• EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Conférence d’Anne Bertrand, photographe

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/anne-bertrand.jpg
    • 26.02.20 → 26.02.20
      Conférence
      EESAB → Site de Rennes
    • Le mercredi 16 février à 18h, l’EESAB-site de Rennes vous invite à la rencontre d’Anne Bertrand, photographe.

      -Lewis Baltz, de la photographie aux textes-

      Né en 1945 à Newport Beach en Californie, mort en 2014 à Paris, l’artiste américain Lewis Baltz a commencé à la fin des années 1960 aux États-Unis une carrière de photographe influencée par l’art conceptuel et caractérisée par une recherche d’objectivité. Parallèlement à son activité plastique, il écrit bientôt des textes critiques sur d’autres photographes, de Walker Evans à Robert Adams, ainsi que sur son propre travail.
      En 1985 il s’installe en Europe et se livre désormais à une création hybride, se référant toujours à l’art conceptuel et utilisant encore le médium photographique, mais de façon non exclusive, procédant par projets divers dont certains ne seront pas réalisés. Il écrit par ailleurs sur ses pairs, photographes et artistes contemporains, de Jeff Wall à Felix Gonzalez-Torres, mais aussi sur le cinéma, et aborde le traitement de sujets politiques en art. Avec The Deaths in Newport (1995), il atteint enfin à une réussite littéraire saisissante.
      Critique d’art et enseignante, Anne Bertrand a établi l’édition française des Textes de Lewis Baltz, publiée en 2019 par la Haute école des arts du Rhin à Strasbourg.

    • Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • 2020
    • Renc’art Eric Courtet, Apparent(é)s

    • Rencontre
    • 15.02.20 → 15.02.20
      Rencontre
      Artothèque galerie Pierre Tal Coat
    • Les Renc’arts sont des visites accompagnées qui vous invitent à prendre le temps de découvrir la démarche de l’artiste et le processus de création. Il s’agit d’un temps d’échanges convivial, ouvert à tous.

      Eric Courtet sera présent pour cette rencontre.

      Entrée Libre – 17h

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Contemporaines – Immersion #8 – Performances Sonores

    • Performance
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/immersion.jpg
    • 15.02.20 → 15.02.20
      Performance
      EESAB → Site de Rennes
    • Chaque année, ContemporaineS offre un aperçu de la création artistique d’aujourd’hui : pratiques croisées, musiques expérimentales, improvisation… Hommage à Luciano Berio, invitation du compositeur Robert Pascal et partenariat avec le festival Autres Mesures sont les fils rouges de ce temps fort haut en sonorités.

      Restitution du workshop Instants Sonores et performances croisées de pratiques sonores pour partager une expérience d’improvisation collective.

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Conférence de Soizic Lebrat, musicienne violoncelliste

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/soizic.jpg
    • 13.02.20 → 13.02.20
      Conférence
      EESAB → Site de Rennes
    • L’EESAB-site de Rennes vous invite, le jeudi 13 février, à la rencontre de Soizic Lebrat. Elle présentera son travail de création en musique qui s’est structuré depuis 2009 autour d’une démarche de « recherche-création », à partir d’exemples (Ope1000, Fabrique de musique, Bleu solo, Double Frictional Wheel, Radiophonium, Solo Suite, Bach to 3D, IN(ec)OUT …).

      Soizic Lebrat est invitée par Luc Larmor, enseignant à l’EESAB-site de Rennes, chercheur en pratiques sonores et musicales actuelles, concepteur de design sonore.

    • Archives de la critique d’art
    • 2020
    • Critique sur le pouce VIII

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Critique-sur-le-pouce_12-02_AD-.jpg
    • 12.02.20 → 12.02.20
      Conférence
      Archives de la critique d’art
    • La Critique sur le pouce (8e édition)

      Félix Fénéon / Alain Jouffroy

      Félix Fénéon : critique, collectionneur, anarchiste
      lu et chroniqué par Etienne Schira
      /
      Alain Jouffroy, un demi-siècle de poésie vécue : mouvements surréalistes et ostinato lyrique
      lu et chroniqué par Pierre Ruault

       

       

      Le rendez-vous trimestriel de la revue CRITIQUE D’ART à la BU. Une heure le mercredi pour discuter de l’actualité de la littérature critique sur l’art des XXe-XXIe siècles !
      Ces rencontres s’adressent à toutes celles et tous ceux qui souhaitent partager leur goût de la lecture, de l’écriture et de la discussion au sujet des livres sur l’art.

       

       

      Mercredi 12 février 2020 – 13h
      BU centrale Rennes 2
      Salle de rencontres – 1er étage

      Entrée libr

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Conférence d’Antonio Viola, architecte et théoricien

    • Conférence
    • 11.02.20 → 11.02.20
      Conférence
      EESAB → Site de Rennes
    • L’EESAB-site de Rennes vous invite le mardi 11 février 2020 à la rencontre d’Antonio Viola, architecte et théoricien.

      “Les hommes et les femmes dont nous tombons amoureux ne sont pas toujours les plus beaux ni plus intelligents ni encore les plus riches. Ce sont celles et ceux que nous reconnaissons. La rencontre avec notre maison n’est pas différente. Nous en visitons mille et tombons amoureux d’une seule. Lorsqu’on nous demande : pourquoi lui ou elle ? Nous évoquons les sensations, les émotions, qu’un siècle de littérature psychologique nous a appris à verbaliser. Mais si on nous demande pourquoi nous sommes tombés amoureux de notre maison, en plus de dire qu’elle est grande ou petite, lumineuse ou bien exposée, comment pouvons-nous verbaliser les sensations et les émotions qu’elle nous donne à ressentir ? Quels mots avons-nous pour raconter notre maison idéale ?”

      Antonio Viola est invité par Tony Côme, enseignant d’Histoire et théorie du design et de l’architecture à l’EESAB-site de Rennes, agrégé d’arts appliqués et docteur en histoire de l’art.

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Conférence de Gilles Clément, jardinier, paysagiste, botaniste, entomologiste, biologiste et écrivain français

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/gilles-clément.jpg
    • 10.02.20 → 10.02.20
      Conférence
      EESAB → Site de Rennes
    • Le jeudi 10 février à 18h, l’EESAB-site de Rennes vous invite à la rencontre de Gilles Clément.

      Dès le début des années 70, Gilles Clément conçoit et réalise des jardins pour une clientèle privée en France et à l’étranger. En 1977, il cesse cette activité pour se consacrer à « l’espace public » et fonde l’Atelier Acanthe en 1985. Il s’installe de façon indépendante en tant qu’artiste en 2000 et organise ses prestations en co-traitance avec les ateliers de paysage, en particulier Coloco à Paris.
      Le concept de Jardin en Mouvement, né d’une expérimentation dans son propre jardin dans la Creuse trouve une application en espace public pour la première fois dans le Parc André Citroën dès 1986. L’ouvrage portant le même nom parait en 1991. De nombreux ouvrages suivront (plus d’une vingtaine), certains abordant d’autres concepts importants : Le Jardin planétaire (exposition à la Villette en 1999/2000), Le Tiers-Paysage (2003), traduit en plusieurs langues.
      L’exposition itinérante « Toujours la vie invente », crée en 2013 à Saint-Benoît du Sault, installée au Centre Culturel de rencontre de Noirlac (2014) puis à l’école d’architecture Paris Val de Seine (2015), à la Biennale internationale d’art contemporain de Melle (2015), au centre d’art de Meyrin à Genève (2016), au parc de Trévarez en Bretagne (2017) est présentée à Lausanne en 2019.
      Plusieurs prix consacrent son œuvre dont le « Grand prix du paysage » en 1998.
      Le Parc André Citroën (en co-conception), le Domaine du Rayol dans le Var, les Jardins de l’Arche à Nanterre, les Jardin de Valloires dans la Somme, le parc Matisse à Lille, le jardin du Musée du quai Branly – Jacques Chirac à Paris, Le toit de la Base sous marine de Saint Nazaire (Jardin du Tiers-paysage) font partie des projets les plus connus du public.
      Enseignant à l’École Nationale Supérieure de Versailles de 1980 à 2012 il assure, en 2011/12 des cours au Collège de France dans le cadre de la chaire de création artistique et poursuit une activité d’enseignant vacataire sous forme d’ateliers en Italie, Espagne et France.

      Gilles Clément est invité par Nicolas Floc’h artiste plasticien et enseignant en sculpture et installations et Reynald Drouhin, artiste plasticien et enseignant en architecture et urbanisme à l’EESAB-site de Rennes.

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Journée portes ouvertes de l’EESAB-site de Rennes

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Capture-d’écran-2020-01-22-à-09.58.58.png
    • 08.02.20 → 08.02.20
      Rencontre
      EESAB → Site de Rennes
    • Vous avez toujours souhaité découvrir une école d’art et de design de l’intérieur ? Vous rêvez d’entrer dans nos nombreux ateliers techniques ? Vous avez pour souhait d’intégrer une école de la création ? Venez rencontrer les étudiant·e·s et les enseignant·e·s de l’EESAB à l’occasion de nos journées portes ouvertes !

      Au programme de cette journée d’effervescence :
      – Assistez à la présentation de l’école et du site de Rennes par sa directrice Odile Le Borgne
      – Visitez le site de Rennes, situé au 34 rue Hoche, avec un·e étudiant·e et/ou librement
      – Découvrez les ateliers des étudiant·e·s
      – Assistez aux démonstrations dans les ateliers techniques de l’école : Labfab, ateliers bois, métal, terre, résine, céramique, gravure, lithographie, sérigraphie, vidéo, les laboratoires “argentique” et “numérique
      – Rencontrez les étudiant·e·s
      – Discutez avec les enseignant·e·s, tou·te·s professionnel·le·s du monde de l’art et du design, afin d’en savoir plus sur les attentes de l’équipe pédagogique
      – Profitez de la séance photo proposée par le studio photo de l’école pour reparti avec un souvenir de votre visite à l’école

      L’École européenne supérieure d’art de Bretagne, c’est une école installée dans 4 sites géographiques qui se complètent pour vous proposer une offre pédagogique en art et en design complète. Ne manquez pas les portes ouvertes de chaque lieu de l’EESAB :
      ···· Journée portes ouvertes de l’EESAB-site de Lorient:
      le samedi 1 février 2020
      ···· Journée portes ouvertes de l’EESAB-site de Brest :
      le samedi 8 février 2020
      ···· Journée portes ouvertes de l’EESAB-site de Rennes :
      le samedi 8 février 2020
      ···· Journée portes ouvertes de l’EESAB-site de Quimper :
      le mercredi 12 février 2020

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Journée d’études – Design & Sécrétions, vers de nouveaux rituels

    • Rencontre
    • 04.02.20 → 04.02.20
      Rencontre
      EESAB → Site de Rennes
    • Participation à la journée sur inscription, par ici : https://frama.link/designsecretionsinscription

      Pendant des décennies, les designers semblent avoir travaillé pour des usagers dont les corps jamais ne devaient sécréter. Grâce aux “pulsairs” et autres brise-soleil conçus par Le Corbusier, les chemises du Modulor ne risquaient pas, elles, d’être auréolées. Josephine, la femme américaine moyenne inventée par Henry Dreyfuss, n’était pas inquiète de son aménorrhée. Embarqués très tôt dans la course vers le confort, les designers – d’objets comme d’interfaces – ont contribué à l’invisibilisation de nos sécrétions, jugées rebutantes, et par là même à la normalisation de nos cadres de vie, de nos moeurs, de nos rapports de genre…
      Aujourd’hui, de la gigantesque infrastructure des égouts au plus intime des dispositifs contraceptifs en passant par le mécanisme de la chasse d’eau dont est tributaire l’habitabilité même du gratte-ciel, partout, “l’utopie d’un corps incorporel” craque. Lors de cette journée d’étude, des designers, artistes, anthropologues s’immisceront dans ces récentes brèches et ouvriront, pour les corps qui sécrètent, de nouvelles perspectives.

      Programme non-détaillé :
      9h30 – Accueil
      9h45 – “ô ironie des sécrétions !” : introduction à la journée d’étude. Par Tony Côme (historien du design)
      10h15 – Faire salon ou faire pipi : comment améliorer les sanitaires des collèges ? Par Agathe Chiron (designer)
      10h45 – Métabolisme urbain et corporéités : la miction féminine en perspectives. Par Marine Legrand (anthropologue) & Louise Raguet (designer)
      11h30 – Eaux usées, égouts et égoutiers : une approche anthropologique. Par Agnès Jeanjean (anthropologue)
      12h – Questions, échanges avec le public
      12h30 – Pause déjeuner
      14h – Figures morveuses : de Jean sans Peur à Marcel Wanders. Par Thibault Philip (étudiant en design)
      14h30 – Prolégomènes à une histoire de la sueur. Par Juliette Pollet (conservatrice du patrimoine)
      15h – 28 jours plus tard : d’une pensée queerisée de la gestion des règles à la promesse d’un genre fluidifié par le design. Par Saul Pandelakis (théoricien du design)
      15h30 – The Great Hold up ! : problématiques de design et de représentation autour d’une méthode contraceptive par remontée testiculaire. Par Pauline Simon (artiste et chorégraphe), Lucile Sauzet (designer) & Maxime Labrit (infirmier)(vidéo)
      16h15 – Questions, échanges avec le public.
      17h – Crachoirs : formes pour l’informe. Inauguration de l’exposition dans le Cloître de l’EESAB-site de Rennes

    • La Villa Rohannec’h
    • 2020
    • Ciné rencontre avec Paul Wenninger

    • Projection
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Paul-Wenninger-tournage.creditvillaRohannech-BD.jpg
      Tournage de
    • 30.01.20 → 30.01.20
      Projection
      La Villa Rohannec’h
    • La villa Rohannec’h accueille depuis quelques semaines, le réalisateur autrichien Paul Wenninger, par ailleurs installé dans les Côtes d’Armor depuis un an. Cette résidence de création, d’une durée de cinq mois, doit permettre à l’artiste de réaliser son projet de film animé expérimental : l’installation vidéo et spatiale qu’il a imaginée s’appuie sur un dialogue entre une caméra, un performer, l’artiste lui-même,  et l’espace qui les entoure, ici, une pièce de la villa Rohannec’h. Artiste fascinant, également danseur et chorégraphe, Paul Wenninger a déjà démontré sa singularité créative par ses précédents courts métrages maintes fois primés dans les festivals internationaux dont le festival d’Annecy (mention pour un premier film en 2013 pour Trespass) ou le Prix des Sommets du cinéma d’animation (Québec–Montréal) en 2013 ou encore aux César en 2017 (nomination pour le Meilleur film d’animation – Uncanny Valley). Paul Wenninger se filme image par image dans un décor toujours en mouvement, créant un film très maîtrisé où chaque élément semble dépasser les contraintes de l’espace et du temps. Membre fondateur du collectif Kabinett ad Co., Paul Wenninger est un artiste à la recherche de nouvelles expériences visuelles et sensorielles et trouve à la villa un nouveau sujet d’exploration visuelle.


      EXPERIENCE VISUELLE
      Ses précédents films nous ont permis d’apprécier la maîtrise que Paul Wenninger a su développer au fil de ses projets qui utilisent tous la technique de la pixilation. Il s’agit d’une technique d’animation en volume, image par image, dont le rendu à l’écran est saisissant, créant un semblant de magie : des personnages glissent, des objets ou des personnages apparaissent subitement et se meuvent étrangement… Paul Wenninger crée alors des images déroutantes et poétiques mettant les corps et les objets en mouvement, en un étrange ballet.

      “as if…” : UN COURT METRAGE SINGULIER ET INEDIT
      A la villa Rohannec’h, la caméra et le performer tournent l’un autour de l’autre à l’intérieur de la pièce. Paul Wenninger se filme lui-même, se déplaçant selon des mouvements lents et décomposés, très précis et maîtrisés, renouant avec ses pratiques artistiques premières, la danse et la chorégraphie mais aussi la performance scénique.
      La technique de la pixilation produit ainsi l’impression que seul l’espace tourne autour du performer. Elle est en dialogue direct avec l’espace architectural qui, dans son immobilité manifeste, semble à son tour, un court instant, suspendu. Paul Wenninger trouble nos perceptions de l’espace et de l’image puisque étrangement, c’est l’espace lui-même qui semble être en mouvement. Dans cette installation, Paul Wenninger peaufine la recherche de ses oeuvres  cinématographiques et dioramas qui opèrent une poésie de changement permament de point de vue, entre réalité et fiction ; recherche qui pose, entre autres, la question de l’enchevêtrement permanent de ces deux concepts. L’illusion est bien réelle et la réalité n’est que le produit d’une perception qui a brièvement oublié sa propre participation à l’image réelle “as if…”.

      A PROPOS DE PAUL WENNINGER
      Né en 1966 à Vienne. Danseur indépendant, auteur de pièces chorégraphiques et cinéaste spécialisé dans la pixilation et l’animation. Depuis 1999, il est
      directeur artistique de Kabinett ad Co., une plateforme de travail pour des projets interdisciplinaires axés sur le corps. Collaborations avec divers chorégraphes et compagnies, par exemple en France avec la Cie Catherine Diverrès au Centre Chorégraphique National de Rennes et Bretagne. Ses oeuvres ont été  présentées à l’échelle internationale et ont reçu plusieurs prix.

      www.kabinettadco.at/

       

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Conférence de Stéphane Boudin-Lestienne, chercheur & commissaire d’exposition

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/boudin.jpg
    • 29.01.20 → 29.01.20
      Conférence
      EESAB → Site de Rennes
    • Le mercredi 29 janvier à 18h, l’EESAB-site de Rennes vous invite à la rencontre de Stéphane Boudin-Lestienne, chercheur et commissaire d’exposition.

      Léonard de Vinci composait des divertissements pour la cour de Milan, Michel-Ange participait à diverses célébrations à Rome ou Florence. L’implication des créateurs dans ce champ hybride d’événements festifs, a pu parfois susciter des expériences remarquables. De par sa nature éphémère ce type d’exercice a pu être souligné ici ou là mais fut le plus souvent traité de manière marginale, anecdotique. Pourtant depuis le XIXe siècle les bals deviennent un sujet pour les artistes, non plus seulement comme prestataires répondant à des commandes, mais aussi pour eux-mêmes devenant porteurs de propositions festives. N’y aurait-il pas quelque intérêt à considérer cette réappropriation de la fête par les artistes comme une pratique en soi, une production à part, un langage singulier ? A la lisière des arts appliqués, du spectacle, de l’architecture et des beaux-arts, la fête, peut s’envisager comme un carrefour pluridisciplinaire, une plateforme d’échange synesthésique : elle sort l’artiste de ses pratiques habituelles et nous propose de dévier des pratiques courantes de consommation esthétique. Fédérant des groupes très divers, le bal d’artistes réunit et brasse les catégories socio-culturelles, devenant un point de rencontre intense entre l’art et la société. De fait, sous l’aspect superficiel, la fête exprime un message, une réponse aux données de l’époque dans laquelle elle s’inscrit.

      Stéphane Boudin-Lestienne, docteur en histoire de l’art et de l’architecture, est commissaire et chercheur. Il travaille en binôme avec Alexandre Mare à la villa Noailles, à Hyères, dont ils assurent la programmation des expositions historiques. Ensemble ils se sont consacrés à la redécouverte de créateurs des années 1920-30 : Marcel Breuer, Elise Djo-Bourgeois, Georges Hugnet, Jean Hugo, Robert Mallet-Stevens. Dans cette logique d’exploration des sources inédites, ils ont livré un important ouvrage sur Charles et Marie-Laure de Noailles, mécènes du 20ème siècle et travaillent régulièrement avec la fondation Civa à Bruxelles. Stéphane Boudin-Lestienne qui s’apprête à publier la première monographie sur Paul Tissier, architecte des fêtes des Années Folles, enseigne à l’Ecole Camondo et collabore également à différents titres de presse : Artpress, Hippocampe, etc. et participe à divers événements liés à la scène contemporaine.

    • EESAB → Site de Rennes
    • 2020
    • Conférence de Stéphanie Solinas, photographe

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/solinas.jpg
    • 23.01.20 → 23.01.20
      Conférence
      EESAB → Site de Rennes
    • L’EESAB-site de Rennes vous invite le jeudi 23 janvier à 18h, à la rencontre de Stéphanie Solinas, photographe.

      Stéphanie Solinas (1978, France) explore la pensée à l’œuvre dans l’opération même de « voir » et le tissage complexe du visible et de l’invisible, du rationnel et de la croyance, de la dynamique entre soi et l’autre, qui forme nos identités. Formée à la photographie à l’ENS Louis Lumière, docteure en Arts Plastiques, son champ d’investigation s’étend du XIXe siècle jusqu’au XXIe siècle, d’Alphonse Bertillon à l’intelligence artificielle.

      Son travail a fait l’objet de nombreuses expositions personnelles en France et à l’étranger (Rencontres d’Arles, Carré d’Art de Nîmes, Fraenkel LAB et Headlands Center for the Arts à San Francisco, FOAM à Amsterdam, La Maison Rouge à Paris, etc.) Stéphanie Solinas a publié Dominique Lambert, Sans titre (Monsieur Bertillon) et Déserteurs aux éditions RVB Books. Elle a reçu le Prix SCAM de l’Oeuvre Expérimentale pour Ne Me Regarde Pas, son court-métrage pour l’Opéra de Paris / 3e Scène, la bourse franco-américaine pour l’art contemporain Etant Donnés de l’Institut Français pour son travail aux USA, le Prix Edouard Barbe (CNAC Le Magasin). Stéphanie Solinas était pensionnaire 2017-18 de la Villa Médicis, Académie de France à Rome.

    • Galerie Raymond Hains
    • 2020
    • conférence sandwich Eva Taulois  

    • Conférence
    • 21.01.20 → 21.01.20
      Conférence
      Galerie Raymond Hains
    • 12h15 –

      Eva Taulois a grandi au bord de la mer. Après plusieurs années passées à Paris, elle vit désormais à Nantes, où elle a installé son atelier dans une ancienne piscine. Elle raconte des histoires avec des formes et donne très souvent des titres de morceaux de musique à ses oeuvres. Elle aime s’assoir dans des expositions comme on s’assoit devant un paysage.

      Depuis sa formation à l’école des beaux-arts de Brest, Eva Taulois s’intéresse à la souplesse des matériaux, à leur capacité à recouvrir un objet. Elle regarde de près des savoir-faire artisanaux et industriels et se les approprie. Elle dessine, taille, recouvre, modèle, peint, orchestre des scénographies. Ses oeuvres et agencements d’objets sont marqués par le purisme, défini en 1918 par Amédée Ozenfant et Le Corbusier, doctrine moderne préconisant une fusion de l’art et de la vie, autour de formes simples, permutant peinture, sculpture, architecture, design, mobilier, vêtement. Dans ses récentes propositions, l’exposition devient le théâtre des objets qu’elle crée. Elle se plaît à imaginer ses oeuvres comme des personnages qui dialogueraient entre eux, qui « vivraient leur vie» entre art minimal et art de la scène ainsi qu’entre abstraction et codes culturels.

    • Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • 2020
    • Présentation de la revue “Plages” 

    • Exposition
    • 07.01.20 → 23.01.20
      Exposition
      Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • LE CABINET DU LIVRE D’ARTISTE PRÉSENTE :
      — Revue “PLAGES”, une rétrospective

      EXPOSITION DU 7 AU 23 JANVIER 2020, préparée par Emma Bringel et Aïda Dera Illa Salifou,
      dans le cadre du séminaire de master « Art et édition »
      PRÉSENTATION DE L’EXPOSITION JEUDI 23 JANVIER À 17H, par Emma Bringel et Aïda Dera Illa Salifou

      En 2011, s’acheva la publication de Plages, une revue qui réussit à maintenir, depuis sa création en 1978, un espace artistique totalement libre. Près de 800 artistes et 44 collectifs ont contribué à cette aventure éditoriale inédite, imaginée et orchestrée par Roberto Gutierrez, artiste argentin émigré en France au milieu des années 1960. 

      Outre une longévité exceptionnelle, Plages est remarquable par la manière dont elle a repoussé, au fil des numéros, les limites tant physiques que conceptuelles du médium revue, explorant une nouvelle manière d’envisager l’art, sa circulation et sa réception. 

      Cette exposition, organisée à la suite d’une importante donation au Cabinet du livre d’artiste, est ainsi l’occasion de découvrir des projets singuliers, qui « débordent » de la revue et amènent à reconsidérer l’implication des contributeurs autant que celle des lecteurs. Cette présentation mettra notamment l’accent sur l’engagement des artistes : espace alternatif s’il en est, la revue a non seulement permis de contourner ou se positionner face aux institutions artistiques de l’époque mais aussi de donner libre court à diverses formes de protestation, comme le démontrent certains numéros ainsi que de nombreux éditoriaux militants de l’éditeur, Roberto Gutierrez. 

      Exposition présentée à l’occasion d’une donation au Cabinet du livre d’artiste.
      Remerciements à
      Madeleine Arnold, Marie boivent et Francis Colin.