversation avec la pratique picturale de Valentin Guichaux. 
      La prise de photographies en extérieur servira d’outil pour la recherche picturale. Les participants mèneront une recherche individuelle dans l’atelier pour peindre à partir des images récoltées. Un temps sera consacré à la découverte ou le perfectionnement de la technique à l’huile. Une accrochage des productions sera conçu le dernier jour de rencontres.” 


      Durée : 4 matinées. Ouvert à tous à partir de 12 ans (en dessous de cet âge, l’enfant devra être accompagné).
      Lieu : Ateliers du Plessix-Madeuc, Résidence SNCF. Saint-Jacut-de-la-Mer. Sur inscription (contact@ateliersduplessixmadeuc.com / 06 24 31 00 04)
      Tarif : 60€/personne (matériels fournis)

      Programme détaillé 
      Lundi 02/08 10h-12h30
      Rencontre avec Valentin Guichaux, visite de son atelier et présentation de sa pratique artistique. Présentation du programme des 4 jours d’ateliers (atelier). Réalisation des images (prise photographique ou dessin en extérieur)

      Mardi 03/08 10h-12h30
      Expérimentations picturales et/ou dessin et élaboration d’une palette à partir d’objets choisis. Initiation et perfectionnement à la peinture l’huile.
      Choix et tests autour des motifs de chacun (atelier). 

      Mercredi 04/08 10h-12h30
      Peinture à l’atelier, choix des motifs. Peinture sur papier d’après les prises photographiques. (atelier)

      Jeudi 05/08 10h-12h30
      Peinture à l’atelier, chacun poursuit ses recherches et le développement de son travail (atelier) Mise en place de l’accrochage (pour la présentation)

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de création, Daniel Zimmermann, «Der Wurf»
      Avec Dana Michel, Linda Samaraweerova, Yoan Sorin, Robert Steign

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/1.testfilm_still_DER-WURF©beauvoirfilms.ch_.jpg
      © Beauvoir Films Der Wurf - Daniel Zimmermann
    • 01.08.21 → 31.08.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • De nationalité suisse, Daniel Zimmermann est artiste plasticien, dramaturge et réalisateur. Formé initialement à la sculpture sur bois, il réalise aujourd’hui des films, installations et performances. Dans
      son travail il répond à des situations et à l’environnement en questionnant le sens et la durabilité des actions humaines. Aujourd’hui, son travail est présenté à la fois dans des musées et des festivals de film. Il est le cofondateur avec la chorégraphe Amanda Piña de nadaproductions une plateforme de projets transdisciplinaires.

      Note d’intention
      L’une des visions les plus persistantes de la modernité est l’effondrement du monde. Pour l’éviter, DER WURF développe des stratégies qui transforment les simples spectateurs en individus engagés. Au début du film, le réalisateur meurt. S’en suit un voyage onirique. Dans un enchaînement successif de séquences développées en collaboration avec des artistes, des performeurs et des chorégraphes, la recherche de formes de conscience est documentée et rendue tangible en 12 tableaux. Chaque séquence se déroule dans un lieu qui permet au ressenti subjectif et à la réalité objective de fusionner. La caméra tourne autour de son propre axe. Le thème est décliné tout au long du film qui devient lui-même une performance documentaire. Ceux qui s’y laissent entraîner accèdent à une intériorité cinématographique déployée sur une période de 100 minutes.
      DER WURF fait suite au dernier film de Daniel Zimmermann, WALDEN (primé à Zurich, Karlovy Vary et montré au festival de Sundance, etc). Avec les artistes participants à son projet, il se lance une fois de plus dans un voyage. Dans un processus exploratoire ouvert, des paraboles filmiques sensuelles et poétiques, impalpables et rationnellement inexplicables doivent être créées. Cela se déroule à travers les méthodes, les approches et les perspectives des participants, les situations et la dynamique des lieux ainsi que les rituels et leur signification.
      Après Vienne, le désert près d’Arad, Tel Aviv et un alpage dans les montagnes suisses, la villa Rohannec’h à Saint-Brieuc est le prochain lieu de recherche (et de tournage) pour développer des stratégies artistiques, chorégraphiques et cinématographiques.

      Dana Michel (CA), Linda Samaraweerova (AT), Robert Steijn (NL), Yoan Sorin (FR), Bernhard Braunstein (AT) et Daniel Zimmermann partageront leur instinct créatif et leur intuition pour répéter des
      actions et des mises en scène qui seront enregistrées sous forme de plans d’essai. (Texte officiel de D. Zimmermann)

    • GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • 2021
    • Damien Marchal, Une pensée se perd dans l’inconnu chromatique

    • Exposition
    • 31.07.21 → 18.09.21
      Exposition
      GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • He feared the navy blue color would reach him, overwhelming him with a sweet melancholy. Through the crack of the Knowledge Gate, we could hear the sounds of a squeaky, bewitching beach siren. The defective bolt had lied about its use. The birds should have migrated smoothly, reaching the idyllic island of ancient
      thickness, but no pain could describe the absent strength of tired wings… Fragility of calm seas… straight lines… Undecided raft of a chamber with a view. Gulls, seagulls and dying bodies washed up on the mattress in indecisive reverie. Cliff of the castaway, islet where to pass away, life wanders in front of danger. Lockers strewn with 
      algae, swift hatching, light blue, reflection of an edge. Death who lives with electric sweetness. Farewell, Mary Shelley, farewell kingdom. Hello shore, hello memory, hello another day. The light passes through the slats of the blind. Fragmented vision of a store erased from the empty shelf. At a glance she kisses and is lost in doubt,
      with a second wink she wonders convinced. Everything was to be understood, but nothing will allow it. It just had to be seen as an exercise in style. A thought that lets go and gets lost in the chromatic unknown.
       
    • méandres
    • 2021
    • déplacements

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_monde_2020.jpg
    • 23.07.21 → 23.07.21
      Rencontre
      méandres
    • En écho à l’exposition Faire un monde, méandres vous propose un moment de conversation parmi les œuvres avec Virginie Gautier.

      Virginie Gautier s’attache aux lieux pour parler des corps, cherche des approches, se nourrit du paysage, trace et emmêle des lignes.
      Elle étudie en école d’art puis développe une pratique artistique autour des questions d’espace, de perception et de déplacement qu’elle poursuit aujourd’hui en dessinant et en écrivant.
      Elle est publiée aux éditions du Chemin de Fer, Joca Seria, et Publie.net ; et codirige chez ce dernier éditeur la collection L’esquif/poésie.
      Après avoir enseigné les arts visuels, elle est engagée dans la recherche-création en littérature. Docteure en « Pratique et théorie de la création littéraire », elle est chargée de cours et d’ateliers à l’université de Cergy-Pontoise et dans divers lieux d’enseignement et de formation.

      Nous partagerons ensuite un apéritif gourmand !

    • Minoterie21
    • 2021
    • Félicia Atkinson, Space is an instrument

    • Installation
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/F_Atkinson.jpg
    • 18.07.21 → 19.09.21
      Installation
      Minoterie21
    • As part of its Suite 2021 programme, the National Centre for Visual Arts (CNAP), invited Minoterie21 to present a new sound composition by Félicia Atkinson. The work will be installed inside Imaginary Landscape, a dome conceived by Roland Cognet as an homage to John Cage. Félicia Atkinson describes this work as a questioning of “the links maintained by minimal art with experimental and electro-accoustic music, especially through the filters of listening, feminism and its place on the margins of the history of art and music.”

    • Les 3 CHA
    • 2021
    • Cyrille André, Avenir

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/yeux-du-ciel-détail-alu-2-NB.jpg
    • 17.07.21 → 19.09.21
      Exposition
      Les 3 CHA
    • Reverie and gigantism.

      An XXL world of disproportionate proportions offering a universe full of hope for a sweet future, in which Man respects the living and allows himself to keep within himself the joy and innocence of childhood.

      Cyrille André is a sculptor living in Marseille. His large format work offers to take part in what interests him: questioning humans and what remains of their origins, the animal part that still inhabits them.

    • Les Moyens du Bord
    • 2021
    • Élise Hallab, Riad

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/RIAD-VISUEL.jpg
    • 17.07.21 → 19.09.21
      Exposition
      Les Moyens du Bord
    • Riad, c’est l’idée d’un jardin en arabe, un jardin cultivé, que l’on entretient, que l’on compose en fonction de la saisonnalité, de ses fruits, des couleurs. Dans l’architecture maghrébine, le Riad est un espace circonscrit, un jardin de l’intime. !

      Pour sa première exposition personnelle, Élise Hallab explore la dualité de la composition des jardins, entre le dessin de massifs et la création de motifs végétaux ornant le foyer. Le processus de création mis en œuvre se joue entre extérieur et intérieur, entre le temps de la cueillette et celui de la réalisation des couleurs et de l’impression en sérigraphie. 

      Ici, les végétaux sont autant les matériaux utilisés que l’objet de la représentation. Un jeu s’opère entre les plantes, leur couleur et l’espace coloré qu’elles créent ainsi qu’avec l’imaginaire qu’elles suggèrent. L’architecture du lieu entre alors en résonance avec celle d’un Riad, le temps d’un été.

      «
      Cultiver un jardin, en manger les fruits
      et dessiner avec.
      S’asseoir et contempler le paysage.
      Dessiner un jardin et composer
      l’implantation des massifs.
      Regarder le jardin pousser.
      À un certain moment,
      Cueillir les fleurs, les feuilles, les fruits
      et parfois les écorces du jardin.
      Mélanger séparément.
      Imprimer le jardin.
      Composer une étendue colorée.
      Observer les rapports de couleurs
      »

    • Les 3 CHA
    • 2021
    • Résidence artistique, Olivier Valla, Typha Latifolia

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/VALLA_Olivier_Projet-ChateauGiron.jpg
    • 09.07.21 → 27.08.21
      Résidence
      Les 3 CHA
    • At the end of summer, the Châteaugiron pond is adorned with a lasting kinetic work, designed to (re) discover the castle. From the creation of Typha Latifolia to its installation with its feet in the water, Olivier Valla takes you through all the stages during his residency.

      In addition, activities are offered every Friday in the summer from July 9 to August 27 to link contemporary creation, heritage and nature. This program, called “Fridays at the water’s edge”, offers various events: workshops around the environment and the senses, concerts, walks … all this in a friendly and family setting.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Les échos du vendredi

    • Rencontre
    • 09.07.21 → 10.09.21
      Rencontre
      La Villa Rohannec’h
    • Tout au long de leur résidence, les artistes de Méta Locaux vous invitent chaque semaine à les rejoindre le temps d’une balade et ainsi découvrir, regarder, écouter les avancées de leur création-collectage.

      Ce deuxième volet de Méta-Locaux, fait suite à la résidence de création « Méta-Locaux 1 » qui s’est déroulée en 2020. En 2021, pendant 10 semaines, quatre artistes (arts visuels / théâtre / littérature / son) s’implanteront sur quatre quartiers de la ville de Saint-Brieuc : Balzac, Le Légué, Les Villages, Robien. Accueillis par la villa Rohannec’h, ils partiront à la rencontre des habitants et usagers de ces quartiers pour les interroger sur ce qui fait centre dans leur quartier dans la ville de Saint-Brieuc. A partir de ces rencontres, ils écriront des textes, penseront des installations, des images, des mouvements, des créations sonores.

      Du 6 au 12 septembre, les artistes présenteront leur création dans l’espace public des quatre quartiers.

      Tous les vendredis soirs, ils proposent une balade artistique de quartier.

      • vend.09.07 de Balzac à Rohannec’h
      • vend. 16.07 du Légué à Rohannec’h
      • vend. 23.07 des Villages à Rohannec’h
      • vend. 30.07 de Robien à Rohannec’h
      • vend. 06.08 du centre à Rohannec’h
      • vend. 13.08 du Légué à Rohannec’h départ à 18h au Carré Rosengart (16 Quai Armez)
      • vend. 20.08 des Villages à Rohannec’h départ à 18h à Bonjour Minuit (place Nina Simone)
      • vend. 2708 de Robien à Rohannec’h départ à 18h du Parking (rue Pierre de Coubertin)
      • vend. 03.09 de Balzac à Rohannec’h départ à 18h de la Maison du projet (Tour n°12 rue Balzac)
      • vend. 10.09 Rohannec’h au centre départ à 18h de la villa Rohannec’h (rue de Rohannec’h)

      Inscription préalable : assotopos@gmail.com / 07 81 63 58 30

    • Le Bon Accueil
    • 2021
    • Julien Grossmann, The Ripple Effect : Kokin (…) Slendro

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/JGrossmann-ACB.jpg
    • 08.07.21 → 30.07.21
      Exposition
      Le Bon Accueil
    • The sound installation “Kokin (…) Slendro gahter” the main issues that run through Julien Grossmann’s works feed by ethnomusicology and the relationships between music, power and identity.

      The artwork, six rotating sound dioramas, invites us to travel the world through the six main musical scales, each represented by a small island placed at the center of a vinyl record. On the six LPS, six different musical pieces composed and played by the artist on a synthesizer taking up one of the six musical scales and the tone of a traditional instrument. Each instrument piece is not in real concordance with landscape it is presented with. Julien Grossmann uses here music as a cultural landmark, a geographical marker. Through this sound and visual dioramas the artist plays with our perceptions and representations of the faraway, what is exotic. An imaginary itself colonized by the colonial heritage, that Julien Grossmann offers us to explore.

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • DIALOGUE entre Claude BRIAND-PICARD, artiste et Louis DOUCET, critique d’art.

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/ARA-BLEU-IMG_3019_light.jpg
    • 08.07.21 → 08.07.21
      Conférence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Jeudi 8 juillet 2021 20h30
      Abbaye de Saint-Jacut  
      Entrée libre sur inscription sur le lien suivant

      “La couleur et son rôle dans la peinture constituent, depuis des siècles, un enjeu de déchirements entre deux armées campant sur des positions antithétiques, un extrême étant défendu par Poussin, l’autre par Delacroix. Claude Briand-Picard renvoie ces deux points de vue dos à dos en ne faisant plus de l’acte de peindre, comme il l’a été pendant des siècles, une pratique de recouvrement d’une surface mais une démarche expérimentale de collecte et d’assemblage. Il renie ainsi, d’emblée, toute velléité d’identification. Il s’inscrit dans la démarche initiée par Duchamp, empruntant matériaux colorés et formes élémentaires au monde de la grande consommation ou à celui de l’industrie. Dans cette démarche, essentiellement ludique, qui enchaîne, non sans une certaine dose d’humour et d’ironie, appropriation, détournement puis réhabilitation – voire transfiguration – du banal, il définit un autre mode de relation du corps de l’artiste à l’œuvre en gestation. Il altère et redéfinit également, de façon tout aussi radicale, la relation du spectateur à l’œuvre, l’engageant dans une démarche inverse de celle de l’artiste : de la délectation visuelle à la prise de conscience de la banalité des matériaux constitutifs.”
      Louis Doucet

      Claude BRIAND-PICARD
      Né en 1946, il vit et travaille à Paris et Saint-Armel (Morbihan).
      Claude Briand-Picard se comporte comme un héritier des mouvements de l’abstraction américaine et européenne des années 70, notamment de Supports-Surfaces, un héritier qui en aurait soldé les aspects théorisants pour ne retenir et ne développer que deux de ses composantes essentielles : la relation du corps de l’artiste et du regardeur à la peinture, et la libération de la couleur et de la forme de leurs carcans traditionnels.

      Louis DOUCET
      Louis Doucet mène de front, depuis près de 50 ans, une activité de dirigeant de grandes entreprises du secteur privé, de collectionneur d’art contemporain, d’enseignant, d’écrivain, de commissaire d’expositions, de critique d’art, d’éditeur de livres d’art et de conseil auprès de plasticiens.

      Galerie Rejane Louin
      Cynorrhodon – FALDAC

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de création : TOPOS, Diane Giorgis, Aurélie Le Maître, Étienne Sibéril

    • Non classé
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Créditphoto_Topos-e1622543754854.jpg
      Topos
    • 05.07.21 → 12.09.21
      Non classé
      La Villa Rohannec’h
    • Diane Giorgis est autrice, comédienne, metteuse en scène. Aurélie Le Maître est plasticienne. Etienne Sibéril est metteur en scène, comédien. Avec le corps, les arts plastiques et les mots, les trois artistes du collectif Topos questionnent le territoire et celles et ceux qui l’habitent, le traversent. En rencontrant des habitants, associant des acteurs locaux, Topos veut rendre la capacité d’imaginer, de ressentir et d’interroger notre société.

      Ce deuxième volet de Méta-Locaux, fait suite à la résidence de création « Méta-Locaux 1 » qui s’est déroulée en 2020. En 2021, pendant 10 semaines, quatre artistes (arts visuels / théâtre / littérature / son) s’implanteront sur quatre quartiers de la ville de Saint-Brieuc : Balzac, Le Légué, Les Villages, Robien. Accueillis par la villa Rohannec’h, ils partiront à la rencontre des habitants et usagers de ces quartiers pour les interroger sur ce qui fait centre dans leur quartier dans la ville de Saint-Brieuc. A partir de ces rencontres, ils écriront des textes, penseront des installations, des images, des mouvements, des créations sonores.

      Du 6 au 12 septembre, les artistes présenteront leur création dans l’espace public des quatre quartiers.

      Tous les vendredis soirs, ils proposeront une balade artistique de quartier.

      Le premier volet de Méta Locaux à Saint-Brieuc dans le quartier Balzac a donné lieu à l’édition d’un livre-objet.

      Équipe artistique

      • Mise en scène : Étienne Sibéril
      • Écriture : Diane Giorgis
      • Installations : Aurélie Le Maître
      • Création sonore : Jérémie Moreau
      • Interprétation : Diane Giorgis, Ali Khélil, Jean-Christophe Maas

      https://associationtopos.tumblr.com
      Avec le soutien de : la Ville de Saint-Brieuc, Bonjour Minuit, La Passerelle Scène nationale de Saint-Brieuc

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Valentin Guichaux, artiste en résidence.

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Cactus-Opuntia-monotypes-60x80-cm-2020.jpg
    • 05.07.21 → 30.08.21
      Résidence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • L’artiste est soutenu dans le cadre du dispositif Contre vents et marées, avec le soutien de la Région Bretagne et en collaboration avec a.c.b – art contemporain en Bretagne.

       

      Valentin GUICHAUX

      Né en 1996, il est diplômé de l’Ecole Européenne Supérieure d’Art de Bretagne Lorient en 2019.

      valentinguichaux.wordpress.com

      Les Ateliers du Plessix-Madeuc vous invitent à découvrir le travail de Valentin GUICHAUX lors des portes ouvertes le samedi 28 et dimanche 29 août (14h-19h)

       

    • Frac Bretagne
    • 2021
    • Elsa & Johanna | Festival Air de Fête

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Visuel-10_Elsa-Johanna-Cochrane-de-la-série-Beyond-the-shadows-2018-©-Paris-Adagp-2021.jpg
    • 03.07.21 → 19.09.21
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Elsa & Johanna

      Elsa & Johanna have made it their obsession to get under the skin of others. Slipping into the daily lives of strangers, they travel through geographical and cultural territories to adopt other realities. Invited by the Frac Bretagne to “flag” the streets of Saint-Briac, the two artists invest some fifty flags, projecting this small seaside town into the peregrinations of their combined gaze.

    • GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • 2021
    • Nikolas Fouré, Sommes ciel

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/com-sommesciel.jpeg
    • 03.07.21 → 27.07.21
      Exposition
      GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • Like birds, we are bipedal and aerial. Like the ground on which we rest, we inhabit the sky, the atmosphere is our environment. Compared to the horizontality of our territories and their cartographic representations, the sky always seems virgin, above and extended, an unattainable and common immensity. Yet it is quite constructed, measured, conquered and traversed.
      We move and communicate, in part, by crossing the air by plane but also via electromagnetic waves (radio, telephony, wi-fi). After the conquest of our atmosphere by these technologies (and more generally by industrialization and carbon-based motorization), the constellations of satellites are now invading low Earth orbit (located just above our thin atmospheric film) to sweep the surface of our globe ever more efficiently and feed the clouds that aggregate our masses of data. Our conquest of oil but also of other resources takes us to the other side, to descend more and more deeply into the deep geological layers. Ground and sky have never been so connected, so interdependent, but more and more distant.
      The Galerie des Petits Carreaux, buried but lit with zenithal light, paradoxically stirs up our relationship to the above. In this folded space, my proposals combining gestures and patterns, will construct possible stories: connect the tiny scale to immensity, repeat gestures like raindrops, collect empirical and fictitious data, draw vertical horizon lines , map the blue of the sky, build atmospheric representations ...
    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Peut-on suspendre une ombre ? – Mathilde GELDHOF et Alexandre LUU

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Affiche-Mathilde-Alexandre-RVB2.jpg
    • 03.07.21 → 29.08.21
      Exposition
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Mathilde Geldhof, Alexandre Luu

      Peut-on suspendre une ombre ?

      Mathilde GELDHOF et Alexandre LUU

      Artistes en résidence 

      Mathilde Geldhof et Alexandre Luu sont en résidence à Saint-Jacut-de-la-Mer. Ils y ont mené un travail de recherche, qui les a conduit à la réalisation de nouvelles œuvres photographiques et de dessins. Ils ont choisi de les rendre visibles grâce à des impressions sur tissus accrochés dans les jardins de l’abbaye. Les images créées deviennent des formes singulières, jouant avec les caractéristiques de la matière et de son installation. En écho aux usages du lieu, l’exposition est pensée comme une déambulation, où les images sont à la fois objet et décor.

      Jardins de l’Abbaye de Saint-Jacut
      3 rue de l’Abbaye 22750 Saint-Jacut-de-la-Mer

      Du 3 juillet au 29 août 2021
      Entrée libre tous les jours de 10h à 19h

      Vernissage le 2 juillet 2021 à 17h (dans le cadre du Festival « La houle les mots »)
      Visites guidées tous les mardis à 17h30

    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Replay

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Replay.jpg
      Exposition Replay au Phakt - Centre Culturel Colombier
    • 30.06.21 → 30.07.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Atelier d’enseignement de projet d’architecture

      Suite à des ateliers encadrés par les enseignants Vincent Jouve et Pauline Marchant auprès d’étudiants de Licence 3 de l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne, le projet s’intéresse à la transformation d’un fragment urbain dont la situation est représentative des problématiques contemporaines d’habiter dans un centre ville. Les réflexions menées dans l’atelier intègrent la prise en compte d’un héritage urbain et la formalisation d’une stratégie de reconquête par l’espace public et le logement qui génèrent de nouvelles conditions d’habiter.

       

      En partenariat avec l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Bretagne

    • Lendroit éditions
    • 2021
    • Babeth Rambault, Sirsasana

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/35-cm-x-32-cm-CENTRALE.jpg
    • 30.06.21 → 04.09.21
      Exposition
      Lendroit éditions
    • Lendroit éditions
    • 2021
    • Erik Van Der Weijde, 4X3 – Niemeyer  

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/04-1.jpg
    • 30.06.21 → 29.09.21
      Exposition
      Lendroit éditions
    • Run by Lendroit editions, the artistic project 4X3 was proposed and elected to the participative budget of the city of Rennes. Installed at 75 avenue Aristide Briand in Rennes, three large format panels welcome huge artists posters visible to all, as many windows open on the current artistic landscape.

      Each year, four artists are invited to present a selection of 6 images of 4 meters on 3 meters, which the public can discover at any time, 7 days a week and 24 hours a day.

      Contemporary art invites itself into the open public space. Come and discover 4X3, a unique initiative accessible to all.

       

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2021
    • Beaux jours

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/muriel-taragano-gunnera-manicata.jpg
    • 27.06.21 → 05.09.21
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Muriel Taragano

      Muriel Taragano

      Muriel Taragano traite l’artificiel et le vivant comme deux pendants complémentaires, deux frères jumeaux qu’elle relie par la technique et le savoir faire. De cette fusion en ressort des oeuvres symptomatiques d’une société du fictif et de l’artificiel où le faux remplace le vrai et la réalité se fond dans un chaos médiatique et technologique. Pour ce faire, elle part du vrai, de la terre, de la nature démiurge. Elle commence par le vivant, celui qui l’entoure, la campagne où elle habite, les aliments qu’elle consomme et les sols qu’elle arpente. Elle récolte feuilles et déchets alimentaires qu’elle stocke avec finesse dans des boites d’archives ou des récipients de laborantins. Elle collecte des tapisseries, traces d’histoires, reflets d’une époque et d’un passé encore vivant mais qui tend à disparaitre. L’organique et le mémoriel, ces vivants matériels et mentaux se rejoignent ainsi dans l’atelier de l’artiste proche du laboratoire et du cabinet de curiosité. L’expérimentation plastique côtoie la science expérimentale et vice et versa et les oeuvres qui résultent de ces recherches sortent de l’espace de travail telles des végétaux sortis de la terre. Car ici, les choses naissent et meurent et se renouvellent en permanence. La moisissure se développe, puis s’éteint, puis se réinvente, les tapisseries s’effacent et réapparaissent en traces mémorielles, les feuilles s’habillent d’un cocon de latex et disparaissent pour laisser place à leurs congénères artificiels. Un éternel recommencement, un va-et-vient permanent entre le vivant et l’artificiel, entre l’unique et son duplicata.

    • Les 3 CHA
    • 2021
    • Georges Dussaud, Œuvres de la collection du Frac Bretagne, Hors les murs

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/2A21031.jpg
    • 26.06.21 → 29.08.21
      Exposition
      Les 3 CHA
    • Images and humanism.

      This photographic exhibition of the Frac Bretagne around Georges Dussaud is presented in the Châteaugiron dungeon as part of the project A photographic crossing in Brittany. Georges Dussaud is from Castelgironnais and is also a citizen of the world, which he travels to meet the populations since the beginning of the 80s. From Portugal to Greece, from Ireland to India, or on the way of the customs officers in Brittany, his footsteps lead him to discover rural territories imbued with ancestral traditions that he is keen to document.

      Humanist photographer, reporter of ordinary life, it is through the use of black and white photographs, often in panoramic format, that he bases his determination to encompass humanity in its entirety. His reports give rise to series of images on which hard work and solidarity are imprinted, common to those who, shaped by nature, draw strength and dignity from it.

      Represented in the collection of FRAC Bretagne since the early 1980s by a set of several series, his work has something universal and sensitive, taking on a poetic meaning in the face of man and his condition.

      In partnership with the FRAC Bretagne (works from its collection) and the Petites Cités de Caractère® de Bretagne

    • Frac Bretagne
    • 2021
    • Georges Dussaud | Photographs from the Frac Bretagne collection

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Visuel-9_Georges-Dussaud-Telmado-de-la-série-Tras-os-montes-août-1981-collection-Frac-Bretagne-©-Georges-Dussaud.jpg
    • 26.06.21 → 29.08.21
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Georges Dussaud

      Georges Dussaud, even if he has been living in Chateaugiron for many years, is also and above all a citizen of the world. From Portugal to Greece, from Ireland to India, or on the path of Brittany, his steps lead him to the discovery of rural territories marked by tradition. Represented in the collection of the Frac Bretagne since the early 1980s, his work has something universal about it, taking on a poetic meaning when faced with man and his condition.

       

      Exhibition to discover in the dungeon of Châteaugiron castle

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • La villa en court – 3 WE de cinéma

    • Projection
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/image4-e1622543853707.jpg
      Xi Chen - The Six
    • 26.06.21 → 27.06.21
      Projection
      La Villa Rohannec’h
    • Projections cinéma, série de courts métrages d’animation et expérimentaux à la villa Rohannnec´h 3 week-ends de projection cinéma à la villa et dans le parc, les 26-27 juin, 28-29 août et en novembre 2021. Au programme : des courts métrages d’animation et expérimentaux inédits, choisis par Paul Wenninger, artiste associé à la villa, à travers les dernières sélections des festivals d’Europe. Et une installations multimédia de l’artiste Julian Palacz.

      Les samedi 26 et dimanche 27 juin : séances à la villa à 15h, 17h, 19h et 21h. Jauge réduite (en raison de la situation sanitaire). Les samedi 28 et dimanche 29 août : séances dans le parc sous chapiteau, à 18h et 21h.

      En novembre : dates à confirmer.

      GRATUIT.
      Public : adultes. Sans réservation, la villa vous accueille dans la limite des places disponibles !

    • Lendroit éditions
    • 2021
    • Rencontre avec Antoine Giard

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/capture-decran-2021-03-26-a-153332.jpg
    • 25.06.21 → 25.06.21
      Rencontre
      Lendroit éditions
    • Galerie Albert Bourgeois
    • 2021
    • Surreal world

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/20210625_Ph_Expo_Ext.jpg
    • 25.06.21 → 19.09.21
      Exposition
      Galerie Albert Bourgeois
    • The photographs taken by Robert and Shana ParkeHarrison are sleights of hand. The eye is drawn and captivated to these images, unable to discern what is real and what is fiction, and how what is seen is achieved. Vintage hues and a dreamlike quality characterise these pictures that seem to come to us from a faraway land, where anonymous characters undertake the craziest of tasks : covering a section of damaged land with a carpet made of grass, repairing a broken branch on the single tree left standing in a deforested landscape.

    • Artothèque du musée des Beaux-Arts
    • 2021
    •  Pascal Rivet, Faut pas pousser 

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Pascal-Rivet-Le-peloton-1993-94-glycéro-sur-voliges-de-sapin-10-pièces..jpg
    • 19.06.21 → 29.08.21
      Exposition
      Artothèque du musée des Beaux-Arts
    • Figure atypique de l’art contemporain français, Pascal Rivet (né en 1966 , vit et travaille à Brest) a toujours célébré le dialogue entre art et culture populaire. Son travail immersif dans l’univers du sport et notamment du cyclisme est le point de départ de cette exposition.

      Le travail des années 1993-94 sur le monde du cyclisme où l’artiste se met en scène dans des situations burlesques et « dérisoires » au service d’une carrière fictive de cycliste professionnel sera présenté au sein des collections permanentes. La série Les Silhouettes, ensemble de 10 silhouettes de bois peint représentant des champions cyclistes d’équipes professionnelles différentes permettent aux visiteurs de se mettre dans la peau d’un coureur ! 

      Exposition en partenariat avec le centre d’art contemporain Passerelle qui présente dans le patio Les géants et Documents d’Artistes Bretagne. Documentation en ligne du travail de Pascal Rivet par Documents d’Artistes Bretagne : ddab.org/rive

    • Galerie Le Lieu
    • 2021
    • Marilia Destot, The promise

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/LAPROMESSE1_22_201301_HOME_fissure__MG_5144_photocopyrightMariliaDestot_V5.jpg
    • 18.06.21 → 22.08.21
      Exposition
      Galerie Le Lieu
    • Je vais essayer de demeurer là encore un moment, à écouter, parce que j’ai toujours l’impression que je suis sur le point de comprendre ce que l’Océan me dit. Je ferme les yeux, je souris, et j’écoute… Il me reste encore de ces curiosités.»
      Romain Gary, La promesse de l’aube.

      Originaire de Grenoble, Marilia Destot a étudié la photographie à l’ENS Louis Lumière et le multimédia au CNAM, à Paris, avant de s’installer à New York en 2006.

      Son travail photographique personnel porte le plus souvent, à travers des séries de portraits, danse et paysages, sur une narration intime et sensible du temps et de l’espace traversés. La mémoire subjective et poétique est au cœur de sa recherche.

      La promesse est mon journal poème : la promesse du couple, de l’enfant à venir, du monde à découvrir. Un journal débuté il y a vingt ans, que je dé- et recompose au fil du temps, des lieux. Visages, paysages, et détails du quotidien se font écho et dessinent en filigrane le film de nos souvenirs. Les attentes et les absences, les cycles et les ruptures, les bonheurs et les fêlures… du désir d’enfant à la maternité, vers l’enfance retrouvée, « la promesse » célèbre les petits vertiges, les peurs souterraines, les miracles ordinaires de la vie, et trace une mémoire contemplative du temps qui passe.

      En 2020, les Editions Filigranes publient la promesse en un coffret de trois carnets, accompagnés des textes de Dominique A, Sabine Huynh et Keren Ann.

      En 2021, La Galerie le Lieu accueille la première exposition de la promesse en France, et la première présentation publique du livre.

    • Lendroit éditions
    • 2021
    • Over the rainbow

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/otr-web.jpg
    • 12.06.21 → 19.09.21
      Exposition
      Lendroit éditions
    • Les artistes invités : documentation céline duval, Julien Duporté, Super Terrain, Marielle Paul, Guillaume Pellay, Jean-François Karst, Marine Bouilloud

    • Passerelle Centre d’art contemporain
    • 2021
    • Les géants ( The giants)

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/CACP-2021-Pascal-Rivet-001.jpg
    • 11.06.21 → 11.09.21
      Exposition
      Passerelle Centre d’art contemporain
    • The result of a partnership between the Museum of Beaux-Arts in Brest and Passerelle Centre d’Art Contemporain, the exhibition Les géants brings together the recent works of the artist Pascal Rivet (born in 1966 in Quimper, France). Emerging in the context of the Tour de France, Brest being the starting place of the 2021 race, Les géants is both a chance to see the artist’s latest paintings and a celebration of cycling.

      From the 1990s, Pascal Rivet has been interested in the world of sport, appropriating the images of champions or reproducing key moments of competitions. He has adopted the persona of a footballer with Eric Cantona, a tennis player with Mary Pierce and a cyclist with Marco Pantani. The world of cycling provided particular inspiration, combining the heroic, serious figure of the racer with a humour at times benevolent and at times dark and cynical. That is how in 2021 we come to Pascal Rivet’s fascination for this world in its own right.

      Considering himself an artist-ethnographer, he willingly declares, not without irony, ”Instead of moving in a straight line, I have tried to lose myself.” Whereas he began his career using the formalist and minimal language of the great abstract sculptors such as Anthony Caro and Richard Serra, he soon chose to conceal reality with realistic but flawed sculptures, produced in materials that were – a priori – inappropriate.

      This new project, Les géants, is a response from Pascal Rivet to the invitation from the Passerelle in the context of the Tour de France. This year, Brest is the town where the Tour de France will start, a rare event and reason for celebration; this is the joyful and unifying context giving the artist his inspiration.
      The title ‘The Giants’ pays homage as much to the supposed heroic character of the cyclists in a great eponymous painting by the artist, as to their size, as the work measures almost 8 metres in length. The motif is not realistic, it is blurred, as if the image had suffered a shock wave. The sportsmen of the painting are falling, the dislocation of the image gives way to that of men’s bodies. This accident becomes a hallucination, evoking both the taking of substances such as recreational or doping drugs, undeniably linked – unfortunately – to the history of modern cycling, and a knock-out fall that blurs the vision and alters senses. This spectacle of disaster evokes the great paintings of epic battles such as those of Uccello, the Florentine Renaissance master or those disastrous occasions like the famous painting of the Radeau de la Méduse (The Raft of the Medusa) (1818-1819) by Géricault. This fall, dragging the cyclists into it, is irredeemable, as cruel as it can be, it forms part of this sport and its competitive stakes. Furthermore, this unhappy painting is, for the artist, a mirror held up to the troubling times in which we are living.This huge painting also functions as a jigsaw puzzle of the exhibition itself. A series of paintings completes the central work; they are small fragments of the large painting. Whereas the image was still readable in the integral version, here it escapes from view, becoming totally abstract. Pascal Rivet’s work possesses a constant playful character, that of a joyous creation despite the circumstances.

    • Passerelle Centre d’art contemporain
    • 2021
    • Les Arrivées (The Arrivals)

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Achraf-Touloub-007.jpg
    • 11.06.21 → 11.09.21
      Exposition
      Passerelle Centre d’art contemporain
    • Passerelle is hosting the first one-man exhibition by Achraf Touloub in any institution in France. In his work, Achraf Touloub (born in 1986 in Casablanca) strives to think of the initiatory and immersive dimensions inherent in technological tools which, paradoxically, echo the representation strategies of primordial time.

      For him, so-called ‘traditional’ art has an immersive dimension that blurs the boundaries between the object observed and the observer. The representations he produces do not function as windows onto the world, but rather as environments giving access to other universes or other states of awareness. According to the artist, one of the great keys to understanding our time consists in “grasping complex and intimate links between the development of technology (especially dematerialisation) and tradition, which both invite us to physical and immersive experiences”.

      The artist questions what today constructs and defines the ’real’; he is particularly preoccupied by our relationship with the digital and its influence on our lives. With the Internet, an immaterial universe has already emerged, escaping all regulation but proving increasingly mastered and controlled. Indeed, social networks and the Internet giants dissect our behaviour and intrude into our habitus to anticipate our needs and desires. The real has indeed become partly dematerialised, time has been distended. The invisible has overtaken the visible. HIs work is imbued with this observation which seeks to offer a breathing space from ‘all things digital’. His work slips away from our gaze and demands time to be read. It is also an attempt to return to the essence of art. In an underlying way, Achraf Touloub asks this essential question: how does one decipher an image and what relationship should we enter into with it?

      A corpus of previously unseen paintings, associated with older works, are on show in the upper gallery at Passerelle, rearranged for the occasion. The exhibition ‘Les Arrivées’ is constructed like an atmosphere, a diffuse feeling. The walls and floor are painted in a uniform colour, a neutral grey, recalling the shade of carbon copies and retouching software windows. Achraf Touloub connects his large paintings to this homogeneous space seeking an immersive effect. It’s all about making the visitor experience physical and liberating oneself from the mere pleasure of the visual. The central painting entitled Première Scène (as they split the horizon) reveals a timeless and seminal moment: two figures are communicating an experience for the first time. One could speak of oral transmission, possibly of theatre or fiction, but it is essentially a matter of inventing a new reality. These primitive, immemorial times fascinate the artist both conceptually and formally. To the artist, the schematic forms and natural colours recall an ancestral and sensitive character of art, nature in its entirety from the celestial sphere to landscapes, as much as they do ancient artefacts. These antediluvian traditions find themselves reinterpreted and re-contextualised in the ultra connected present. Through the enigmatic title of ‘Les Arrivées’, Achraf Touloub opens up a new chapter, that of painting and of a world returning to its origins.

    • Passerelle Centre d’art contemporain
    • 2021
    • Turfur

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/CACP-2021-Johanna-Cartier-008.jpg
    • 11.06.21 → 11.09.21
      Exposition
      Passerelle Centre d’art contemporain
    • Since 2013, Passerelle Centre d’Art Contemporain and Documents d’Artistes Bretagne has each year supported two artists from Brittany for a residency. Award winners are invited to live in Brest, devoting their time to the art centre workshop for a period of 3 months and producing a result in the form of a unique exhibition. Johanna Cartier (born in 1996) is therefore giving an account of her residency by presenting Turfur on the upper floor of Passerelle. A graduate of the École européenne supérieure d’art de Bretagne (European Academy of Art in Brittany), Rennes campus, in 2019, Johanna Cartier has for several years been developing works imbued with adolescent codes, resounding with popular music or examining rural landscapes with empathy and admiration.

      After being swept away by her enthusiasm for dog shows, another type of animal competition has now captured the imagination of Johanna Cartier: that of the equestrian world. Bringing together films, sculptures and paintings, the Turfur exhibition is the result of observing this very specific world balanced between sport and gambling for money. This very masculine world is that of the betting shop, the bar of the locality or housing estate, and the national lottery kiosk. The design of these places is dated or kitsch, the atmosphere is that of a France that is and has been made invisible, lulled by always-on channels of information.

      The title Turfur is a portmanteau word that can be read at several levels. Firstly, the English work ‘turf’ refers to land used for horse-racing and by extension to riding and activities related to racing. This title also evokes French ‘verlan’ reverse slang for ‘future’, as now widely used in urban argot, especially in rap. It also evokes the English word ‘fur’, an element – always synthetic with this artist – that she likes to use and which has a leading role in the exhibition. Finally, Turfur is a mantra, an exclamation from a world still unrecognised.

      Through two films, this exhibition also provides an opportunity to reverse roles, situations and suppositions. The horse-rider is here boisterous and excited, whereas the biker rider of urban rodeos proves to be tender and attentive to his mechanical mount. Both share their position as heroes while being at the same time unsettling. They mix the interests, a priori, of the ‘bourgeois’ – the glorification of the equestrian arts – with those of the ‘guys from the estates’, such as their fascination for power on two wheels.

      Turfur observes a margin of society that you pass every day, that of the crossroads by your workplace or on the way to the baker’s. You understand it well: behind the gaudy coloured shapes, the slogans and devastating punchlines, and the silky, cheap materials used by Johanna Cartier as the base for her vocabulary, an underlying class struggle with no goodies or baddies is being waged.

    • Passerelle Centre d’art contemporain
    • 2021
    • Là où est la mer… (Wherever the sea is…)

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/CACP2021_La-ou-est-la-mer_web-01.jpg
    • 11.06.21 → 11.09.21
      Exposition
      Passerelle Centre d’art contemporain
    • Achille Adonon (Bénin), Amina Agueznay (Maroc), Clay Apenouvon (Togo), Imane Ayissi (Cameroun), Yancouba Badji (Sénégal), Alun Be (Sénégal), Soly Cissé (Sénégal), Beya Gilla Gacha (France-Cameroun), Willys Kezy (RD Congo), Ange Arthur Koua (Côte d’Ivoire), Bunny Claude Massassa (Gabon), Amébédé Mouleo (Togo), Ghizlane Sahli (Maroc), Chéri Samba (RD Congo)

      The theme of the sea is highlighted in the exhibition with the relationship of Humans with the Ocean, in West and Central Africa, encompassing fear and fascination. Fourteen artists from coastal countries of Africa tackle ecological questions such as ocean pollution, managing plastic waste and endangered biodiversity. Meanwhile others confront the topic of immigration, difficult living conditions on the continent of Africa and the need for some would-be exiles to make perilous crossings on dangerous craft, examined in particular in the testimony of one artist who has made this long journey.

      In the waves there also reclines a goddess in the shape of a mermaid, the terrifying Mami Wata who seduces men to drag them deep under the waves, somewhat reminiscent of Princess Dahut in the Breton legend… Some artists have chosen to summon her up. Mami Wata may at times embody the strong, modern, and therefore disturbing woman of African societies. Finally, visitors will be plunged into the cultural and artistic traditions of Voodoo related to the cult of Mami Wata, very prevalent in sub-Saharan Africa.

      This exhibition is part of the Africa Season 2020 held by the Institut Français, inviting the public to look at the world and understand it from an African point of view.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Workshop enseignement supérieur (MEM Arras), autour de la médiation du patrimoine et de la transition écologique et sociétale

    • Workshop
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Créditphoto_MEMArras.jpg
      MEM Arras
    • 07.06.21 → 10.06.21
      Workshop
      La Villa Rohannec’h
    • La villa Rohannec’h accueille pour une semaine de création le Master en apprentissage en alternance pour les métiers du musée. Une formation collaborative, professionnalisante, transdisciplinaire et itinérante. Les 22 étudiantes sont accompagnées par Isabelle Roussel-Gillet et Serge Chaumier, scénographe et muséologue. Semaine de travail découpée en 2 temps de travail individuels puis un temps de travail sur des sujets de transition écologique et de société et l’engagement des publics en lien avec la villa Rohannec’h.

    • Minoterie21
    • 2021
    • Stéfan Tulépo, Research Residency at the Chapelle de la Congrégation in Peillac

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/S_Tulepo_2018ACB.jpg
    • 07.06.21 → 06.08.21
      Résidence
      Minoterie21
    • In the context of artists’ residencies supported by an initiative of the Drac and Regional Council, the municipality of Peillac has partnered with Minoterie21 to invite the artist, Stéfan Tulépo in residence. The residency is taking place in the Chapelle de la Congrégation, rue de la mairie in Peillac and will be followed by an exhibition in the same venue (see separate information in the agenda)

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de création : Anaïck Moriceau

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/portraitanaickmoriceau.jpeg
      Anaïck Moriceau
    • 31.05.21 → 24.08.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • Repenser la question de l’atelier. Cette résidence va permettre à l’artiste Anaïck Moriceau de retrouver une pratique artistique personnelle, après plus de dix ans passés à travailler dans l’édition d’art. Ce projet, un atelier de sérigraphie auto-conçu, sera évolutif et les plans de l’atelier seront partagés en open source.


      Après la découverte de la sérigraphie à l’école des Beaux-Arts de Rennes elle se spécialise dans cette technique qu’elle aime pour « son côté magique et spontané», à l’École nationale supérieure des arts visuels de La Cambre à Bruxelles.
      Anaïck Moriceau est originaire de Saint-Brieuc et vit à nouveau dans sa ville.
    • 40mcube
    • 2021
    • Laura Gozlan, Onanism Sorcery

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_lauragozlan_portrait_2.jpg
    • 29.05.21 → 28.08.21
      Exposition
      40mcube
    • For her solo show at 40mcube, Laura Gozlan creates a sculptural environment in which is displayed a cycle of video micro-fictions staging an evocation of the Monstrous Feminine.

      In her installation composed of videos and sculptures, Laura Gozlan questions the links between subculture and Posthumanism, their founding myths such as New Age and Cybernetics, and their dystopias.


      She creates video fluxes by assembling in a non-hierarchical way both images she borrowed or shot herself, and merging them with a soundtrack that induces altered states of consciousness. She elaborates sculptural environments along the lines of Gene Youngblood’s Expended Cinema [1]. Through fragmentation, crumpling and reflection operations, she conducts research on the three-dimensionality of projected images.

      She finds as much inspiration in the giallo, as she does in anticipation film, and in scientific documents. All three conceal archetypes and techno-utopian myths that inform us about their resonance with occultism and ideologies of these countercultures.

      For her solo show at 40mcube, Laura Gozlan present a series of videos displayed in an environment made of sculptures. She interprets MUM, a character who originates in the « Monstrous Feminine «, and embodies different forms of it: archaic mother, vampire, witch. Barbara Creed [3] sees this archetype of horror cinema as a reflection of the patriarchal ideology that presents women as monstrous and abject in that their sexuality and «reproductive function» are opposed to the symbolic patriarchal law. The rites that the artist stages merge archetypes specific to witchcraft and programs of transhumanism.

      MUM foils the masculine-feminine binarisms and borders on the abject when she gets high on mummy fumes with a female urinal, as a rejuvenation cure. The «biopolitics of the bathroom» [4] with its social construction of bodies and its assignment of genders is swept aside when MUM frees herself from the dictates of the cosmetics industry regarding the preservation of women’s youth. MUM returns in a new video cycle, inspired by didactic tutorials, in which she practices sexual magic. As diffuse as elusive in its origins, this practice consists in manipulating voluptuousness as an energy intended to make wishes come true.
      Far from the voyeurism often associated with auto-eroticism, it is a question of moving it onto the field of grotesque horror, with humor allowing it to be both aggravated and distanced.

      The sculptures presented in the exhibition are all objects that can be activated during MUM’s performances: stretched bodies, anatomical fragments, prostheses, etc. These artifacts create a hushed and minimal environment, halfway between the laboratory and the boudoir.

      [1] In his book Expanded Cinema published in 1970, theorist of media arts Gene Youngblood is the first to consider video as an artistic practice.


      
[2] Giallo refers to a particular Italian film genre that mixes thriller, horror and eroticism.



      [3] Barbara Creed, The Monstruous-Feminin – Film, feminism, psychoanalysis, 1993.



      [4] Paul B. Preciado, « Biopolitique à l’ère du capitalisme pharmacopornographique », in
Chimères, 2010/3 (no74).


    • Chapelle des Ursulines / Maison des Archers / Médiathèque
    • 2021
    • Cheminements – Xavier Krebs

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/invit-Xkrebs.jpg
    • 29.05.21 → 10.10.21
      Exposition
      Chapelle des Ursulines / Maison des Archers / Médiathèque
    • Acknowledged as a key figure of the post-war abstract movement, inspired by lyrical abstraction, by Japanese art and by his journeys to India, the artist’s trajectory is as original as it is little known. Born in Brittany, he started his painter’s career in 1950 in Pont-Aven, in Paul Gauguin’s former studio.
      He participated in several group exhibitions at the Salon d’Automne in Paris and worked for the Keraluc faience factory in Quimper. His artwork is now being preserved and exhibited in many major public collections.

      A THREE-STEP ARTISTIC JOURNEY

      The itinerary of the exhibition reflects the diversity of Xavier Krebs’ artistic career. It tells the story of an evolution towards abstraction, contemplation and meditation. The exhibition unfolds in three different locations which interact and respond to each other: at the Chapelle des Ursulines, his paintings are presented in chronological order; at the Maison des Archers, the exhibition focuses on his Breton roots, his notebooks and his various collaborations, while at the médiathèque, the artist’s memory and influences are highlighted.

    • 40mcube
    • 2021
    • Margaux Janisset

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_margauxjanisset_3_web.jpg
    • 24.05.21 → 11.07.21
      Résidence
      40mcube
    • Through the experience of color, light or touch, Margaux Janisset’s work explores the practice of painting in different forms. The artist plays with space and the temporality of the gaze, proposing a sensitive experience of painting. Sometimes on paper or notebooks, she extends her work into in situ interventions and inserts itself into the architecture. In the words of the artist, she thus develops a site-responsive rather than site-specific practice. The works are not separated from their process of realization and the conditions of their presentation.

      The architectural context is the starting point of Margaux Janisset’s work. It determines an ambiance, an atmosphere, a climate. She intervenes in exhibition spaces, but also in interstitial spaces (a corridor, a window). The architectural elements are the supports, the points of support of gestures and colors. Her interventions make body to the architecture, and she tries to reveal, to unveil, the lights, the shadows and the traces, the textures, the imperfections of the walls. By relying on what is already present, she acts with the space, accompanies its movement, and seems to collaborate with it.

      By discreet and light gestures, at the limit of the perceptible, appears an uncertainty between what is already there and the interventions of the artist. Guided by sensations, she induces a floating specific to each place, a tone. Her interventions are clues, scattered tracks that react with the space to leave room for intervals and give importance to the void that participates in the rhythm of the whole. The time stretches and allows to reveal the nuances, the colors appear and disappear in a perpetual movement of coloration and discoloration.

      Margaux Janisset proposes an experience of space, light and time and focuses on their permanent changes. She invites the viewer to adopt a floating, airy look. The discretion of certain paintings participates in a space in movement where each change becomes an event. It is no longer a matter of looking at the work from a distance, but of inhabiting it, of living a moment in its presence.

    • Les 3 CHA
    • 2021
    • Eric Vassal, Dessus / Dessous

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/20181024_153815_NB.jpg
    • 22.05.21 → 04.07.21
      Exposition
      Les 3 CHA
    • Roundness and reflection.

      The cloud, a real divine symbol in the history of art, is, dreamlike and contemporary, shaped in Dessus / Dessous. The three-dimensional sensory installation that the artist offers is made up of a thousand balloons, inviting you to find your head in the clouds and in the vault thanks to a mirror that can make the Hall of Mirrors at the Palace of Versailles blush. It is about living a playful, poetic and perhaps a little unsettling stroll in this cottony and soft universe. Take care, the top literally blends into the bottom!

      Eric Vassal is a multidisciplinary artist since his work has developed through a constant exchange between sculpture, painting, printmaking and photography. He first worked as an illustrator for prestigious newspapers such as Le Monde and Le Figaro before entering the visual arts. For his installations, he of course reflects on the link that the work has with space, but he also takes into account the fact that the latter becomes collective through the presence of the public and its journey.

    • méandres
    • 2021
    • Faire un monde

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/acb_monde_2020.jpg
    • 22.05.21 → 29.08.21
      Exposition
      méandres
    • Julie Aybes, Samuel Beckett, Denis Colin, Fabienne Houzé-Ricard, Laurent Millet, Brigitte Mouchel, Mathieu Pernot, Till Roeskens

      Parce que nos sociétés sont traversées par des questions qui concernent le territoire, la liberté d’aller et venir, l’obligation de migrer, la fermeture des frontières, l’espace vital en danger, les zones à défendre… Là — coins, mondes, terrains, archipels, îles, maisons, places… lieux — s’inventent et se pensent des possibles.
      Interroger le lieu comme espace ouvert, penser en territoire sans bords, sans identité, nommer, tâtonner, déborder, écouter les lieux, entendre des animaux qui traversent, le vent, ce qui sourd, élargir, déplacer les montagnes, laisser fuir (les “lignes de fuite” de Gilles Deleuze), dériver.
      Interroger le lieu comme espace qu’on invente, bricoler, construire, peupler, tracer le lieu (les “lignes d’erre” de Fernand Deligny), inventer des cabanes, des asiles, se poser, rêver, saisir, défaire, prendre lieu, déplier, revenir.

      Inviter des artistes qui écoutent des lieux, qui inventent des territoires ou des abris, qui ouvrent des brèches, qui explorent des interstices :
      Faire parler les images par le temps mis à tourner autour de leurs secrets, montrer les étapes de la quête d’un lieu qui va. (Julie Aybes — photographe, vidéaste)
      « […] c’est-à-dire, faire un endroit, un petit monde, faire un petit monde, il sera rond, cette fois il sera rond, ce n’est pas sûr. » (Samuel Beckett — écrivain, poète, dramaturge)
      Habiter là — et pourquoi pas — dans des cabanes bricolées de charme et de gravité, ruines retournées comme des chaussettes. (Denis Colin — plasticien)
      Coudre au fil rouge les espaces ouverts, la possibilité d’un retour au nid. (Fabienne Houzé-Ricard — plasticienne)
      Construire le fragile, donner sa profondeur et sa respiration à l’espace inventé, bâtir de l’image sur le réel et, de l’image, extraire du réel. (Laurent Millet — photographe, plasticien)
      Passer outre, repérer l’interstice dans un paysage urbain saturé, la respiration, le trou où se glisser. (Brigitte Mouchel — écrivain, plasticienne)
      Remplacer la ligne de mire par des lignes d’horizon. (Mathieu Pernot)
      Dessiner des lignes qui s’entrecroisent, finissent par dérouler une topographie, signaler des lieux, bâtir des maisons, indiquer des parcours. (Till Roeskens — photographe, vidéaste)

      Une exposition. Y déambuler.
      Se confronter à l’expérience d’un lieu, l’hypothèse d’un lieu, la tentative d’un lieu.

    • L’Œil d’Oodaaq
    • 2021
    • Oodaaq Estival, a summer of nomadic and poetic images

    • Atelier
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/52-2.jpg
    • 21.05.21 → 27.05.21
      Atelier
      L’Œil d’Oodaaq
    • 120 artistes de diverses nationalités, à retrouver sur le programme

      In May 2020, the 10th Oodaaq Festival should have taken place, an anniversary and retrospective edition that wanted to highlight 10 years of video programming. First canceled, then postponed and finally rethought: the Oodaaq Festival loses its F to become “L’Estival Oodaaq, a summer of nomadic and poetic images” (Estival means summery or summer-like). We regret the impossibility of meeting again, but we hope to compensate a little by a season rich in artistic proposals, which will be visible in the partner venues and in the Lieu gallery in Rennes successively.

       

      With the Estival Oodaaq, you will be able to discover one after another, between May 21 and July 27, the 4 seasons program, retrospective presenting 100 favorite videos of recent years, a selection of works from the call for projects launched in 2020, exhibitions, image-making workshops, residences and an outdoor projection.

       

      Find all the information on the website https://www.loeildoodaaq.fr and on Facebook https://www.facebook.com/LŒil-dOodaaq-785050491626215

    • La Criée centre d’art contemporain
    • 2021
    • Jockum Nordström, “Pour ne pas dormir”

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/2021_1_JockumNordstum_affiche.jpg
    • 19.05.21 → 29.08.21
      Exposition
      La Criée centre d’art contemporain
    • Collage, painting, sculpture, illustration: whatever, Jockum Nordström’s work is shot through with references to popular culture, art brut, jazz, Surrealism, architecture, the folklore of the sea and contemporary art. In the resultant dreamlike fables whole worlds and epochs intersect.

    • Frac Bretagne
    • 2021
    • (No)Time de Pauline Boudry & Renate Lorenz

    • Exposition
    • 19.05.21 → 19.09.21
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Pauline Boudry & Renate Lorenz work together in Berlin since 2007. They produce films, installations and sculptures with a strong connection to performance, choreographing the tension between narration and abstraction, visibility and opacity. Their performers are choreographers, artists and musicians, with whom they are having a long-term conversation about the conditions of performance and the violent history of the gaze, but also about companionship, glamour and resistance.

      Their works have been recently presented at n.b.k, Berlin (2020), at Centre Culturel Suisse, Paris (2018), at the Contemporary Art Museum, Houston – USA (2017). They also have represented Switzerland at the 58th Venice Art Biennale (2019).

    • Frac Bretagne
    • 2021
    • Francesco Finizio, Go Ghost!

    • Exposition
    • 19.05.21 → 19.09.21
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Through the use of DIY aesthetics and an often off-the-cuff approach full of humor and self-irony, Finizio has been developing a body of work rooted in the observation of incidents and phenomena that revolve around questions of exchange, value and cultural meaning. His installations operate as both events and models. They entangle the depiction of scripted spaces of commerce, habitat, display, construction, archive and work, with a model-like quality that actively speculates on the uses, statuses, and sentiments that these spaces perform.

    • Frac Bretagne
    • 2021
    • Mauve Zone, Frac Bretagne-Art Norac Award 2021: The nominees

    • Exposition
    • 19.05.21 → 19.09.21
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Corentin Canesson, Hilary Galbreaith, Camille Girard & Paul Brunet, Samir Mougas, Alisson Schmitt, Anaïs Touchot

      Launched in 2020, he Frac Bretagne–Art Norac Award aims to support the professional development of Brittany-based artists at the international level. The award is a Frac Bretagne initiative supported by Art Norac, the sponsorship association of the Norac group. The goal of the award is to help bring artists active in the region to the international scene, in order to promote the professionalisation of their journey beyond the borders of France.

      The Visual Arts Center in Austin in the United States is associated with the program and in 2022 will host the award-winning artist to produce a solo exhibition in its space.

      The exhibition at Frac Bretagne presents the nominees.

    • Galerie Raymond Hains
    • 2021
    • Jason Glasser, Music For Evenings

    • Non classé
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/jason-1.jpg
    • 18.05.21 → 15.10.21
      Non classé
      Galerie Raymond Hains
    • Jason Glasser est un artiste protéiforme : plasticien et musicien, il prend plaisir à brouiller les pistes, transmettant une énergie pop à ses œuvres plastiques et intégrant des approches expérimentales à ses projets musicaux (chant, violoncelle, guitare…).
      Ses œuvres s’inspirent de la culture pop américaine dans laquelle il a grandi : de la mythologie du Far Ouest en passant par les conquêtes esthétiques d’Andy Warhol, les aventures naïves de Phillip Guston ou les extravagances colorées de Ken Price.
      Il produit des peintures sur pare-brise, sur tissus, sur filet ou sur toile ; des dessins fixes et animés ou des installations dont l’apparente simplicité lui permet d’orchestrer d’innombrables nuances poétiques entre abstraction et figuration.

      Music For Evenings est le titre d’une récente série de peintures de Jason Glasser. Il évoque pour l’artiste l’ambiance contemplative de l’« heure dorée » où la couleur s’intensifie juste avant de se dissoudre dans la nuit.

      Cette série de grandes toiles est le résultat d’expériences croisant la peinture à des techniques empruntées à la gravure, au collage et au cyanotype (l’ancêtre de la photographie, inventé au début du XIXe siècle).
      Des silhouettes, des formes simples, des paysages apparaissent par un jeu de faibles contrastes sur des plages de couleurs très intenses et fluides.
      Elles forment une série d’images qui semblent imprimées par le soleil et invitent l’imaginaire à compléter ce qui est parfois à peine révélé.

      Jason Glasser tente ici d’incarner la nature transitoire de la vision dans le milieu statique de la peinture.

      Deux œuvres vidéo de Jason Glasser sont présentées dans le salon de projection : “Anthem” (2021), est un prolongement animé des expériences menées pour la série Music For Evenings auquel se joint une composition musicale chantée par l’artiste. “Charms” (1996), est un extrait d’une de ses premières expériences vidéo, produite à l’époque de ses études à New-York, où l’intérêt pour les impressions solaires et les compositions “low fi*” apparaît déjà.
      _
      Né en 1968 dans le Connecticut (USA), Jason Glasser vit et travaille à Paris.
      Il est diplômé du Hunter College (New-York).
      Depuis la fin de ses études, son travail se nourri de collaborations dans le champ de l’art (Mains d’Oeuvres ; La Chapelle St-Jacques centre d’art de St-Gaudens ; Parker’s Box gallery New-York ; Superéditions Paris…), de la musique (groupes Clem Snide et Fruitkey ; collaborations avec Etienne de Crécy) et du design (scénographie du spectacle “Sur les Chemins de Patti Smith” ; design de textiles pour la créatrice Vanessa Seward).
      _
      * Lo-fi (abr. de low-fidelity, « de basse fidélité ») est une expression apparue à la fin des années 198O aux Etats Unis pour désigner certains groupes ou musiciens underground adoptant des méthodes d’enregistrement primitives pour produire un son « sale », volontairement opposé aux sonorités jugées aseptisées de certaines musiques populaires.

    • Les Moyens du Bord
    • 2021
    • Yuna Amand, Dasson

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/visuel-Dasson-YunaAmand.jpg
      Dasson Yuna Amand
    • 17.05.21 → 27.06.21
      Exposition
      Les Moyens du Bord
    • L’association Les Moyens du Bord a convié Yuna Amand à intervenir dans le cadre d’un projet d’éducation artistique et culturel (EAC) co-construit avec l’école publique bilingue du Poan Ben à Morlaix.
      À partir d’une sélection d’oeuvres de l’artothèque des Moyens du Bord, ils ont déterminé ensemble un univers sonore en lien avec ces dernières.
      Dans la découverte de la bidimension de cet art imprimé, et de la tridimension du son, comment pouvons-nous créer des interactions ? À partir de la création de paysages sonores, comment peut-on exprimer des sensations, des émotions?

      Plus d’information sur l’exposition sur le site des Moyens du Bord, ICI.

    • Frac Bretagne
    • 2021
    • Photographs of the Frac Bretagne Collection

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Visuel-13_Stephen-Shore-Natural-Bridge-New-York-31-juillet-1974-collection-Frac-Bretagne-©-Stephen-Shore.jpg
    • 13.05.21 → 19.09.21
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Olga Chernysheva, Gilles Ehrmann, Anita Gauran, Raymond Hains, Estelle Hanania, Bethan Huws, Guillaume Janot, Gabriel Orozco, Alain Roux, Maryvonne Rocher-Gilotte, Stephen Shore, Eric Tabuchi et Nelly Monnier, Hervé Thoby

      This summer, the gates of the old Court House of Pontivy will be adorned with a collection of photographs from the Fonds régional d’art contemporain Bretagne. With more than 5,000 works, the Frac Bretagne’s mission has been to bring contemporary art to Brittany for forty years. It is a public service of culture, supported since its origin by the Region and the Naitional government. In Pontivy, it is therefore natural that it should take over the gates of the Court House, an emblematic building currently being transformed to accommodate the Region’s new services for the population. From here and elsewhere, these photographs present a glimpse of what this common heritage conceals, and are part of the summer tour Une traversée photographique en Bretagne which proposes a jouney through more than 15 exhibitions through out Brittany.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de création : Julie Vacher

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/JulieVacher4.png
      Julie Vacher
    • 03.05.21 → 02.07.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • Julie Vacher, diplômée des Beaux-Arts de Lyon en 2013 et du Fresnoy-Studio National des Arts Contemporains en 2018, analyse, interroge et met en scène les rapports d’interprétation et de transformation entretenus par les humains et les non-humains avec leurs environnements. Le champ de ses expérimentations s’étend de l’imaginaire écologique au fantasme sanitaire en passant par l’univers du travail. Via un travail d’écriture, elle explore le langage et son oralité, dont elle relève la poétique et les mécanismes de construction à travers le son, la vidéo, l’automatisation ou encore le web. Ancrés dans le réel, ses récits sont spéculatifs et hybrident le documentaire et la fiction expérimentale, le naturalisme et l’artificiel, le faux-semblant et les néologismes. Dédiés à une expérience collective, ils se cristallisent en exposition sous forme d’installations agissantes.
      La réalisatrice Julie Vacher profitera de sa résidence à la villa Rohannec’h et dans la baie de Saint-Brieuc pour terminer l’écriture et réaliser le tournage de son film Chimère song.

    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Archives Publiques

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/ArchivesPubliques.jpg
      Exposition Rennes - Phakt Centre Culturel Colombier
    • 01.05.21 → 20.05.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Archives publiques est une exposition éphémère d’images anciennes du Colombier installées sur un parcours traversant le quartier :

      • 20 affiches collées directement dans l’espace public, dont les images proviennent des Collections du Musée de Bretagne.
      • Chaque affiche est accompagnée des crédits photographiques et d’un QRcode renvoyant à une google maps qui géolocalise les affiches dans le quartier.

      Le projet est en partenariat avec, notamment, la ville de Rennes et le Musée de Bretagne.

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Mathilde Geldhof et Alexandre Luu, artistes en résidence

    • Rencontre
    • 12.04.21 → 03.07.21
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Mathilde Geldhof, Alexandre Luu

      Les Ateliers du Plessix-Madeuc vous invitent à découvrir le travail de Mathilde Geldhof  et Alexandre Luu, en résidence jusqu’au 3 juillet 2021.

      Mathilde Geldhof 

      Née en 1988 à Reims, elle vit et travaille à Paris. Elle est diplômée de l’école des Beaux-Arts de Paris en 2014. 

      Alexandre Luu

      Né en 1987, il vit et travaille à Paris. Diplômé en 2015 de l’Ecole nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris.
    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Home Movie

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/HomeMovie.jpg
    • 06.04.21 → 29.05.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Corentine Le Pivert et Nicolas Gérot

      HOME MOVIE  est le titre de l’exposition dans laquelle sont présentés les fragments d’un film intitulé Colombia …

      Entre le lieutenant Columbo, prince des séries TV, et Colomba, héroïne de Prosper Mérimée, en passant par la navette Columbia ou la société de production du même nom, …
      Corentine Le Pivert & Nicolas Gérot nous invitent à découvrir une fiction mystérieuse aux allures d’étrange promenade urbaine.

    • Le Carré d’Art
    • 2021
    • Aux étoiles le poids de la terre. Juliette Agnel, Émilie Houssa

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/DSCF1547.jpg
    • 31.03.21 → 19.06.21
      Exposition
      Le Carré d’Art
    • Juliette Agnel (photographies), Émilie Houssa (texte)

      Invitée en résidence durant l’été 2020, Juliette Agnel a œuvré de nuit pour mieux voir ce qui reste caché. Comment voir dans le noir, ce qui nous entoure – la nature, la ville, et la perméabilité entre les deux ? La photographe a pris le temps, elle s’est autorisée des pauses longues lui permettant de dévoiler peu à peu  les éléments obscurs d’une cité qui se révèle sous de nouvelles formes durant les mois de confinement. Entre les habitats plongés dans le silence et le retour  insolite de la végétation, elle a produit des images puissantes où tout n’est plus que surface, réceptacle des ombres.

      Émilie Houssa de son côté a fait cueillette de mots, de sensations, d’images, pour rédiger une nouvelle dont le protagoniste est un peintre de nuages, un cueilleur de nuées qu’il reporte sur les murs qu’il trouve au gré de ses pérégrinations. Les paysages de Juliette Agnel reconstruits entre jour et nuit, sont, pour elle,  supports de fiction. Ce sont des lieux magiques et poétiques, qui laissent le temps d’arriver à pas feutrés, d’entrer dans la pierre, d’éprouver le poids de  l’espace et  le frisson du temps, de construire un monde.

      Aux étoiles le poids de la terre fait l’objet d’une publication aux éditions Contrejour.
      L’ouvrage d’art sera disponible en librairie à partir de fin mars 2021.

      Partenariat avec l’association L’art à l’ouest, dans le cadre du programme Territoire rêvé Bretagne :

      Au bout de la Bretagne prend fin l’Europe occidentale. Cette situation, ouverte sur la mer et tendue vers d’autres horizons, imprime l’identité bretonne et ses  territoires, elle relie ses paysages et ses habitants à la manière d’un port d’attache, mi-terre, mi-mer, ancrage réconfortant en même temps que matières à   utopies. C’est ici, depuis cet « espace tangible » que s’imagine Territoire rêvé Bretagne, un programme triennal de résidences, qui offre à six artistes – trois  photographes et trois écrivains – d’explorer librement la géographie des lieux traversés pour créer une œuvre poétique qui capte quelques rêves, relie le visible et l’invisible sans oublier d’interroger les interstices et les marges. Avec Aux étoiles le poids de la terre, Chartres de Bretagne, située en lisière de Rennes, est la  seconde ville après Saint-Malo à accueillir ce programme avec les photographies de Juliette Agnel accompagnées d’une nouvelle d’Émilie Houssa, Sinon les  nuages.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2021
    • Belle saison

    • Exposition
    • 21.03.21 → 30.05.21
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Olivier Garraud, Pascal Pellan

      Olivier Garraud

      LA CONVERGENCES DES FORMES

      Dans sa pratique Olivier Garraud oppose un style graphique sobre et enfantin emprunté aux coloriages, à la bande dessinée et une ligne éditoriale acerbe, critique proche des slogans de journaux satiriques. La plupart de ses œuvres sont répertoriées à L’Office de dessin, une forme de cabinet que l’artiste a imagine et créé en 2016. Il regroupe une collection de séries de dessins dans laquelle il pioche au grés des lieux d’exposition où elles sont montrées.

      Dans ses expositions, les phrases chocs côtoient dessins et sculptures illustrant un monde en noir et blanc qui met en exergue l’absurdité de la société et ses incohérences. A travers des scénographies immersives, l’artiste pousse les visiteurs à se questionner sur leurs propres contradictions. Il les invite à prendre part aussi aux sujets qu’il soulève comme notamment l’écologie, l’éthique et la politique. Derrière un esprit provocateur cher à nos caricaturistes, la liberté d’expression d’Olivier Garraud montre à quel point le monde actuel, binaire et manichéen, noir ou blanc, comme la gamme chromatique qu’il utilise, laisse peu de place aux débats philosophiques et constructifs.

      Dans le cadre de son exposition à la galerie Laizé, l’artiste poursuit ce travail autour du stéréotype et de l’image onomatopéique chère à la bande dessinée. Un langage universel dont le message instantané et direct va à l’essentiel. Le cliché poussé à l’extrême est ainsi pour l’artiste une façon d’aller droit au but. Le proverbe “Il n’y a pas de fumée sans feu” correspond à cet esprit sans équivoque formalisé par la série de sculptures Signaux noirs. Ces objets à la fois sculpturaux et graphiques représentent une forme commune à tous : le nuage de fumée noire. Ce symbole de l’industrie polluante, dont les volutes nauséabondes sont provoquées par la négligence humaine, se diffusent bien au-delà des territoires urbains. Les œuvres renvoient en quelque sorte à des phylactères en trois dimensions qui illustrent la déliquescence.

       

      Pascal Pellan

      RENCONTRE DU TROISIÈME TYPE

      et les élèves de la section ferronnerie
      du lycée professionnel du Mont Chatelet de Varsy.

      Artiste pluridisciplinaire, Pascal Pellan pratique la peinture, l’art sonore et la performance. A partir de ces différents médiums, il réalise des œuvres aux formes multiples inspirées notamment d’arpentages effectués dans des paysages urbains ou ruraux.

      Dans le cadre du vernissage des expositions de printemps, l’artiste présente la pièce Rencontre du troisième type. Cette œuvre conçue sur le principe du tourniquet a été réalisée en collaboration avec des élèves de la section ferronnerie du lycée professionnel du Mont Chatelet de Varsy. Elle raconte une histoire sonore, celle d’un palmier qui tente de communiquer avec une parabole.

    • Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • 2021
    • 1 2 1 2 1

    • Exposition
    • 13.03.21 → 26.05.21
      Exposition
      Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • Norman Dilworth

       

       

      Norman Dilworth is interested in the phenomenon of numbers. His choices have a purely abstract basis, no reference to nature, although his finished works often give reason for associations in this sense. He humorously refers to it as “the nature of things”.

      Norman Dilworth concentrates on simple mathematical rows, ascending or descending, inclined, angles of a precise degree etc. Yet the result is confusingly complex and mostly difficult to explain. His favorite materials are wood, stained black. Also, in his recent work, he uses for example traditional steel combined with stainless steel, and even string. The original color of the material plays an essential role in most of these new wall sculptures.

      The solo exhibition “1 2 1 2 1” celebrates the 90th birthday of the English sculptor who has been exhibiting since 2004 at the Oniris gallery in Rennes and at contemporary art fairs in Paris and internationally.

    • Les Moyens du Bord
    • 2021
    • Megamix, David Renault et Mathieu Tremblin

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/MEGAMIX_Carton__VFINAL-RECTO-1.pdf
    • 20.02.21 → 24.04.21
      Exposition
      Les Moyens du Bord
    • David Renault et Mathieu Tremblin alias Les Frères Ripoulain

      Les Frères Ripoulain est un duo d’artistes français formé à Rennes en 2006. David Renault est né en 1979, il vit à Écouan (près de Paris) et travaille en France. Mathieu Tremblin est né en 1980, il vit à Strasbourg et travaille en Europe. David Renault et Mathieu Tremblin se sont rencontrés en 1999 à l’université à Rennes et ont formé à l’issue de leurs études en arts plastiques le duo les Frères Ripoulain en 2006.

      En solo ou en duo, ils privilégient des formes de créations contextuelles.

      Tel des travailleurs de la voirie, ils explorent et réalise des enquêtes de terrain sur les relations entre urbanité et urbanisme. Ils rendent compte de leur travail et observations par le biais d’espaces de consultation inspirés des bureaux d’étude.

      David Renault et Mathieu Tremblin œuvrent dans les espaces en jachère de la ville et développent des protocoles d’action urbaine autour des notions de contre-façon, d’abandon et de dégradation, d’expression autonome et spontanée, de langage cryptique et de désobéissance civile.

      Vendredi 19 février 2021 de 14h > 19h : Inauguration de l’exposition avec visites privées en compagnie des Frères Ripoulain (Sur réservation)

      Samedi 20 février 2021  de 14h > 18h : Visites privées en compagnie des Frères Ripoulain  (Sur réservation)

      Mars 2021 : Rencontre Débat en visioconférence, avec Les Frères Ripoulain + Guests (Sur inscription)

      Visites commentée de l’exposition tous les jeudis à 17h30

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Portes ouvertes dans les ateliers d’Ymane Chabi-Gara et d’Iwan Warnet

    • Rencontre
    • 20.02.21 → 20.02.21
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Ymane Chabi-Gara, Iwan Warnet

      Rencontre avec Ymane Chabi-Gara et Iwan Warnet, artistes en résidence à Saint-Jacut-de-la-Mer.
      L’occasion de découvrir leurs recherches artistiques et les œuvres qu’ils réalisent.

      Samedi 20 février 2021
      10h00- 13h00 et 13h3-17h30
      Sur RENDEZ-VOUS 

      Entrée libre (accueil selon le protocole sanitaire en vigueur)
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
      Résidence SNCF 1 rue de Dinan à Saint-Jacut-de-la-Mer
       
    • RESIDENCE COLLECTIVE : Astérismes, avec Anaïs Touchot commissaire d’exposition Chiens, humains et autres partenaires
    • 2021
    • Résidence collective : Astérismes, avec Anaïs Touchot commissaire d’exposition Chiens, humains et autres partenaires

    • Non classé
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Astérismes_CréditPhoto_AnaïsTouchot2-e1622544646851.jpg
      Astérismes photo Anaïs Touchot
    • 17.02.21 → 27.02.21
      Non classé
      RESIDENCE COLLECTIVE : Astérismes, avec Anaïs Touchot commissaire d’exposition Chiens, humains et autres partenaires
    • Julie Béasse, Reda Boussella, Elise Carron, Francesco Finizio, Charlotte Khouri, Vincent Malassis, Anouchka Oler et Pauline Uguen.

      L’association de production et de diffusion d’art contemporain finistérienne Astérismes propose chaque année à un artiste d’organiser une exposition dans le fort de Combrit (29). Cette année leur résidence s’est déroulée exceptionnellement à la villa Rohannec’h.
      L’artiste plasticienne Anaïs Touchot s’est entourée de : Julie Béasse, Reda Boussella, Elise Carron, Francesco Finizio, Charlotte Khouri, Vincent Malassis, Anouchka Oler et Pauline Uguen. Ensemble, ils ont créé et présenté (du 1er au 25 mars à l’école des Beaux Arts de Saint-Brieuc) l’exposition « Chiens, humains et autres partenaires ».
      Exposition en coproduction avec le Centre d’Art Contemporain Passerelle (Brest)

    • 40mcube
    • 2021
    • Ariane Loze, Utopia

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_arianeloze_1.jpg
    • 12.02.21 → 07.05.21
      Exposition
      40mcube
    • The title of Ariane Loze’s exhibition at 40mcube includes her two films Utopia and Mainstream (1). Based on the same directing concept, the artist plays several characters and several voices that take turns being heard.


      The first film is shot in an architectural environment purified by a serene blue color, in which the artist walks alone, dressed in a yellow coat that creates a luminous contrast. In this beautiful but desperately empty space, her text sounds like a speech with a prophetic tone that turns into an exchange between several characters supposedly gathered in this contemporary agora, and which can be distinguished by a change of hairstyle, an accent, an intonation. They talk about democracy, vital needs, collective representation, the common good, difference, changing things, breaking out of a mold, and finally: imagining a utopia.

      The movie turns off and on the left wall of the exhibition space appears the first image of Mainstream. Darker, in ochre and grey tones, it takes place during a dinner where several people take turns speaking in a conversation that looks more like a succession of intermingled monologues than a real exchange. Here, too, a whole vocabulary is deployed, punctuated by numbers and English words in assertions full of certainties, in a tone of advice that sounds more like injunctions. It’s about managing a team, about success, about strategy to achieve it, about a way of life to survive the pressure. A few elements make it possible to identify an activity that would result from this language, such as duck breeding or culture. The characters change subtly along the film, their clothes evolve and their attitude too, and the discourse full of dazzling cynicism ends with a very liberal acceptance of the disappearance of the figure of the boss. Appearing as a glimmer of hope, this last idea opens the way for Utopia, which takes over by starting again on the main wall of the exhibition space.

      Thus in the reunion and looping of these two films, which find their own place and their own time in a common space, two opposites that are only the reflection of the cohabitation of different worlds come together. The two languages extracted from any context become metalanguage and resonate all the more powerfully as we observe them today through the prism of the health and social crisis we are experiencing.

      Without Manichaeism, the choice of naming the exhibition Utopia rather than Mainstream points, however, to a desire to privilege collective and democratic values, even if this discourse may appea rof blatant disembodiment in our society.

      Anne Langlois

      1. The dominant ideas or ways of doing things used by most people.


      2. Utopia was shot in the installation Eurotopie by Traumnovelle and Roxane Le Grelle, presented in the Belgian pavilion at the Venice Biennale of Architecture in 2018.

      Ariane Loze is represented by Michel Rein (Paris, Brussels).

    • Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • 2021
    • Renc’art Christophe Desforges et Guy Prevost, Fausse piste

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Photo-Guy-ACB.jpg
    • 06.02.21 → 06.02.21
      Rencontre
      Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • Christophe Desforges et Guy Prevost

      Les Renc’arts sont des visites accompagnées qui vous invitent à prendre le temps de découvrir la démarche des artistes et leur processus de création. Il s’agit d’un temps d’échanges convivial, ouvert à tous.

      Christophe Desforges et Guy Prevost seront présents pour cette rencontre.

      Entrée Libre – 17h

       

    • Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • 2021
    • Forsythia, Lilac And Geranium

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Couv.jpg
    • 04.02.21 → 25.03.21
      Exposition
      Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • RAFFAELLA DELLA OLGA, CAMILA OLIVEIRA FAIRCLOUGH & ELSA WERTH

      LE CABINET DU LIVRE D’ARTISTE PRÉSENTE :

      RAFFAELLA DELLA OLGA, CAMILA OLIVEIRA FAIRCLOUGH & ELSA WERTH
      “FORSYTHIA, LILAC AND GERANIUM”

      EXPOSITION 4 février . 25 mars 2021
      COMMISSARIAT Raffaella della Olga, Camila Oliveira Fairclough & Elsa Werth
      COLLECTIONS Archives de la critique d’art, Archives des artistes, BU d’Angers,
      Centre des livres d’artistes, CLA

      EXPOSITION SANS PUBLIC, OUVERTE SUR RDV SELON LES CONDITIONS SANITAIRES.

      Le CLA est heureux de réunir, pour la première fois, trois artistes de la scène éditoriale contemporaine : Raffaella della Olga, Camila Oliveira Fairclough et Elsa Werth. Outre la présentation de leur production imprimée respective, elles ont choisi de convoquer la figure de Mary Ellen Solt (1920-2007), artiste américaine dont les travaux de poésie concrète entrent en résonance graphique et conceptuelle avec leurs propres publications et dont l’incontestable actualité contribue à maintenir le lien entre des générations d’artistes.


      Depuis près d’un an, le Cabinet du livre d’artiste est soumis aux restrictions imposées par la pandémie. Dans ce contexte, de nombreuses expositions ont été fermées ou annulées. Pour celle des trois artistes, prévue de longue date, il a été décidé de maintenir l’événement, en admettant d’exposer sans public. Dès lors, cette exposition, livrée à elle-même le temps de sa propre tenue, doit pouvoir trouver un autre mode d’existence, du storytelling aux imprimés qu’elle a et va générer. Ainsi, le carton d’invitation et le journal de l’exposition seront diffusés comme à l’accoutumée, les cartels et fiches de salle seront répartis dans l’espace d’exposition et reproduits en ligne, des photographies de l’accrochage seront réalisées et accessibles sur notre site internet et surtout, la conception, le transport, l’accrochage, le contenu, l’inauguration, la documentation et la médiation autour de cette exposition seront transposés et rendus par l’intermédiaire d’une publication d’artistes, conçue et réalisée collectivement par les trois plasticiennes. Prolongeant l’exposition dans l’espace de la page, la publication fonctionnera à la fois comme un catalogue de leurs imprimés, précisément réunis au CLA, et un livre d’artiste hybride construisant un dialogue d’images. Ce livre-exposition est donc à considérer tant comme une pièce appartenant à cette dernière que comme l’unique manifestation concrète de cet événement fantôme.
    • Le Carré d’Art
    • 2021
    • Alexa Brunet, Beads and brickdust

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/alexa_brunet_NOLA-21.jpg
    • 29.01.21 → 24.03.21
      Exposition
      Le Carré d’Art
    • “Les superstitions font partie de notre folklore, rares sont ceux qui en soupçonnent la richesse, et plus rares encore ceux qui y croient. Pour ma part, les croyances populaires m’inspirent, de par leur incongruité et leur poésie. Dans une série précédente, Abrégé des secrets, qui explore des superstitions françaises, j’ai eu le sentiment de découvrir une langue presque morte, avec ses variantes locales, son vocabulaire, qui évolue et parfois s’éteint, en même temps que disparaissent ses locuteurs. Les mettre en scène, c’est l’occasion de les faire revivre, pour en fabriquer des images contemporaines. Mes photographies, questionnent leur statut et la réalité de pratiques non rationnelles, interrogeant autant les « secrets » de la nature que ceux de la nature humaine.

      Dans la continuité de ce travail, je poursuis cette exploration des croyances, dans des régions où elles cohabitent avec la modernité. La Louisiane a cette particularité d’avoir d’abord été une colonie française aux 17ème et 18ème siècles. Les premiers colons européens à s’y être installés étaient des Français, paysans, parias, filles de petite vertu, ils apportèrent avec eux leurs coutumes et leur religion souvent mâtinées de superstitions. Celles-ci furent très vite enrichies par les apports des différentes populations d’esclaves africains et créoles ; ceux-ci débarquant souvent avec pour seul bagage les rites de leur pays d’origine. Alors qu’en France les croyances populaires n’ont guère évolué depuis deux siècles, elles ont en Louisiane eu tout le loisir de se mélanger et d’acquérir leur typicité. Toujours vivaces, elles sont aujourd’hui un des piliers de la culture locale. Leur survivance et leur transmission m’ont portée vers cette région si distincte du reste des Etats-Unis, où le surnaturel, dans une certaine mesure, fait partie du quotidien.

      Dans cette série de photographies intitulée Beads and brickdust (perles et poussière de brique, ingrédients qui entrent dans certaines recettes), j’ai choisi d’illustrer les croyances de la Nouvelle-Orléans, ville multiculturelle s’il en est, au folklore particulièrement riche et imagé. Ici, chacun s’arrange avec les aléas de la vie et tente d’en influencer le cours, jadis pour éloigner loup-garou et ouragan, provoquer des transports amoureux, favoriser les récoltes ou honorer les esprits, aujourd’hui pour chasser les fantômes d’une maison, avoir de la chance au jeu ou prédire l’avenir.

      Prenant pour périmètre le quartier métissé de Bywater, j’ai proposé à ses habitants d’interpréter de façon très personnelle un rituel qu’ils pratiquent, ou qu’ils ont choisi par affinité. Dans cette série, j’illustre le lien qui unit les membres des différentes communautés à leurs objets, leur maison, leur quartier, aux éléments et au spirituel. Je m’attache ainsi à donner corps à ces rituels étranges, parfois drôles ou poétiques, tout en soulignant l’héritage culturel d’une ville américaine aux histoires multiples.” Alexa Brunet

      Série réalisée avec le soutien de l’aide à la photographie documentaire du CNAP et du New-Orleans Art Center.

    • L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2021
    • Raphaëlle Peria, Ariditatis et inundatio

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/R_Peria-Epecuen-techniques-mixtes-20-x-30cm-2019-web.jpg
    • 29.01.21 → 18.06.21
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • A travers des photographies quʼelle prend lors de ses voyages, Raphaëlle Peria fait du souvenir lʼune de ses inspirations premières. D’un moment vécu, d’un sentiment ressenti, d’une rencontre inattendue, elle livre au spectateur un instantané déjà loin. Plus loin encore, car l’artiste se laisse le droit de les oublier avant de commencer à les travailler.

      En attaquant la matérialité de la photographie ou de la plaque de cuivre, Raphaëlle Peria efface, préserve et révèle ce qui lui semble important. Elle tente de figer par la déformation de ses souvenirs personnels, un instant de notre mémoire collective, un fragment de notre Histoire qui sans cesse se réécrit.

      A L’aparté, Raphaëlle Peria présente un travail basé sur un voyage en Argentine dans la ville d’Epecuén, qui questionne les ravages sur l’environnement causés par l’exploitation touristique d’un lac salé. Le sel, symbole du développement de cette ville, devient un fléau pour sa population. Dans ce nouveau projet, l’artiste fait du sel un matériau à part entière, venant altérer les plaques de cuivre ou simuler le dépôt de sel laissé par les eaux.

    • LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • 2021
    • ART EXHIBITION : VISIONS D’AFRIQUE

    • Visites commentées
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Visuel-visites-commentées-des-expos.jpg
    • 16.01.21 → 24.07.21
      Visites commentées
      LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • 2021
    • Christophe Desforges et Guy Prevost, Fausse piste

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Photo-Guy-ACB.jpg
    • 15.01.21 → 20.03.21
      Exposition
      Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • Christophe Desforges et Guy Prevost

      L’un et l’autre pratiquent le dessin. Ce qui les réunirait aussi serait l’intérêt pour les images, celles qui proviennent de mondes enchevêtrés appartenant à la littérature, au cinéma, à la peinture, des histoires lointaines et proches. Le paysage serait éventuellement un thème sur lequel ils se retrouveraient. Pourtant beaucoup de choses les opposent formellement, l’un choisira l’opacité de la pierre noire, l’autre la transparence de la couleur et de la cire

    • LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • 2021
    • Visions d’Afrique

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/le-comoedia-espace-art-galerie-brest-exposition-visions-d-afrique-pierre-bodo-almighty-god-bodo-fils-shula-mosengo-1.jpg
    • 15.01.21 → 24.07.21
      Exposition
      LE COMŒDIA GALERIE D’ART CONTEMPORAIN
    • 13 Bis, Abou Traoré, Benjamin Deroche, Bienvenu Nanga, Chéri Chérin, Didier Ahadji, Euloge Glèlè, Bodo Fils, Franklin Mbungu, Fred Ebami, Géraldine Tobé, Gopal Dagnogo, Jean-Bernard Susperregui, Jean-Yves André, Kifouli Dossou, Kouka Ntadi, Kwame Akoto dit Almighty God, Leslie Amine, Loïc Madec, Marc Piano, Mounia Youssef, Pierre Bodo, Shula Mosengo, Soly Cissé, Thomas Godin, Vincent de Monpezat, Wabi Dossou, William Adjété Wilson, Idole & Divine

    • Phakt, Centre Culturel Colombier
    • 2021
    • Macula Nigra, Playground

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/CARTON-PHAKT-e1608286238417.jpg
      Exposition Playground de Macula Nigra
    • 09.01.21 → 20.02.21
      Exposition
      Phakt, Centre Culturel Colombier
    • Playground, ce terme évoque à la fois l’aire de jeu, mais aussi par extension le terrain de jeu de l’artiste. A partir de formes universelles et géométriques, Macula Nigra questionne la part d’enfance qui ne nous quitte jamais vraiment. La pratique formelle de l’artiste rejoint celle de l’enfant, dans une posture d’architecte, jouant sur les échelles afin de déployer cet imaginaire dans un espace réduit.

      A l’origine de nos premières expériences visuelles et motrices, il y a les formes et les couleurs. Ces éléments que nous manipulons dès l’enfance ne nous quittent pas si facilement à l’âge adulte. Cette réminiscence amène Macula Nigra à considérer le graphisme et l’architecture comme des jeux de construction ludiques.

      Macula Nigra développe une pratique de l’image imprimée et de l’édition, créant des univers utopiques (ou dystopiques) via un travail de collage et d’associations d’images, provenant de sources iconographiques hétéroclites.

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2021
    • Ymane Chabi-Gara et Iwan Warnet, artistes en résidence

    • Résidence
    • 06.01.21 → 31.03.21
      Résidence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Ymane Chabi-Gara, Iwan Warnet

      Les Ateliers du Plessix-Madeuc vous invitent à découvrir le travail de Ymane Chabi-Gara  et Iwan Warnet, en résidence jusqu’au 31 mars 2021.

      YMANE CHABI-GARA

      Née en 1986 à Paris, elle vit et travaille à Montévrain. Elle est diplômée de l’Ecole des beaux-arts de Paris en 2020.

      IWAN WARNET

      Né en 1996, il vit et travaille à Brest.
      Il est diplômé de la Haute Ecole des Arts du Rhin en 2019.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2021
    • Résidence de recherche et de création en milieu scolaire avec Eric Le Vergé alias Yuri Cardinal au Lycée Le Dantec (Lannion)

    • Résidence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/IMG_6992-300x157-1.jpg
      Yuri Cardinal au Lycée Le Dantec
    • 01.01.21 → 30.06.21
      Résidence
      La Villa Rohannec’h
    • « Cogito, ergo sum » (je pense, donc je suis), Descartes, Discours de la méthode, 1637. Peut-on penser ou créer à partir d’internet ? Les flux de l’information continue répétitive qui inondent les réseaux sociaux sont-il compatibles avec le temps de la réflexion ou celui de la lecture ?

      Cette année, la villa Rohannec’h est partenaire d’un projet d’Education Artistique et Culturelle en lien avec le lycée Le Dantec de Lannion et l’artiste-plasticien Yuri Cardinal. Une première pour la villa, qui affirme un des axes forts de la politique départementale : le soutien à l’éducation artistique et culturel sur tout le territoire.

      Afin de favoriser la rencontre entre les jeunes et l’art, le lycée Félix Le Dantec et sa professeure d’Arts Plastiques Marie-Line Nicol ont souhaité accueillir au sein de l’établissement, le plasticien Eric Le Vergé en résidence de création, de janvier à juin 2021. Pendant six mois, les lycéens (les 1ères et terminales option Arts Plastiques) collaborent avec l’artiste et leur professeur autour de la question de la plasticité des images numériques. L’artiste quimperois Eric Le Vergé est ainsi accueilli depuis le mois de janvier 2021, au cœur du lycée : deux jours par semaine, sa présence favorise les échanges avec les élèves. Les adolescents côtoient l’artiste et peuvent échanger sur sa démarche artistique. Parallèlement, il a mené une série d’ateliers avec les 1ères et Terminales option arts plastiques et les a accompagné dans une démarche de pratique artistique avec production individuelle.

      Le projet « LEGO ERGO TWITTO » ou comment le flux d’information peut devenir objet artistique
      “A la recherche d’un nouvel espace de travail à la croisée de l’intérêt que je porte à l’art, à l’information et à internet, j’ai entrepris en janvier 2014 sous le pseudonyme/projet Yuri Cardinal, un work in progress consistant à expérimenter artistiquement au sein du contexte internet donné par le réseau social Twitter […]. ” (Eric Le Vergé). C’est ainsi que l’artiste présente son travail et c’est dans cette perspective qu’il entreprend sa résidence en milieu scolaire au lycée Le Dantec. « Peut-on penser ou créer à partir d’internet ? Les flux de l’information continue répétitive qui inondent les réseaux sociaux sont-il compatibles avec le temps de la réflexion ou celui de la lecture ? » Autant de questions qui habitent le travail d’Eric Le Vergé et qui rencontrent l’univers des adolescents, grands utilisateurs des réseaux sociaux. Un travail qui doit amener les élèves à se questionner et à travailler à partir des flux d’images Internet, à les détourner et les positionner dans les espaces publics du lycée.

      La démarche d’Eric Le Vergé, artiste plasticien
      Le plasticien est présent sur le réseau social Twitter, sous le pseudo Yuri Cardinal, où il est possible de voir ses créations numériques. Il twitte des citations issues d’ouvrages traitant d’art, d’information, d’écologie ou d’Internet qui se retrouvent dans le flux puis, métamorphosées en images par une capture d’écran, sont injectées à nouveau dans le réseau mondial pour être de nouveau prélevées dans la toile en un dernier geste d’« arrêt sur flux ». Ces citations (références et auteurs crédités) s’installent in fine dans leurs nouveaux lieux de dialogue et d’interaction que sont les divers espaces pédagogiques et lieux de vie du lycée.

      Pour en savoir plus sur la démarche artistique :

      • L’artiste tient un journal numérique de résidence et publie très régulièrement sur son fil Twitter ses créations.
      • Blog de résidence : http://residence.blog-lycee-ledantec.fr/category/yc2021/

      Enseignante référente : Marie-Line Nicol, professeure d’Arts Plastiques.
      En partenariat avec la Villa Rohannec’h à Saint-Brieuc.
      Avec le soutien de la DRAC Bretagne / Ministère de la culture, de la Région Bretagne, du Conseil départemental des Côtes d’Armor et du Lycée Félix Le Dantec.