• Archives de la critique d’art
    • 2019
    • Critique sur le pouce – VIIe édition

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/20_Nov_2019_AfficheVerticale-e1573826452521.jpg
    • 20.11.19 → 20.11.19
      Rencontre
      Archives de la critique d’art
    • « L’Art au corps à corps »

      En présence de :
      Antoine Idier, Responsable de la recherche, ésam Caen/Cherbourg et auteur du livre Pureté et impureté de l’art : Michel Journiac et le Sida à paraître aux éditions Sombres torrents

      Le rendez-vous trimestriel de la revue CRITIQUE D’ART à la BU. Une heure le mercredi pour discuter de l’actualité de la littérature critique sur l’art des XXe-XXIe siècles !
      Ces rencontres s’adressent à toutes celles et tous ceux qui souhaitent partager leur goût de la lecture, de l’écriture et de la discussion au sujet des livres sur l’art.

      Mercredi 20 novembre 2019 – 13H
      BU centrale Rennes 2
      Salle de rencontres – 1er étage
      Entrée libre

    • Galerie Art & Essai
    • 2019
    • PAPER TIGERS COLLECTION ET CAETERA X VINGT-ET-UNE

    • Exposition
    • 06.11.19 → 08.11.19
      Exposition
      Galerie Art & Essai
    • PAPER TIGERS COLLECTION ET CAETERA
      sur une proposition de Mathieu Tremblin
      — work in progress les 6, 7 & 8 nov. 2019
       
      X
       
      VINGT-ET-UNE
      Marion Balac, Emma Cozzani, Souad El Maysour, Hélène Leflaive, Tania Mouraud, Catherine Rannou
      & project room : Pierre Akrich, John Cornu, Benoit Police
      — vernissage le vendredi 8 nov. à 19h
       

      Sur une proposition de Mathieu Tremblin, « Paper Tigers [Tigres de papier] » est une collection d’oeuvres ornementales, processuelles, contextuelles, archivées sous forme de notices et dont la matrice est la feuille de papier de format A4 colorée. L’activation du projet est ici proposée aux étudiants en arts de l’Université Rennes 2 dans le cadre d’un work in progress.

      Cet événement est organisé en partenariat avec le Cabinet du livre d’artiste qui présente « La copie mieux que l’original », une exposition personnelle de Mathieu Tremblin du 8 novembre au 19 décembre 2019.

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Atelier “Famille” avec Sylvain Le Corre, artiste plasticien.

    • Atelier
    • 30.10.19 → 31.10.19
      Atelier
      Domaine de Kerguéhennec
    • Atelier autour de la pratique de l’aquarelle avec Sylvain Le Corre, artiste plasticien, autour de l’exposition “Flora Maxima”.

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Atelier “Famille” avec Jean-François Baudé, artiste plasticien.

    • Atelier
    • 23.10.19 → 24.10.19
      Atelier
      Domaine de Kerguéhennec
    • Atelier autour de la pratique du “Dessin” avec Jean-François Baudé, artiste plasticien, autour des expositions.

    • Frac Bretagne
    • 2019
    • Marcel Dinahet et ses critiques

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/2-18-Cherrueix-1-WEB.jpg
      Marcel Dinahet, Cherrueix, 2018 © Marcel Dinahet
    • 16.10.19 → 16.08.19
      Conférence
      Frac Bretagne
    • À l’occasion de la parution de l’ouvrage Marcel Dinahet/Sous le vent et dans le cadre du 30e anniversaire des Archives de la critique d’art, le Frac Bretagne et les ACA vous invitent à la rencontre Marcel Dinahet et ses critiques le mercredi 16 octobre à 18H30 au Frac Bretagne.
      Il y sera question des liens que l’artiste entretient avec ceux qui accompagnent et qui commentent son œuvre.
    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Stéphanie Katz, conférence autour de l’exposition «Flora Maxima».

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Vue-dexposition-Damien-Cabanes-Exposition-Flora-Maxima-Domaine-de-Kerguéhennec-Département-du-Morbihan-Photo-Illés-Sarkantyu-©-Adagp-2019.jpg
    • 06.10.19 → 06.10.19
      Conférence
      Domaine de Kerguéhennec
    • Stéphanie Katz, critique d’art, animera une conférence sur l’exposition collective « Flora Maxima ».

    • Galerie Raymond Hains
    • 2019
    • Conférences sandwich

    • Conférence
    • 06.10.19 → 05.11.19
      Conférence
      Galerie Raymond Hains
    • Dimanche 6 octobre, à 17h
      Visite avec Bruno Persat de l’exposition
      Les choses d’un monde autre//

       

      Mardi 8 octobre de 12h15 à 13h15 Conférence-sandwich 

      Zéro de Conduite
      Refaire l’école : étude de cas de pédagogies alternatives par Pedro Morais//

       

      Mardi 5 novembre de 12h15 à 13h15

      Conférence-sandwich de Joachim Monvoisin

       

    • Les Moyens du Bord
    • 2019
    • Thierry Le Saëc, Mano a Mano

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/ThierryLeSaec-ManoAMano.png
      Thierry Le Saëc, Mano a Mano
    • 05.10.19 → 10.11.19
      Exposition
      Les Moyens du Bord
    • L’exposition Mano a Mano est une exposition à quatre mains réalisée sous la direction de Thierry Le Saëc, artiste plasticien et éditeur. Elle présente une sélection de livres d’artiste (textes et estampes) édités aux éditions de la Canopée, sous la direction de Thierry Le Saëc. 

      L’exposition s’organise en deux parties :


       – Aux Moyens du Bord, Thierry Le Saëc invite Frédérique Lucien et Robert Christien.
       – Au Roudour, Thierry Le Saëc invite Frédérique Lucien, Robert Christien et Marie-Claude Bugeaud, Gilles du Bouchet, Claude Hassan, Loïc Le Groumellec et Vladimir Skoda
    • Centre d’art GwinZegal
    • 2019
    • Rencontre Champs/contre-champs    

    • Colloque
    • 05.10.19 → 05.10.19
      Colloque
      Centre d’art GwinZegal
    • Pascal Beausse, François Piron, Jean Marie Dréan et Les Scotcheuses

      Rencontre ce samedi 5 octobre autour de l’exposition de Bruno Serralongue et de son travail sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes

       

      Dans le cadre de l’exposition En bas et à gauche de Bruno Serralongue, le Centre d’art GwinZegal organise une rencontre entre artiste, militant, philosophe, naturaliste, historien de l’art, autour de leurs expériences et de leurs travaux menés sur la ZAD de Notre-Dame-des-Landes.
      Lieu de questionnement sur les pratiques agricoles, laboratoire de vie collective, lieu de création – le spectre de ces territoires en lutte dépasse très largement la représentation de conflit qui en est donnée par les médias.

      13h30
      Accueil au foyer du Théâtre du Champ au Roy, Guingamp

      14h
      Pascal Beausse, responsable de la collection photographique du Centre National des Arts Plastiques, nous proposera une lecture du travail photographique de Bruno Serralongue réalisé à Notre-Dame-des-Landes. Ce travail s’inscrit dans la continuité de son œuvre et d’une recherche plus large qui le mène depuis plus de vingt ans sur le théâtre de différents lieux de conflits aux côtés des hommes forcés de défendre leurs droits et leurs terres, au Mexique, à Cuba, aux Etats-Unis ou à Calais…
      Jean Marie Dréan, membre du collectif des naturalistes en lutte témoignera des actions menées par ce collectif militant dont le travail méticuleux de recensement des espèces naturelles protégées a permis de bloquer durablement l’avancement des travaux de construction de l’aéroport.
      François Piron, critique d’art, enseignant et commissaire de l’exposition Contre-vents, racontera un chapitre de l’histoire sociale et politique de la Bretagne et de l’Ouest français, en s’intéressant aux formes d’actions qui se sont manifestées dans des luttes et dans les mouvements contestataires de 1968 à nos jours.

      16h
      Les scotcheuses collectif de cinéma artisanal expérimente une façon de faire un cinéma horizontal et partagé, où les hiérarchies et les divisions du travail sont sans cesse remises en question. Boudant la technologie numérique et filmant uniquement en pellicule, ils projetteront, en super 8, leurs deux films Sème Ton Western (2014, 25 min) et No Ouestern (2015, 27 min) réalisés et produits sur la ZAD de Notre-Dame-Des-Landes.

      17h30
      Verre de l’amitié et visite de l’exposition En bas et à gauche de Bruno Serralongue en compagnie des différents intervenants au Centre d’art GwinZegal.

       

       

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2019
    • Dialogue entre Marie-Jo Bonnet, historienne de l’art et Lydie Arickx, artiste

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Visuel-NL-LydieMarieJo.jpg
    • 01.10.19 → 01.10.19
      Conférence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • En lien avec l’exposition Créatrices. L’émancipation par l’art visible au Musée des Beaux-Arts de Rennes jusqu’au 29 septembre.
      Marie-Jo Bonnet (née en 1949) est la commissaire de l’exposition. Elle a invité Lydie Arickx (née en 1954) à présenter une de ses œuvres sculpturales intitulée Résurrection (2017).
      Suite à la conférence sur l’émancipation des femmes par l’art des années 50 à nos jours assurée par Marie-Jo Bonnet en juin, il s’agit de porter notre attention sur la pratique contemporaine d’une artiste de l’exposition. 
      Lydie Arickx est peintre et sculpteur. « Mon travail fait appel à ma mémoire, et cette mémoire est principalement une mémoire d’observation et d’émotion. Il ne pourrait pas être abstrait car mon œuvre a besoin de la chair, du sang, de l’âme, tout ce qui peut transpirer chez l’homme; je ne sais pas m’en détacher. Moi, j’ai un travail très primitif, presque rupestre, ce sont des messages et des significations qui ont trait à la vie quotidienne et à la douleur de l’homme. Ce qui m’intéresse c’est le psychisme de l’homme, c’est ce qu’il n’arrive pas à assumer dans sa quotidienneté. Ma démarche est extrêmement simple, presque aussi simple qu’un dessin d’enfant ». 
      A partir d’une sélection d’œuvres, ce temps de rencontre révélera l’intention de l’artiste, sa manière de travailler et ses engagements en dialogue avec Marie-Jo Bonnet, historienne de l’art.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2019
    • Empreinte(s) : la villa comme matrice

    • Atelier
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/6-Broches-en-biscuit-de-porcelaine_-c-Pi¿ces-Unique.jpg
    • 28.09.19 → 29.09.19
      Atelier
      La Villa Rohannec’h
    • La villa Rohannec’h accueille le temps d’un week-end la céramiste et designer costarmoricaine Émilie Pedron. Soutenue par le Département des Côtes d’Armor
      pour son projet de séjour dans des hauts lieux de production de céramique (Dehua en Chine et Kyoto au Japon) où elle souhaite se former à de nouvelles techniques, elle animera un atelier à la villa Rohannec’h. Ouvert à tou.te.s cet atelier donnera lieu à une ouverture publique l’après-midi du dimanche 29 septembre afin de découvrir les pièces réalisées.

      Un atelier en dialogue avec la villa
      Émilie Pedron travaille depuis plusieurs années sur la thématique “Emprunt / Empreintes”. Sensible aux traces d’éléments existants, trouvés, sélectionnés réinterprétés puis revalorisés par leur re-production en céramique, elle amènera les participants à vivre avant tout une expérience
      sensible à la villa Rohannec’h qui présente de multiples traces de vies et d’usages antérieurs. Lieu à forte identité, la villa sera le support premier d’inspiration pour le groupe et l’artiste invitera les participants à travailler l’argile brute en procédant à des empreintes dans et à l’extérieur du bâtiment. Des productions individuelles et collectives seront réalisées et présentées au public le dimanche 29 septembre (de 14h30 à 19h00) en rez-de-chaussée de la villa.

      Samedi 28 septembre de 10h à 17h et dimanche 29 septembre de 10h à 14h30.
      Atelier gratuit à la villa Rohannec’h, public adulte (+ de 18 ans).
      Sur réservation au 02 96 62 62 22 ou par mail à contact@cotesdarmor.fr

      Dimanche 29 septembre de 14h30 à 19h.
      Exposition des créations.
      Entrée libre et gratuite, ouvert à tou.te.s. Rez-de-chaussée de la villa Rohannec’h.

      A propos d’Emilie Pedron

      Diplômée de l’École Duperré (département “Céramique” puis “Mode et environnement”) elle poursuit sa formation dans différents ateliers (auprès d’Helena Klug et Jean-Pierre Goujard). Lauréate de programmes de résidences de création au Japon, à la Villa Kujoyama, et en Chine elle tisse des liens avec des céramistes asiatiques. Elle explore ainsi de nouvelles possibilités de création associant démarche artistique et pratique artisanale. “Depuis plusieurs années, je développe deux générations d’objets, points d’ancrage de mon travail : EMPRUNT et EMPREINTE. Cette recherche questionne les notions d’identité et d’auteur. Alliant savoir-faire et création, je défends la possibilité d’associer démarche artistique contemporaine et pratique artisanale. Un des aspects qui m’intéresse peut-être le plus en céramique, au-delà de sa richesse plastique est l’exploration de ses possibles et ses limites […] Des collaborations avec des designers, stylistes, architectes ponctuent mon parcours et m’offrent aussi dans la rencontre, l’opportunité de chercher le juste équilibre entre maîtrise et non-maîtrise, question inhérente au matériau terre.”
      http://emiliepedron.com/

    • Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • 2019
    • Marie-Thérèse Vacossin, Histoires de gris

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/20180905_124243-001.jpg
    • 27.09.19 → 16.11.19
      Exposition
      Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • La Galerie Oniris vous invite à découvrir “Histoires de gris“, quatrième exposition personnelle d’oeuvres récentes –tableaux, papiers et plexiglas – de Marie-Thérèse Vacossin.

      Depuis plusieurs décennies, Marie-Thérèse Vacossin (née à Paris et vivant aujourd’hui à Bâle), poursuit une œuvre tout à fait conséquente. A la fois conceptuelle dans sa méthode, celle de « l’art concret », son travail est enraciné dans une tradition picturale « impressionniste ». C’est une peinture où la rationalité et le sentiment s’équilibrent.

      En effet, si le travail est au départ fondé sur la logique et la géométrie, les tableaux colorés créés par Marie-Thérèse Vacossin sont liés avant tout à une expérience sensorielle vécue. Au premier abord, les images apparaissent monochromes, mais en fait elles permettent à la couleur de vibrer. Les peintures ne sont pas fondamentalement le lieu d’une matérialisation de la surface colorée ; les lignes qui les parcourent, leurs fréquences et leurs largeurs, leurs nuances produisent des superpositions, des changements, que nous percevons comme des polyphonies colorées.

      Les superpositions, les modulations, l’organisation plastique des couleurs créent des mouvements : d’avant en arrière, de haut en bas, de l’intérieur vers l’extérieur : les œuvres jouent dans l’espace, avec l’espace.

      Vue d’atelier

    • La Villa Rohannec’h
    • 2019
    • Workshop de l’EESAB à la villa Rohannec’h

    • Non classé
    • 26.09.19 → 27.09.19
      Non classé
      La Villa Rohannec’h
    • En tenant compte de l’environnement paysager de la villa Rohannec’h et des denrées locales de la baie de Saint-Brieuc, les étudiants devront imaginer un repas convivial et original, en s’appuyant sur des références à l’histoires de l’art. A partir des dîners «Eat Art» donnés par les Nouveaux Réalistes, et des gargantuesques festins qui jalonnent le cinéma italien entre autres, les étudiants devront dresser leur propre table et s’en servir comme support pour produire des dessins, des photos, des volumes… Ceci, tout en interrogeant les enjeux esthétiques et conceptuels qu’un évènement éphémère peut susciter.

    • La Criée centre d’art contemporain
    • 2019
    • Seulgi Lee, Le plus tôt c’est deux jours mieux 

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/SeulgeeLee_affiche1.jpg
    • 21.09.19 → 17.11.19
      Exposition
      La Criée centre d’art contemporain
    • Intitulée “LE PLUS TÔT C’EST DEUX JOURS MIEUX”, d’après le proverbe breton ’N abretañ ar gwellañ (en français : Le plus tôt c’est toujours mieux), l’exposition de Seulgi Lee à La Criée centre d’art contemporain présente un ensemble d’œuvres nourries de collaborations proches ou lointaines. Elle explore la notion de trope, une figure de style entraînant un changement ou un détournement de sens.

      L’artiste emprunte la notion de trope à Richard Sennett[1]. Définissant l’artisanat au‑delà d’un savoir‑faire spécialisé, le sociologue réévalue la contribution fondamentale de celui‑ci au développement des pratiques, mais aussi des théories humaines. L’approche de Richard Sennett trouve un écho dans l’œuvre de Seulgi Lee, qui « travaille depuis quelques années en étroite collaboration avec des artisans, dans une tentative de rendre visible le lien entre l’artisanat et la culture orale »[2].

      Le titre est le premier trope de l’exposition : l’écart de sens est lié ici à une mauvaise compréhension du proverbe par l’artiste, qui joue avec humour de son rapport d’étrangeté à la langue française. On retrouve également la figure de style dans l’ensemble d’œuvres “U”, dont six couvertures sont présentées à La Criée. Sur celles-ci, des compositions géométriques sont réalisées dans la technique traditionnelle du Nubi, chacune figure un proverbe très usité en Corée. Deux détournements se produisent simultanément via le traitement imagé de la langue et la puissance symbolique des dessins. Ainsi, dans 짚신도 짝이 있다. Jip-sin-do Jjak-i It-da (Même la sandale en paille trouve sa paire), qui veut dire « une âme sœur existe pour chacun·e », on peut effectivement voir deux sandales dans les ovales en tissus colorés de la couverture qui se superposent légèrement.

      L’intérêt pour la transmission orale amène Seulgi Lee à s’intéresser à la culture immatérielle des régions françaises à travers leurs répertoires de chansons traditionnelles. Les deux films présentés dans l’exposition en témoignent. Le premier, intitulé “DEPATTURE”, très proche du documentaire, recueille les chants et témoignages de chanteuses et chanteurs du Poitou, animés par leur goût pour le chant autant que par la défense de leur répertoire. Y fait écho la fiction “L’ÎLE AUX FEMMES”, tournée cet été dans le Trégor, dans laquelle deux jeunes femmes chantent et dansent dans le crépuscule qui s’épaissit.

      L’exposition de Seulgi Lee à La Criée floute les frontières et opère à des glissements multiples de l’artisanat à l’art, de la transmission orale à sa fixation, de l’universel au singulier, de l’immémorial passé au fugace contemporain. L’artiste transforme La Criée par la couleur et réunit pour la première fois des couvertures de Tongyeong, des papiers chamans du mont Gyeryong ou de l’île Jéju en Corée, de la vannerie Ixcatèque du Mexique, de la poterie rifaine du Maroc ou des chants des pays de Gargantua, ponctués par deux grands stabiles en métal peint – représentations abstraites et géantes de sexes féminins. Seulgi Lee propose de “plier l’espace de La Criée pour ensuite le déplier lentement afin de faire (re)sortir les lumières du crépuscule”.

      1 – Richard Sennett, Ce que sait la main, Albin Michel, 2010
      2 – Seulgi Lee, correspondance avec Pierre Déléage, 17 juillet 2019

    • Galerie Art & Essai
    • 2019
    • LIAM EVERETT, GET UP WITH IT

    • Exposition
    • 20.09.19 → 24.10.19
      Exposition
      Galerie Art & Essai
    • Cette exposition présente un ensemble d’œuvres picturales et sculpturales inédites de l’artiste américain Liam Everett (né en 1973 à Rochester, New York).

      Elle est réalisée en collaboration avec le Musée des beaux-arts de Rennes qui présentera, en parallèle de l’exposition à la galerie Art & Essai, un polder au sein de ses collections permanentes (6 octobre – 10 novembre 2019), et avec le soutien de la galerie kamel mennour.

      Commissariat : John Cornu

    • Galerie Art & Essai
    • 2019
    • project room : LEONOR ANTUNES, KATINKA BOCK, HELEN MIRRA

    • Exposition
    • 20.09.19 → 24.10.19
      Exposition
      Galerie Art & Essai
    • Le poids. L’attractivité sourde d’une matière dont on ne sait ni l’évidence ni la source. Les piètements, les structures et surtout le laiton. La finition relève d’une réinvention de certaines lignes. En premier lieu, je pense aux meubles de Marcel Gascoin et à l’idée d’une « respiration de l’espace »1. En second lieu, à l’approche vernaculaire : ce vieux pêcheur portugais qui raccommode ses filets. Modernisme et savoir-faire traditionnels feraient-ils bon ménage ? Existe-t-il une forme de mémoire des savoirs via nos pratiques contemporaines ?

      La toile. L’espace d’un instant : une représentation improbable d’un univers, d’un plan. Je pense aux peintures aborigènes. Celles d’Alice Springs. Là, il s’agit de composer. Soient des espaces cartographiques et poétiques, une méthode, peut-être même une philosophie.

      La mesure. S’autoriser un paysage mental et réfléchir aux finalités humaines, aux dynamiques. Je pense ici au Parti pris des choses de Francis Ponge2 et à ce film de Jean-Daniel Pollet : Dieu sait quoi3.

      Je pense enfin à Giovanni Anselmo lorsqu’il nous dit : « Moi, le monde, les choses, la vie, nous sommes des situations d’énergie et l’important est justement de ne point cristalliser ces situations, mais bien de les maintenir ouvertes et vivantes en fonction de nos vies.4»

      – John Cornu

       

      1. Marcel Gascoin, Design utile, Paris, Editions Piqpoq, 2011, p. 14.
      2. Francis Ponge, Le parti pris des chosesSuivi de Proemes, Paris, Éditions Gallimard, 
      3. Jean-Daniel Pollet, Dieu sait quoi, Belgique, France, 85 minutes, 35 mm, 1993.
      4. Giovanni Anselmo, Catalogue monographique, Édition Régie Autonome des Musées, Nice, 1996, p.11.

       

    • 40mcube
    • 2019
    • Kahina Loumi, Premiers jours

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_hubhug_kahinaloumi_3.jpg
    • 14.09.19 → 15.09.19
      Exposition
      40mcube
    • Kahina Loumi propose une peinture optimiste qui interroge le langage de l’abstraction et le rapport à l’espace. À l’issue de sa résidence d’un mois au HubHug, elle présente les œuvres réalisées durant ce temps de recherche et de production.

      Le travail de Kahina Loumi s’inscrit dans une réflexion sur l’histoire de la peinture. Dans ses œuvres, abstraites et minimales, l’artiste invente de nouvelles manières de « faire peinture » en croisant les disciplines et les procédés, et aborde le langage pictural en dehors de l’espace du tableau. Elle s’intéresse aussi aux conditions de présentation de la peinture à travers l’usage de la série et de l’installation. Déconstruire les gestes picturaux en opérant des déplacements l’amène souvent à faire de la peinture le sujet même de ses œuvres.

      Sensible à la lumière, au rythme et à l’espace, Kahina Loumi construit ses œuvres en relations avec ces notions. Intéressée par la matérialité de la peinture, elle réa- lise un travail sur les surfaces qu’elle peint. Les outils et les supports jouent sur ce point un rôle important. En résulte une peinture qui mélange les gestes floues et les textures aériennes aux teintes douces et transparentes, sans se départir des codes de l’abstraction.

    • 40mcube
    • 2019
    • HubHug Sculpture Project – Nouvelles œuvres de Laurence de Leersnyder et de We Are The Painters

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_pds_hubhug_2019_18.jpg
    • 14.09.19 → 14.09.19
      Exposition
      40mcube
    • Inauguré en 2017 avec les œuvres de 18 artistes, le HubHug Sculpture Project accueille deux nouvelles œuvres qui prennent place sur Le Rack : une série de sculptures réalisées en 2018 par Laurence De Leersnyder lors de sa résidence au sein de l’entreprise Rousseau Clôtures coordonnée par 40mcube, et Bouche Céleste, une peinture du duo We Are The Painters qui reprend le motif d’une bouche entrouverte, motif récurrent dans les œuvres des artistes.

      Depuis sa création en 2001, 40mcube met en place des projets et présente des œuvres dans l’espace public. En 2016, en partenariat avec la Ville de Liffré, 40mcube crée à 15 km de Rennes l’atelier et lieu de résidence le HubHug, et étend son parc de sculptures en milieu rural sur une parcelle de 20 000 m2, le HubHug Sculpture Project.
      Sur cette parcelle prend place un mobilier extérieur conçu par les designers Erwan Mével & Thomas Le Bihan à partir d’une forme unique, une plaque de béton mise à disposition par l’entreprise Rousseau Clôtures. Victor Vialles conçoit la signalétique du site et Samir Mougas l’identité graphique de l’atelier. Ce dernier présente aussi une série de trois sculptures qui confrontent une esthétique industrielle et une nature invasive. Laurent Duthion implante un verger d’arbres polygreffés. Cyril Zarcone présente Volée hélicoïdale, qui reproduit en bois une volée d’escalier habituellement préfabriquée en béton. Pascal Rivet utilise cet espace comme un observatoire d’une œuvre mise à l’épreuve du temps et de la météo : une réplique en bois d’un camion de convoyage de fonds égaré et abandonné sous un arbre…

      Inauguré en juin 2017, Le Rack est un dispositif de stockage redessiné qui s’apparente à un support de rangement transposé à l’échelle de l’espace public, un mobilier de présentation d’œuvres, une collection de sculptures en plein air qui se constitue progressivement. De 6 mètres de haut sur 12 mètres de long et 2 mètres de large, Le Rack permet de rassembler des œuvres sur trois niveaux, de réaliser une exposition collective construite en hauteur, une composition jouant des contrastes entre des esthétiques figuratives et débridées ou sobres et minimales.

      Depuis 2017, 40mcube invite des artistes à concevoir des œuvres destinée à être présentées sur Le Rack, composant une sculpture collective en évolution constante. 9 œuvres réalisées par Étienne Bossut, John Cornu, Rémi Duprat, Aurélie Ferruel & Florentine Guédon, Hilary Galbreaith, Camille Girard & Paul Brunet, Laurent Le Deunff, Briac Leprêtre, Samir Mougas sont aujourd’hui regroupés sur Le Rack. D’autres viendront régulièrement y prendre place, comme celles de Laurence De Leersnyder et du duo We Are The Painters en septembre 2019.


      Le Rack propose ainsi une exposition permanente ouverte à tous jour et nuit, 7 jours sur 7.
    • Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • 2019
    • Aplats et plages colorés : les monochromes et les livres d’artistes 

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/villers_lemonde_2.jpg
    • 12.09.19 → 04.11.19
      Exposition
      Cabinet du livre d’artiste / Éditions Incertain Sens
    • Alphonse Allais, John Baldessari, Cécile Bart, Pierre Bismuth, Irma Blank, Daniel Buren, James Lee Byars, Cecily, Claude Closky, herman de vries, Raffaella Della Olga, Leif Eriksson, Robert Filliou, Ian Hamilton Finlay, Jochen Gerz, Ellsworth Kelly, Yves Klein, Sol LeWitt, Béatrice Lortet, Laurent Marissal, Albert Metz, Bruno Munari, Bruce Nauman, Aurélie Noury, Camila Oliveira Fairclough, Dimitris Papadatos & Corinna Triantafyllidis, Émilie Parendeau, Claude Rutault, Matthieu Saladin, Sarkis, Pierre Schwerzmann, Ettore Spalletti, Simon Starling, Niele Toroni, Mathieu Tremblin, Christophe Viart, Bernard Villers, Daniel Walravens, Ian Whittlesea, etc.

      EXPOSITION DU 12 SEPTEMBRE AU 4 NOVEMBRE 2019
      VERNISSAGE JEUDI 12 SEPTEMBRE À 18H00
      COMMISSARIAT Aurélie Noury.
      COLLECTIONS CLA, Raffaella Della Olga, Frac Bretagne, Frac Normandie Rouen, Frac Paca, Stéphane Le Mercier, Anne Mœglin-Delcroix, Camila Oliveira Fairclough, Bernard Villers.
       

      Cette exposition aborde la question de l’imprimé et du livre d’artiste par le biais de la couleur. En effet, de nombreux artistes réservent une ou plusieurs pages de leurs ouvrages à de larges plages colorées monochromes, forme minimale et radicale offrant à la fois une respiration dans la lecture et un espace abstrait grâce auquel le volume accède à d’autres dimensions : picturales sans aucun doute, mais peut-être aussi sculpturales.

       

      Avec : Alphonse Allais, John Baldessari, Cécile Bart, Pierre Bismuth, Irma Blank, Daniel Buren, James Lee Byars, Cecily, Claude Closky, herman de vries, Raffaella Della Olga, Leif Eriksson, Robert Filliou, Ian Hamilton Finlay, Jochen Gerz, Ellsworth Kelly, Yves Klein, Sol LeWitt, Béatrice Lortet, Laurent Marissal, Albert Metz, Bruno Munari, Bruce Nauman, Camila Oliveira Fairclough, Dimitris Papadatos & Corinna Triantafyllidis, Émilie Parendeau, Claude Rutault, Matthieu Saladin, Sarkis, Pierre Schwerzmann, Ettore Spalletti, Simon Starling, Niele Toroni, Mathieu Tremblin, Christophe Viart, Bernard Villers, Daniel Walravens, Ian Whittlesea, etc.

    • La Villa Rohannec’h
    • 2019
    • Les M Studio, fête de fin de résidence Villa Valais

    • Fête
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Window-Les-M-Studio-2.pdf
    • 08.09.19 → 08.09.19
      Fête
      La Villa Rohannec’h
    • Fête de fin de résidence des M Studio, Anaïs Morel et Céline Merhand, designers.

      En 2018, avec le soutien de la DRAC et de la Région Bretagne, la villa Rohannec’h, l’association des amis et usagers de la plage du Valais et l’association Documents d’Artistes Bretagne s’associent pour inviter de jeunes artistes plasticien.ne.s en résidence.

      Les artistes Stéfan Tulépo, Valentin Ferré et le duo de designer les M Studio s’immergent sur le territoire pendant trois mois. De la Villa Rohannec’h aux cabanons du Valais, de 1000m² à 20m², la résidence Villa Valais offre aux artistes des espaces contrastés et atypiques, tous deux marqués par l’environnement littoral et les points de vues maritimes.

      Pour les M Studio, elle prend fin cet été avec l’installation d’un mobilier unique créé pour le parc de Rohannec’h.

    • Documents d’Artistes Bretagne – ddab.org
    • 2019
    • Restitution de résidence M Studio à la Villa Rohannec’h

    • Fête
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Window-Les-M-Studio.jpg
    • 08.09.19 → 08.09.19
      Fête
      Documents d’Artistes Bretagne – ddab.org
    • M Studio

      Fête de fin de résidence des M Studio, Anaïs Morel et Céline Merhand, designers. La Villa Rohannec’h, Saint-Brieuc, ouvre ses portes le temps d’une après-midi pour vous faire découvrir l’œuvre “Window” réalisée par le duo de designers M Studio pour le parc de la Villa. 

       

      En 2018, avec le soutien de la DRAC et de la Région Bretagne, la villa Rohannec’h, l’association des amis et usagers de la plage du Valais et l’association Documents d’Artistes Bretagne s’associent pour inviter de jeunes artistes plasticien.ne.s en résidence.

       

      Les artistes Stéfan Tulépo, Valentin Ferré et le duo de designer les M Studio s’immergent sur le territoire pendant trois mois. De la Villa Rohannec’h aux cabanons du Valais, de 1000m² à 20m², la résidence Villa Valais offre aux artistes des espaces contrastés et atypiques, tous deux marqués par l’environnement littoral et les points de vues maritimes.

       

      Pour les M Studio, elle prend fin cet été avec l’installation d’un mobilier unique créé pour le parc de Rohannec’h.

    • Le Volume
    • 2019
    • La revanche des milieux

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Martine-Feipel-et-Jean-Bechameil-Un-monde-parfait-2013-installation-matériaux-divers-dimensions-variables-©-Martine-Feipel-et-Jean-Bechameil-1.jpg
    • 07.09.19 → 12.10.19
      Exposition
      Le Volume
    • Bertille Bak ; Dector et Dupuy ; Martine Feipel & Jean Bechameil ; Mona Hatoum ; Suzanne Husky ; Jézy Knez ; Studio Orta

      La 22ème biennale d’art contemporain Vern Volume présente un ensemble d’oeuvres qui reconfigurent notre rapport à l’espace urbain comme rural et questionnent nos manières d’habiter le monde. Quand l’espace prend sa revanche, les citoyen.e.s se soulèvent et clament haut et fort leur droit de résister.

    • L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2019
    • Claire Astigarraga & Sophie Dang Vu, Murmures Sylvestres

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/visuel_com_taureau_bleu.jpg
    • 06.09.19 → 11.10.19
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • Claire Astigarraga et Sophie Dang Vu sont deux illustratrices de Nantes et Paris, habituées à collaborer sur différents projets de création. Leur travail les conduit souvent à explorer des territoires à travers l’étude artistique de la faune et de la flore. Elles attachent une importance à la représentation de la nature à travers un regard et un trait qui leur sont propres, que ce soient les plantes colombiennes ou les oiseaux de bord de Loire.

      Dans le cadre de la résidence à L’aparté, elles conjugueront une fois de plus leurs univers autour de la thématique des animaux légendaires bretons et de l’illustration de l’un des contes de Brocéliande, Le Taureau Bleu.

       

      Exposition organisée dans le cadre du PAZAPA BD de Montfort Communauté programmé du 6 septembre au 13 novembre 2019. En partenariat avec l’association Le Chantier et le réseau Avélia.

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2019
    • Camille Girard et Paul Brunet, artistes en résidence – Portes Ouvertes

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/ImagesFond-light.jpg
    • 31.08.19 → 31.08.19
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Rencontre avec Camille Girard et Paul Brunet dans leur atelier. 
      Présentation des œuvres réalisées durant la résidence. 
      Présentation des productions réalisées pendant les ateliers de pratiques artistiques avec les jeunes du territoire. 

    • Frac Bretagne
    • 2019
    • Rendez-vous avec… Le dessin performatif chez Marcel Dinahet

    • Visites commentées
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/MarcelDinahet_Souslevent_FracBretagne_2019_dessins_photoMacDomage_2.jpg
      Vue de l'exposition Marcel Dinahet Sous le vent, présentée au Frac Bretagne, Rennes, du 14 juin au 10 novembre 2019 - Crédit photo : Mac Domage
    • 24.08.19 → 24.08.19
      Visites commentées
      Frac Bretagne
    • Le samedi 24 août 2019, le Frac Bretagne propose une visite « focus » de 30 minutes autour du dessin performatif chez Marcel Dinahet.

      Marcel Dinahet dessine avec ses pas, foulant au pied de la gouache noire sur des feuilles étendues au sol de son atelier. Ces œuvres sont la mémoire d’autres courses et piétinements, exécutés sur les plages de Bretagne et d’ailleurs. À l’occasion de l’exposition Sous le vent, le Frac Bretagne vous propose de prendre 30 minutes pour découvrir de manière privilégiée le dessin performatif chez Marcel Dinahet.

    • Centre-bourg
    • 2019
    • AIR DE FÊTE, 50 artistes pavoisent Saint-Briac

    • Visites commentées
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/019_Fr_BR_vernissage-Saint-Briac-2019.jpg
      Vue de l'exposition Air de fête à Saint-Briac-sur-Mer, Babeth Rambault, Eva Taulois, été 2019 - Crédit photo : Frac Bretagne
    • 22.08.19 → 22.08.19
      Visites commentées
      Centre-bourg
    • Isabelle Arthuis, Virginie Barré, Léa Bénétou, Hervé Beurel, Camille Bondon, Étienne Bossut, Jean-Yves Brélivet, David Michael Clarke, Jocelyn Cottencin,Christophe Cuzin, Bruno Di Rosa, Marcel Dinahet, Florence Doléac, Antoine Dorotte, Julien Duporté, Laurent Duthion, Clémence Estève, Christelle Familiari, François Feutrie, Nicolas Floc’h, Julie C. Fortier, Nikolas Fouré, Camille Girard et Paul Brunet, Ron Haselden, Anabelle Hulaut, Sharon Kivland, Yvan Le Bozec, Hervé Le Nost, Angélique Lecaille, Jean-Philippe Lemée, Olivier Lemesle, Briac Leprêtre, Véfa Lucas, Erwan Mahéo, Didier Mencoboni, Joachim Monvoisin, Flora Moscovisci, Samir Mougas, Karim Ould, Bruno Peinado, Guillaume Pinard, Babeth Rambault, Francis Raynaud, Pascal Rivet, Sylvie Ruaulx, Yann Sérandour, Yoan Sorin, Eva Taulois, Thomas Tudoux, Jacques Villeglé, Charlotte Vitaioli

      L’équipe du Frac Bretagne et la commission Culture de Saint-Briac vous proposent une visite commentée de l’exposition AIR DE FÊTE qui anime tout l’été les rues de Saint-Briac.

    • La Tannerie
    • 2019
    • Siècle

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/0-Vincent-Dulom-Posée-1011111010111101-.jpg
    • 20.07.19 → 15.09.19
      Exposition
      La Tannerie
    • Laurent Derobert, Vincent Dulom, Guillaume Linard-Osorio, Frederic Mathevet, Colin Roche, Denis Thomas, Anne-Charlotte Yver

      Pour sa quinzième exposition la Tannerie propose de faire une pause dans le flux incessant d’informations que produisent nos sociétés modernes, de faire contrepoint aux injonctions souvent contradictoires dont nous sommes les spectateurs ou les cibles.

      SIECLE invite au ralentissement, au ré-apprivoisement d’un rythme ou d’une pulsation qui nous serait propre, à prendre le temps, à le retrouver, à en réapprécier la saveur si particulière, à se le réapproprier, en excluant les notions de précipitation, d’impératif ou d’urgence.

      Le mot « siècle », intitulé de notre exposition, ne définit pas la période de cent ans que nous connaissons tous, mais désigne étymologiquement la temporalité de la vie en contraste avec le temps céleste et éternel qu’est celui de la mort. 

      SIECLE met en lumière des artistes contemporains dont la durée est l’enjeu et le matériau principal de leurs recherches : temporalité du regard, temporalité de la matière, ou temporalité organique de l’artiste. Notre exposition dévoile une toute petite partie du foisonnement créatif dont ils font preuve quand ils interrogent la chronologie, la périodicité, le séquençage, la permanence, le rythme ou même l’érosion.

      Si toutes les œuvres présentées ici sont de facto issues d’un processus témoignant d’une antériorité, l’exposition s’éloignera du champ strict de la mémoire, pour l’ouvrir au concept de dynamique, dont le temps et la durée sont par essence le phénomène.

      Qu’il s’agisse de peinture, interrogeant le temps de regard et la façon dont l’œil construit ou déconstruit la perception lorsqu’il fait face à un objet pictural, qu’il s’agisse de monochrome lorsque le temps altère la densité de la couleur et en constitue un jeu et un enjeu esthétique, ou bien qu’il s’agisse de musique dont la matière sonore s’absente, ou au contraire se dilate dans des proportions encore inouïes, ou bien encore de sculpture dont le temps constitue un matériau de construction à part entière, chaque œuvre présentée ici manifeste des nombreuses préoccupations dont les artistes de notre époque se saisissent.

      Il est étonnant de constater combien cette question traverse aujourd’hui la création. Comment les artistes s’en emparent et ouvrent des champs d’expérimentation et de nouvelles perspectives. L’exposition est un instantané, une proposition non exhaustive des voies qu’empruntent ou défrichent les artistes qui font de cette notion leur préoccupation première.

      A l’objet fini, achevé, inerte et souvent présenté comme un aboutissement dans le cadre d’exposition, SIECLE oppose ici des œuvres qui témoignent plus du processus et du cheminement. À l’exception de quelques pièces, les œuvres n’appartiennent plus au registre de l’achèvement mais à celui du témoignage, de la phase de réflexion, d’une étape, ou d’un processus. Le statut de l’œuvre s’en trouve donc modifié. Il interrogera notamment l’idée du séquençage, de la périodicité et de la fragmentation comme support ou système de

      La singularité des pièces exposées conduit également à interroger le contexte de l’exposition comme espace dans lequel les codes usuels de regard peuvent être déportés. Ici l’exposition n’est plus le siège d’œuvres sanctuarisées, mais devient un laboratoire au sein duquel elles se construisent toujours, se modifient encore, se prolongent ou s’altèrent avec temps.

      SIECLE tente une synthèse entre l’atelier et l’exposition en mettant à l’honneur des œuvres qui refusent la dichotomie entre temps d’élaboration et temps d’observation, et qui ouvrent une perspective dans laquelle chacune trouve son propre battement et génère un temps qui l’affranchit du geste qui l’a conçu.

      Nous vous invitons par conséquent sans doute moins à les observer, qu’à découvrir, à unifier et à harmoniser un rythme qui vous serait commun.

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Les Mercredis de Kerguéhennec [juillet]

    • Atelier
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/IMG_7182.jpg
    • 10.07.19 → 31.07.19
      Atelier
      Domaine de Kerguéhennec
    • C’est l’été ! Et pour l’occasion, le Domaine de Kerguéhennec vous donne rendez-vous tous les mercredis, de 15h à 17h, pour créer en famille.

      • LE PROGRAMME – JUILLET 2019 :

      10 Juillet. “Jeux buissonniers”
      → Atelier artistique durant lequel Maxence Cadet, animateur nature, vous propose de fabriquer de petits instruments de musique en bois.

      17 Juillet. “Marcher, créer”
      → Atelier artistique qui vous propose de « marcher et créer » autour de l’œuvre de Tal Coat. Balade, mine de plomb et aquarelle seront au programme.

      24 Juillet. Visite d’atelier
      → Temps-fort qui vous propose de découvrir l’atelier de Frédéric Messager, actuellement en résidence au domaine. Cette visite sera suivie d’un moment d’échange ainsi que d’un atelier autour de sa pratique.

      31 Juillet. Peindre avec la nature
      → Atelier artistique durant lequel l’association Des graines et des brouettes vous initie à la peinture végétale (reconnaissance de plantes, fabrications de pinceaux avec des éléments de la nature et d’une palette d’encres végétales, etc.)

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Les dimanches “découverte”

    • Atelier
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/IMG_7263.jpg
    • 07.07.19 → 25.08.19
      Atelier
      Domaine de Kerguéhennec
    • Ateliers d’art plastique, de 15h à 17h, en lien avec l’exposition temporaire Flora Maxima.

    • La Tannerie
    • 2019
    • Franck Mas, Hello Dolly – Finissage

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/17-2-Table-de-travail-Mouton-catcheur-et-Tableaux-noirs-de-lAvare-alphabétique-effacé-.jpg
    • 06.07.19 → 07.07.19
      Exposition
      La Tannerie
    • Alphabet :

      Avec humour, le titre HELLO DOLLY, emprunté au film de Gene Kelly, évoque aussi la première brebis clonée et le concept de duplication.

      HELLO DOLLY est la première grande exposition monographique de l’œuvre de Franck MAS. Elle interroge les notions de relecture, de réinterprétation de textes fondateurs dont l’ADN est d’être perpétuellement transformé, renouvelé et commenté. Issu du spectacle vivant, cet artiste redessine les limites de la représentation scénique et des enjeux de la mise en scène. Il s’engage depuis plusieurs années à déconstruire systématiquement les modus operandi des représentations théâtrales, et des textes fondateurs, en usant d’un protocole aussi simple que radical : l’alphabet.

      Il réorganise selon l’ordre alphabétique l’ensemble des mots d’une œuvre écrite.

      Bien que simple dans son processus, ce geste interroge le temps, le support et comment ils conditionnent la lecture d’une œuvre. C’est donc sous forme d’impressions, d’installations, de performances, ou de vidéos que Franck Mas explore inlassablement ce protocole aux visées infinies.

      Pietro Seminelli, curateur complice, éclaire l’exposition qui est consacrée à l’œuvre de Franck Mas ce printemps à La Tannerie.

    • Ville de Saint-Briac-sur-Mer
    • 2019
    • Air de fête – 50 artistes pavoisent Saint-Briac

    • Exposition
    • 06.07.19 → 15.09.19
      Exposition
      Ville de Saint-Briac-sur-Mer
    • Isabelle Arthuis, Virginie Barré, Léa Bénétou, Hervé Beurel, Camille Bondon, Étienne Bossut, Jean-Yves Brélivet, David Michael Clarke, Jocelyn Cottencin, Christophe Cuzin, Bruno Di Rosa, Marcel Dinahet, Florence Doléac, Antoine Dorotte, Julien Duporté, Laurent Duthion, Clémence Estève, Christelle Familiari, François Feutrie, Nicolas Floc’h, Julie C. Fortier, Nikolas Fouré, Camille Girard et Paul Brunet, Ron Haselden, Anabelle Hulaut, Sharon Kivland, Yvan Le Bozec, Hervé Le Nost, Angélique Lecaille, Jean-Philippe Lemée, Olivier Lemesle, Briac Leprêtre, Véfa Lucas, Erwan Mahéo, Didier Mencoboni, Joachim Monvoisin, Flora Moscovisci, Samir Mougas, Karim Ould, Bruno Peinado, Guillaume Pinard, Babeth Rambault, Francis Raynaud, Pascal Rivet, Sylvie Ruaulx, Yann Sérandour, Yoan Sorin, Eva Taulois, Thomas Tudoux, Jacques Villeglé, Charlotte Vitaioli

      Pour leur onzième année consécutive de collaboration, dans le cadre du festival d’art, la commune de Saint-Briac et le Frac Bretagne poursuivent leur démarche en faveur de la sensibilisation à l’art contemporain et proposent une exposition à ciel ouvert dans les rues du centre bourg.
      Pour cet événement intitulé AIR DE FÊTE. 50 ARTISTES PAVOISENT SAINT-BRIAC, il s’agit, pour les artistes invités, d’inventer ou de réinventer un drapeau. Clin d’oeil aux univers légers et enchantés de Jacques Tati et Jacques Demy, AIR DE FÊTE ambitionne de faire découvrir la pluralité de la création plastique contemporaine à travers un support commun et unique, une bannière de toile comme page blanche à investir.

    • Galerie Réjane Louin
    • 2019
    • Une exposition toute blanche ?

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/digression-dessin7-Page622019_33x23_encres_-peintures_impacts-sur-impression_papier-1-acb.jpg
    • 06.07.19 → 01.09.19
      Exposition
      Galerie Réjane Louin
    • Olivier Aubry, Brigit Ber, Leïla Brett, Claude Briand-Picard, Guillaume Castel, Claire de Chavagnac, Vincent Chenut, Dominique De Beir, Philippe Desloubières, Natalia Jaime-Cortez, Kacha Legrand, Frédérique Lucien, Olivier Michel, Patrice Pantin, Thomas, Dominique de Varine, Marine Vu

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Marc Couturier, Tutto per tutti

    • Exposition
    • 30.06.19 → 03.11.19
      Exposition
      Domaine de Kerguéhennec
    • Marc Couturier s’est fait connaître par son travail sur les « Barques en lévitation ». C’est au début des années 90 que le concept de « Redressement » lui est venu : sous ce terme, Marc Couturier a réuni un ensemble d’œuvres « non faites de main d’homme » (en grec ancien acheiropoiète) dont la forme évoque providentiellement figures et paysages, facilement identifiables. Il nous les donne à voir, sans les modifier. Une feuille d’aucuba devient vitrail ; une plaque de placoplâtre devient un « Redressement » ; une promenade dans Amiens donne naissance aux « Cabochons », redressement virtuel d’éléments d’architecture ; une douelle* de foudre, trouvée dans un chai au Portugal, forme une sculpture primitive ; la présentation et la mise en lumière de fragments de douelle en « Teatrini » deviennent un ensemble de petits paysages…

      Parallèlement, il développe une oeuvre «faite de main d’homme» qui invite à la contemplation ou à d’autres voyages : des « Lames » de samba recouvertes à la feuille d’or sont fichées dans les murs (exposition «Formes simples », Centre Pompidou Metz, juin 2014) ; les « Dessins du troisième jour », tracés à la mine de plomb sur papier ou au graphite pur sur d’immenses wall drawings (Musée de la Chasse et de la Nature, 2012 / Palais de Tokyo, exposition « Inside », oct-nov. 2014) évoquent la création dans la Genèse ; les dessins à la pointe d’argent sur toile préparée ou réalisés en wall drawings (MUDAM, Luxembourg / Exposition « Traces du Sacré » au Centre Pompidou, 2008) et tout dernièrement les pastels.

      Marc Couturier est né en 1946, il vit et travaille à Paris.
      Il est représenté par la galerie Laurent Godin, Paris

      Source : Texte issu du site internet de l’Art dans les Chapelles : consultable ici

    • Atelier d’Estienne
    • 2019
    • L’art chemin faisant, 2019 – Paysages de formes 

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/SITE-AE-8-Lart-chemin-faisant-2019-3638.jpg
    • 30.06.19 → 15.09.19
      Exposition
      Atelier d’Estienne
    • HANS OP DE BEECK, MARION BEERNAERTS, JEANINE COHEN, ELLIOT KERVYN & LISA EGIO, CAROLINE LE MÉHAUTÉ, ATHINA IOANNOU, BENOIT MAIRE, TINKA PITTOORS, BENOIT PLATÉUS, ORIOL VILANOVA, TATIANA WOLSKA.

      L’art Chemin faisant… 21ème édition  – Parcours d’art contemporain

      “Paysages de formes”

       

      30 JUIN> 15 SEPTEMBRE 2019
      VERNISSAGE —30 JUIN 10H30

      Commissariat Yolande de Bontridder

      HANS OP DE BEECK, MARION BEERNAERTS, JEANINE COHEN, ELLIOT KERVYN & LISA EGIO, CAROLINE LE MÉHAUTÉ, ATHINA IOANNOU, BENOIT MAIRE, TINKA PITTOORS, BENOIT PLATÉUS, ORIOL VILANOVA, TATIANA WOLSKA.

      La question du paysage est au coeur des préoccupations de notre société.
      Invitée comme commissaire de l’exposition « Paysages de formes » de l’été 2019 à Pont-Scorff, 21e édition de L’art Chemin Faisant, Yolande De Bontridder a voulu donner à douze artistes contemporains d’horizons différents l’opportunité de partager le regard singulier qu’ils portent sur les liens tissés entre l’homme et son milieu naturel. Elle les a invités à investir le riche patrimoine historique, architectural et environnemental de Pont-Scorff – paysages, maisons anciennes, église ou manoir – pour revisiter ces lieux sous les formes les plus diverses, réalistes, poétiques, imaginaires, mentales, symboliques ou sociétales.
      Ainsi, Marion Beernaerts mettra en lumière le souterrain dans les bois et, dans le manoir une vidéo se souvient des crues et décrues du Scorff. Tatiana Wolska construira et déploiera des « socio-sculptures » dans les jardins du manoir, occasion de méditer ou de partager des produits du potager au moment de l’inauguration. À l’Atelier d’Estienne, les rêves colorés des céramiques de Tinka Pittoors se confronteront aux bidons tout aussi colorés de Benoît Platéus en sous-sol. Dans la Pink room, la vidéo de Hans Op de Beeck fera surgir et s’éteindre d’étranges mondes parallèles. Enfin, les installations de Caroline le Méhauté, Benoît Maire, Athina Ioannou et Oriol Vilanova solliciteront notre imagination, comme autant de haltes réflexives dans cette poétique déambulation d’un lieu à l’autre de Pont-Scorff. Pour « Paysages de formes » Jeanine Cohen crée une oeuvre in-situ sur bâche, par la composition d’aplats de couleurs. Ces nouveaux paysages révèlent une forme de fragilité, une recherche d’objectivité, où le stimulus sensoriel de la couleur vient contrebalancer l’apparente froideur.

      DOSSIER DE PRESSE

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Flora Maxima

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/FLORA-1550-X-2000.jpg
    • 30.06.19 → 03.11.19
      Exposition
      Domaine de Kerguéhennec
    • Janos Ber, Marie-Claude Bugeaud, Damien Cabanes, Christine Crozat, Marine Joatton, Bernard Joubert, Sylvain Le Corre, Manuela Marques, Charles Maussion, Bernard Moninot, Josef Nadj, Anne Tastemain.

      A Kerguéhennec, étonnamment, les fleurs sont davantage présentes dans les motifs ornementaux et les décors peints du château que dans les jardins. L’exposition Flora Maxima propose de les faire entrer au cœur même des espaces d’exposition. Douze artistes, dans la diversité de leurs sensibilités et de leurs moyens d’expression,  nous proposent une promenade dans un monde pictural nourri de nombreuses références à l’histoire de l’art et à la nature.

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Édouard Sautai, Still life

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/EXPORT-STILL-LIFE-12339-page-001-bis.jpg
    • 30.06.19 → 03.11.19
      Exposition
      Domaine de Kerguéhennec
    • Deux personnages, portant un cadre sur lequel est tendue une toile translucide, déambulent dans le parc du Domaine de Kerguéhennec, à travers les sous-bois et les hautes herbes. Le cadre devient le réceptacle de scènes sans cesse renouvelées, présentant une succession de tableaux.

      En coproduction avec La Maréchalerie, Centre d’art contemporain (Versailles)

    • Domaine de Kerguéhennec
    • 2019
    • Lee Hyun Jae, Le pavillon de peinture

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Capture1.png
    • 30.06.19 → 03.11.19
      Exposition
      Domaine de Kerguéhennec
    • Galerie Le Lieu
    • 2019
    • Brigitte Bauer et Emmanuelle Blanc, Ce que nous sommes 

    • Exposition
    • 28.06.19 → 29.09.19
      Exposition
      Galerie Le Lieu
    • “Ce que nous sommes” c’est la rencontre des travaux de deux photographes au sujet des lieux de leur enfance, des lieux qu’elles n’habitent plus aujourd’hui. Pour l’une, la Bavière, la Haute-Savoie pour l’autre. C’est la stupéfaction de constater que les images de l’une pourraient raconter les paysages de l’autre et vis versa. L’envie leur est alors venue de travailler ensemble afin de montrer ces séries conjointement pour qu’elles poursuivent le dialogue esquissé. Les points communs ne se limitent pas à la typologie des paysages et l’environnement social et économique. Si les affinités paraissent évidentes, les deux singularités restent affirmées et se rejoignent dans le questionnement des lieux de leurs origines, des lieux que ni l’une ni l’autre n’habitent plus mais qui, eux, continuent à les habiter.

    • Espace François-Mitterrand
    • 2019
    • Correspondances
      Œuvres de la collection du Frac Bretagne choisies par des élèves et habitants de la ville de Guingamp

    • Exposition
    • 26.06.19 → 06.10.19
      Exposition
      Espace François-Mitterrand
    • Virginie Barré, Muriel Bordier, Samuel Buri, Robin Collyer, Gabriele Di Matteo, Bruno Di Rosa, Goldschmied & Chiari, Emma Kay, David Mach, Robert Morris, Tania Mouraud, Pascal Pinaud, Julien Prévieux, Sarkis

      Et si élèves et habitants se lançaient le défi de concevoir une exposition sur le principe du « marabout-bout de ficelle » ?
      Telle est la proposition que le Frac Bretagne et la Ville de Guingamp ont fait à deux classes de primaire et à un groupe d’adultes séduits par cette aventure artistique. Ce projet intergénérationnel placé sous le signe de la convivialité, a réuni petits et grands pour agir collectivement dans les coulisses de l’exposition, de la conception jusqu’à l’ouverture au public.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2019
    • Beaux jours

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/J.M.Nicolas-copie.jpg
    • 23.06.19 → 01.07.19
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Laurent Huron, Julien Laforge, Jean-Marc Nicolas. Commissariat Philippe Collin.

      LA PRÉSENCE DE L’ABSENCE

      C’est à l’initiative de Philippe Collin, commissaire de l’exposition, que le projet « La présence de l’absence » débute en septembre 2016. Attaché au rituel de la marche, il se réfère au projet « La Ballade de Bazouges-la-Pérouse » comme point de départ de sa réflexion (projet mené en 2015 par l’artiste Yves Trémorin et les élèves de CM2 de l’école publique de Bazouges-la-Pérouse). Il invite à cette occasion le poète Laurent Huron à s’immerger dans le paysage bazougeais en lui proposant de découvrir un ancien chemin des écoliers. Cette première expérience a ensuite permis à l’ensemble du projet artistique et culturel de se construire autour de la marche.

      Les plasticiens Julien Laforge et Jean-Marc Nicolas ont rejoint Laurent Huron dans cette aventure. Pendant trois années, chacun a eu l’occasion de développer une pratique exploratoire et de produire un travail artistique à partir du quotidien, du paysage, des traditions et du patrimoine de la commune et ses environs. Le projet d’exposition tend à rendre compte des différentes expériences vécues par les artistes au travers des particularités environnementales, sociologiques et anthropologiques du site de Bazouges-la-Pérouse.

    • Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • 2019
    • Vera Molnar, Alchimie des lignes

    • Exposition
    • 22.06.19 → 21.09.19
      Exposition
      Galerie Oniris ● Florent Paumelle
    • Durant tout l’été, l’exposition « Alchimie des Lignes » explore les nombreuses recherches de Véra Molnar sur la ligne depuis plus de soixante-dix ans. Véra Molnar crée un langage à partir de lignes calculées et programmées. Toute son œuvre repose sur une construction stricte où la ligne et la couleur sont les seules bases structurelles.

      « Dans mon travail, il y a des formes. Ce sont des lignes qui se referment sur elles-mêmes, qui se mordent la queue. Cela donne des carrés, des rectangles et d’autres quadrilatères. Il y a aussi des cercles, des triangles, des pentagones. » Véra Molnar, Inventar, 1946/1999

      Véra Molnar, Love Stories, 2013

      Véra Molnar parle d’alchimie des lignes comme Arthur Rimbaud parlait d’alchimie des verbes : une quête commune de transformer la réalité banale en une fiction poétique. Toutefois, une certaine émotion s’échappe de ses compositions linéaires, et ce sentiment est renforcé par des titres choisis avec justesse, ajoutant une pointe de poésie à l’œuvre.

      Ses œuvres, réalisées à main levée, à l’ordinateur ou avec des collages sont des représentations géométriques, mais en apparence seulement. Les cercles, rectangles ou carrés sont seulement empruntés et manipulés pour illustrer les recherches que l’artiste mène en série, telles des expériences scientifiques. En partant d’un système presque « machinique », Véra Molnar réalise des formes simples, épurées et impersonnelles, et les soumet à de multiples variations. Dans les années 70s et 80s, les mutations s’opèrent grâce à des calculs mathématiques et informatiques, mais l’artiste laisse toujours une petite place au hasard et à l’imaginaire. Véra Molnar puise son imagination dans un ensemble de thèmes connus : les lettres de sa mère, les paysages de la montagne Sainte Victoire, les tableaux de grands peintres comme Monet, Malevitch, Dürer, …elle crée ensuite ses propres représentations aux formes géométriques et épurés, où les lignes se suffisent à elles-mêmes. Cette ligne omniprésente dans l’œuvre de Véra Molnar est selon ses mots : « un curriculum vitae, à l’image de l’ensemble de mes activités passées :  somme de ma vie ».

      Depuis ses premiers essais en 1968, Véra Molnar est devenue l’une des pionnières de l’utilisation de l’ordinateur dans la création artistique, un outil qui, selon ses termes, lui permet de « se libérer d’un héritage classique sclérosé » tout en conservant la pleine maîtrise de ses compositions. Vera Molnar enrichit aujourd’hui une œuvre déjà renommée par de nouvelles constructions systématiques aux couleurs éclatantes, et son travail a trouvé sa place dans les plus grandes institutions et collections nationales et internationales.

      En 1995, Oniris exposait pour la première fois les œuvres de Véra Molnar à l’occasion du dixième anniversaire de la galerie. Une collaboration historique avec des présentations personnelles lors des foires internationales (FIAC Paris en 2002, Artissima Turin en 2014, Art Brussels en 2016, Volta New-York en 2018, Art Paris au Grand-Palais en 2019) qui s’affirme une nouvelle fois à travers cette dixième exposition personnelle à Rennes.

      L’exposition « Alchimie des lignes » propose un voyage dans l’œuvre de Véra Molnar à travers différentes périodes et techniques : dessins générés par ordinateur dans les années 70s, tableaux, œuvres sur papier et une sculpture. Les œuvres exposées mettent en lumière l’importance du travail en série dans son approche comme « Love stories » ou « Java de 24 carrés », montrant la recherche constante dans la variation et la transformation des formes au cours de ces dernières années.

    • L’IMAGERIE
    • 2019
    • 41e Estivales Photographiques du Trégor, Nos Pères

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Affiche_NOSPERES-41E-2019_2.jpg
    • 22.06.19 → 05.10.19
      Exposition
      L’IMAGERIE
    • Frédérique Aguillon, Taysir Batniji, Pere Formiguera, Grégoire Korganow, Colette Pourroy, Quentin Yvelin et La Conserverie

      Avec Frédérique Aguillon, Taysir Batniji, Pere Formiguera, Grégoire Korganow, Colette Pourroy, Quentin Yvelin et La Conserverie

      La thématique des 41e Estivales place la figure paternelle au centre des questionnements photographiques. Nos pères : le possessif induit que le point de vue est collectif et tourné vers les générations précédentes. Car pour qu’il y ait un père, il faut qu’il y ait nécessairement un enfant, et donc un regard porté sur lui. Le regard des sept auteurs invités est sans équivoque, qui tous ou presque intitulent leur série « Père ». Sans fioriture, sans adjectif, comme un constat, cependant empreint de questionnements. Quels ont été nos pères ? Comment ont-ils été ?

      Et qu’est-ce qu’un père ? Victor Hugo dans La Légende des siècles le décrit ainsi : Le père c’est le toit béni, l’abri prospère, / Une lumière d’astre à travers les cyprès, / C’est l’honneur, c’est l’orgueil, c’est Dieu qu’on sent tout près. Cette figure de la toute puissance, c’est celle du pater familias, archétype hérité de la Rome antique et fondement de nos sociétés patriarcales. Dans cette conception traditionnelle, le père se définit dans un rôle social déterminé : il est le chef, ayant droit de vie ou de mort sur les siens. Il est celui qui doit subvenir aux besoins de la famille et transmettre les valeurs morales. La remise en cause de cette figure d’autorité, qui s’inscrit dans une re-interrogation sociétale des concepts de masculinité et de parentalité, redéfinit ainsi le(s) rôle(s) du père. En se tournant vers cette figure, les auteurs interrogent également les notions d’héritage, de modèle, d’engagement, de lien. La programmation propose un parcours en trois temps, qui s’articule du collectif à l’intime, de l’histoire sociétale aux fictions individuelles.

    • Artothèque de Vitré Communauté
    • 2019
    • David Michael Clarke, Madame Orain et le coco paimpolais

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/DMC-Madame-Orain.jpg
    • 16.06.19 → 22.09.19
      Exposition
      Artothèque de Vitré Communauté
    • La maison « haricot » est une maquette de la maison de madame Orain située à Brélévenez, près de Lannion et conçue par l’architecte Roger Le Flanchec. À l’image de cette maison, conviviale et ouverte sur l’extérieur, David Michael Clarke a choisi de présenter à l’intérieur de cette structure architecturale, des œuvres du Fonds départemental d’art contemporain d’Ille-et-Vilaine. Ce geste d’emprunt est directement relié à la démarche de DMC qui intègre très souvent des œuvres, directement prêtées par des artistes ou des institutions, à ses propres créations.

      Artiste invitée : Elsa Tomkowiak. Avec des oeuvres de : Isabelle Arthuis, Hervé Beurel, Alain Bizeau, Muriel Bordier, Etienne Bossut, Marine Bouilloud, Jocelyn Cottencin, Christine Crozat, Marcel Dinahet, Julien Duporté, Laurent Duthion, Camille Girard & Paul Brunet, Vincent Victor Jouffe, Olga Kisseleva, Jan Kopp, Angélique Lecaille, Didier Lefèvre, Jean-Philippe Lemée, Damien Marchal, Nicolas Milhé, Benoit-Marie Moriceau, Samir Mougas, Paul Pouvreau, Mathieu Renard, Les Frères Ripoulin, Pascal Rivet, Mathilde Seguin, Yann Sérandour, Eva Taulois, Pascal Jounier Trémolo, Yves Trémorin, David Zérah.

      Œuvres issues du Fonds départemental d’Ille-et-Vilaine (FDAC). Avec la participation du FRAC Bretagne. En collaboration avec La cuisine, centre d’art et de design, Nègrepelisse (82)

       

    • Artothèque de Vitré Communauté
    • 2019
    • David Michael Clarke, Solarium

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/DMC-Solarium.jpg
    • 16.06.19 → 22.09.19
      Exposition
      Artothèque de Vitré Communauté
    • Conçu par David Michael Clarke, Solarium est un meuble, une bibliothèque, dont la forme s’inspire du toit de La villa Savoye de l’architecte Le Corbusier. D’une longueur de 6,70 m, il peut se diviser en onze modules.

      L’artiste a proposé aux bibliothèques de Vitré Communauté d’accueillir, durant plusieurs mois, un de ces modules dans leur lieu.

      Les bibliothèques d’Argentré-du-Plessis, Brielles, Bais, Châteaubourg, Châtillon-en-Vendelais, Domalain, La Guerche-de-Bretagne, Mondevert, Montreuil-sous-Pérouse, Moulins, Pocé-les-Bois, Saint-Aubin-des-Landes, Saint-Didier et Vitré ont fait appel aux habitants, aux associations et aux établissements scolaires et de santé de leur commune pour participer à ce projet sous différentes formes : ateliers de pratiques artistiques, ateliers créatifs, ateliers d’écriture.

      Dans les étagères de ces modules, à nouveau réunis, sont classées des réalisations faites par les habitants invités à dessiner, illustrer, écrire sur des feuilles de carton mises à leur disposition, leur passion, leur implication et leur vie à l’échelle de leur commune afin de dresser un visage de l’intercommunalité.

       

       

    • La Criée centre d’art contemporain
    • 2019
    • At the Gates

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/affiche_AttheGates_LaCriee-e1559660234474.jpg
    • 15.06.19 → 25.08.19
      Exposition
      La Criée centre d’art contemporain
    • Maja Bajevic, Camille Ducellier, Monique Frydman, Navine G. Khan-Dossos, Jesse Jones, Teresa Margolles, Olivia Plender, Artists’ Campaign to Repeal the Eighth Amendment

      At the Gates met à l’honneur les voix puissantes et singulières d’artistes engagées dans les histoires sociales et la politique de l’intime. Défiant la loi et les institutions, les œuvres se font ici l’écho de la lutte pour l’émancipation des femmes et pour leur droit à disposer de leur corps. La révocation historique du huitième amendement de la Constitution irlandaise, la légalisation de l’avortement en 2018 et les luttes qui l’ont précédées sont l’une des sources à partir desquelles l’exposition prend corps.

      At the Gates présente huit artistes ou collectifs internationaux dont les œuvres se confrontent à la loi ou aux institutions à travers des récits de violence, de militantisme, de réparation et d’exploitation liés à l’expérience des femmes. Irriguée par les théories de Silvia Federici, qui observe une corrélation entre les origines de l’accumulation du capital et l’oppression systématique des femmes, At the Gates reflète la longue lutte menée par les femmes pour trouver, préserver et même restaurer leurs voix. Ces artistes et leurs projets témoignent de la force de ces voix, de ces images, de ces bannières, de ces objets et de ces œuvres à mesure qu’ils s’accumulent et alimentent le débat public.

      Le titre est en partie inspiré de Devant la Loi de Franz Kafka. Dans cette nouvelle, un homme passe sa vie devant les portes de la Loi dans l’attente de s’y voir accorder le droit d’entrée. At the Gates renvoie également à l’appel lancé par la suffragiste Lavinia Dock en 1917 : « Dehors, les gardiens de la morale, dehors, les individualistes, dehors, les réactionnaires. La jeunesse est à vos portes ! » At the Gates met à l’honneur des artistes qui ne demandent pas la permission. Pour citer Ailbhe Smyth (coprésidente de Together for YES, le mouvement irlandais officiel pour le droit à l’avortement) : « Vous devez d’abord déranger, vous devez d’abord perturber, il faut d’abord qu’il y ait un soulèvement… Quand la chair devient pierre, et quand la pierre devient chair… À l’image des sorcières, vous saviez exactement ce que nous devions faire, ce que nous devions entendre, ce que nous devions voir, ce que nous devions craindre. »

    • Frac Bretagne
    • 2019
    • Marcel Dinahet Sous le vent

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Cherrueix_2018_MarcelDinahet_WEB.jpg
      Marcel Dinahet, Cherrueix, 2018 © Marcel Dinahet
    • 14.06.19 → 10.11.19
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Du 14 juin au 10 novembre 2019, le Frac Bretagne accueille Sous le vent, une exposition personnelle de Marcel Dinahet. Pour la plupart inédits, un ensemble important d’œuvres vidéo ainsi que de puissants dessins en différents formats, seront montrés dans l’intégralité des espaces.

       

      Artiste voyageur, et plongeur, Marcel Dinahet (né en 1943 dans le Finistère) prend le paysage pour sujet. Son élément premier est l’eau, la mer le plus souvent. De Kaliningrad à Beyrouth, de Calais à Ouessant, il rapporte des vues extraordinaires à travers lesquelles le spectateur est amené à expérimenter le paysage de façon radicalement nouvelle. Les dispositifs qu’il invente : filmer sous l’eau, poser la caméra à la ligne de flottaison, regarder le rivage depuis l’espace aquatique, réaliser des performances jusqu’à épuisement du mouvement et de ses forces, sont pour lui les moyens d’affirmer, en dépit de l’utilisation d’outils numériques sophistiqués, un rapport essentiel au corps, à la matière, au son.

      Alternant vidéo-projections, films sur écran, dessins accrochés au mur ou déployés sur le sol, l’exposition invite à une succession d’expériences, à embrasser le monde à la mesure d’un homme, à en explorer les frontières, la dernière en date étant Fordlandia, aux confins de l’Amazonie. Pour témoigner d’un mode de travail qui « embarque », qui aime à partager, – aujourd’hui avec des artistes comme autrefois avec des étudiants -, le parcours accueille une sélection d’œuvres des artistes et chercheurs qui composent le collectif Suspended Spaces auquel Marcel Dinahet participe depuis 10 ans.

      Autour de l’exposition, la programmation culturelle fera en particulier écho à l’action menée par l’artiste dans le cadre de l’association Finis Terrae qui accueille en résidence de jeunes artistes internationaux, des écrivains, des critiques d’art, au Sémaphore de l’Île d’Ouessant.

      Une monographie éditée par le Frac Bretagne accompagne l’exposition et sortira à l’automne 2019. Elle comprend des textes de Jean-Marc Huitorel, Françoise Parfait,
      Dominique Abensour, Tanguy Viel et Sophie Kaplan ainsi que de très nombreuses illustrations en couleur.
      Le graphisme est signé Jocelyn Cottencin.

    • Galerie de Rohan
    • 2019
    • Christelle Familiari Vincent Mauger
      Promenade sur terre

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/FracB-VisuelLanderneau2019-WEB.jpg
      Christelle Familiari, Vue d'atelier, Peaux, 2019 © ADAGP, Paris 2019 et Vincent Mauger, Sans titre, 2015 ©ADAGP, Paris 2019. Crédit photo : Aurélien Mole
    • 08.06.19 → 03.11.19
      Exposition
      Galerie de Rohan
    • Invités à investir les espaces de la galerie de Rohan à Landerneau, Christelle Familiari et Vincent Mauger développent chacun une oeuvre qui s’inscrit dans les registres de la sculpture et de l’installation. Ils font partie d’une génération d’artistes qui ne se soucie pas de la séparation entre art et artisanat et emploie indifféremment des éléments existants, des objets qu’ils façonnent eux-mêmes ou dont ils confient la réalisation à autrui, au service de leur projet artistique. De même, si leur travail témoigne d’une attention au contexte, il n’obéit pas strictement à la notion d’in situ : chaque proposition ayant la potentialité d’être transposée, réinterprétée pour un autre temps, un autre lieu.

      L’invitation à Landerneau s’est faite sous le signe d’une matière minérale, la terre, la municipalité ayant le grand projet d’ouvrir à la visite pour l’été 2019, une ancienne briqueterie aujourd’hui en l’état de vaste ruine à ciel ouvert. En écho, l’exposition à la galerie de Rohan, présentera un état de la réflexion et des expérimentations des deux artistes entre art, technique et science.

       

      Ils ont en partage la recréation de paysages avec des matériaux et des formes simples, vernaculaires parfois, modulaires souvent. Et cette modularité contient en elle un potentiel d’expansion à l’infini. Détournant et déplaçant les usages de la terre, brique et porcelaine, les deux artistes transforment les espaces de la galerie. Ils ont en commun également de bouleverser des usages, de renverser les modalités usuelles : faire de la brique une paroi horizontale où le geste de détruire construit le paysage, faire d’un maillage de fine porcelaine un paysage d’une souplesse telle qu’elle évoque les « mappings » 3D. Ensemble, ils créent un milieu, une réalité sensible dont chaque visiteur est à même de faire l’expérience, en marchant, en regardant.

    • Artothèque – Galerie Pierre Tal-Coat
    • 2019
    • RENC’ART Jean-Jacques Dournon, Territoires, Traces, Ecritures

    • Rencontre
    • 01.06.19 → 01.06.19
      Rencontre
      Artothèque – Galerie Pierre Tal-Coat
    • Les Renc’arts sont des visites commentées qui vous invitent à prendre le temps de découvrir la démarche de l’artiste et le processus de création. Il s’agit d’un temps d’échanges convivial, ouvert à tous.

      Entrée Libre – 17h

    • Chapelle des Ursulines / Maison des Archers
    • 2019
    • Design – Escales Bretonnes

    • Exposition
    • 01.06.19 → 06.10.19
      Exposition
      Chapelle des Ursulines / Maison des Archers
    • Le terme « design » souvent mal compris, s’étend à plusieurs domaines d’application (design d’objet, design graphique, design d’espace, écodesign etc). C’est une discipline qui se réinvente sans cesse. Pensé pour et par une société, le design est le reflet des usages actuels et souvent futuristes.

      Organisée par la Ville de Quimperlé, en partenariat avec l’École Européenne Supérieure d’Art de Bretagne (EESAB) et la Ville de Landerneau, l’exposition « Design. Escales bretonnes » aborde la question des enjeux contemporains du design liés au territoire breton. En effet, la Bretagne se distingue aussi par sa force créatrice et son esprit d’entreprendre dans l’innovation, particulièrement dans les filières, les matières, les métiers du design.

      Inspirée de la topographie des rias du pays quimperlois, la scénographie propose un point de vue panoramique du design en Bretagne. Prenant la forme d’îles, des escales divisent l’espace en cinq grandes parties : design social, industriel, en lien avec l’artisanat, écodesign, parmi lesquelles la maritimité est plus particulièrement mise à
      l’honneur, péninsularité armoricaine oblige.

      Cet évènement inédit présenté à la Chapelle des Ursulines et à la Maison des Archers rassemble 32 designers, parmi lesquels les créateurs bretons Erwan et Ronan Bouroullec, Florence Doléac, Philippe Daney ou encore Olivier Mourgue.

      De Quimperlé à Landerneau, autant d’escales questionnent les visiteurs sur le rapport étroit qui existe entre la création et les réalités économiques, sociales et environnementales qui l’entourent. Une nouvelle occasion de faire dialoguer patrimoine et ,création contemporaine.

      32 DESIGNERS 26 ATELIERS DE DESIGN

      Steven Akoun – François Azambourg – Ronan et Erwan Bouroullec – Philippe Daney Sylvain Descazot – Romain Diroux (Studio Monsieur) – Florence Doléac – Marion Excoffon – Edgar Flauw – Alban Sébastien Gilles – Kévin Gouriou – Guillian Graves (Big Bang Project) – Victor Guérithault – Jennifer Hardel – Valérian Henry – Manuel Irles – Julie Kelberine  – Sarah Laubie – Manon LeBlanc (Studio Monsieur) – Anne Le Gars – Lucie Le Guen – Céline Merhand (Les M) – Erwan Mével – Antoine Minguy (Kloum) – Anaïs Morel (Les M) – Xavier Moulin – Olivier Mourgue – Owen Poho – Clotilde Pointillat – Bénédicte Rousset (Kloum) – Philippe Starck – Marie Aurore Stiker-Metral

    • GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • 2019
    • Rendez-vous à Saint-Briac, parcours d’art contemporain

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/RDVASB19_ACB.gif
    • 30.05.19 → 02.06.19
      Exposition
      GALERIE DES PETITS CARREAUX
    • Boris Achour, Juliette Agnel, Jean-Marc Ballée, Gilles Barbier, Stéphane Batsal, Léa Bénétou, Bilos, Chantal Blanchy, Etienne Bossut, Pierre Budet, Blanca Casas Brullet, Philippe Chancel, Franck Chalendard, Combo, Sophie Coroller, Stephan Crasneanscki, Benjamin Deroche, Amélie Dubois, Jean-Jacques Dumond, Éditions Antoine & Julien, Lydia Flem, Nicolas Floc’h, Bruno Fontana, Fortuyn O’brien, Pierre-Yves Freund, Gao-Bo, Marie-Laure Gerard Becuwe, Jérémy Gobé, Daiga Grantina, Rune Guneriussen, Ron Hasselden, Kevin Hoarau, Maxime Kerneis,Tarik Kiswanson, Vincent Kolher, Neil Lang, Eugène Lambourdière dit « Maurice », Claude Lévêque, Jonathan Llense, Aki Lumi, Macula Nigra, Christian Maillard, Vincent Malassis, Charlotte de Maupeou, Maya Memin, Gwenn Mérel, Ézekiel Messou,  David Michael Clarke, Paint 3000, Raphaëlle Peria, Fabienne Radi, Esteban Richard, Rochegaussen, Noémie Sauve, Eric Tabuchi, Rika Tanaka, Blair Thurman, Anaïs Touchot, Thomas Tudoux, Charlotte Vitaioli, Pierre Zarcate…

      La quatrième édition de Rendez-vous à Saint-Briac aura lieu pendant le week-end de l’Ascension,

      un rendez-vous incontournable pour ceux que l’art contemporain intéresse, intrigue, passionne…

      Quatre jours durant lesquels le village se met au diapason de l’art contemporain.

      L’occasion de faire une balade dans le joli bourg de Saint-Briac-sur-Mer tout en découvrant les expositions de
      9 galeries d’art contemporain, 5 lieux de diffusion de l’art,1 collection et 1 residence d’artistes qui investissent le temps d’un long week-end, des lieux municipaux comme le restaurant scolaire, l’ancien presbytère, les halles, le couvent de la Sagesse, la chapelle de la Sagesse, le centre d’affaires l’Estran, la Vigie (conférences), ainsi que leJardin Atelier de Monik Rabasté.

      Une offre artistique prestigieuse et abondante, avec toujours plus de galeries…

      L’association Festivart a invité quatre nouvelles galeries : Capsule Galerie, Céline Arnal, Odile Ouizeman et School Gallery / Olivier Castaing.
      En tout neuf galeries s’installent pour le week-end (Françoise Paviot, Melanie Rio Fluency, les petits carreaux, le Moineau écarlate, l’Artichaut galerie). 

      Le retour de plusieurs exposants et une collection privée: 40mcube, lieu de diffusion et de promotion de jeunes artistes, Les Ateliers du Plessix-Madeuc, résidence d’artistes et une sélection des œuvres de la collection Colette Tornier, s’ajoutent aux trois structures de diffusion invitées (Lendroit éditions, l’artothèque de Vitré, Le Village – site d’expérimentation artistique).

    • Archives de la critique d’art
    • 2019
    • Collections suisses d’art graphique

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Critique_sur_le_pouce_CollectionsSuisses-e1557998475550.jpg
    • 22.05.19 → 22.05.19
      Conférence
      Archives de la critique d’art
    • 100/125 : cent ans de la Société suisse de gravure
      lu et chroniqué par Louise Quentel
      /
      Uniques : carnets écrits, dessinés, inimprimés
      lu et chroniqué par Elodie Le Beller

      Le rendez-vous trimestriel de la revue CRITIQUE D’ART à la BU. Une heure le mercredi pour discuter de l’actualité de la littérature critique sur l’art des XXe-XXIe siècles !
      Ces rencontres s’adressent à toutes celles et tous ceux qui souhaitent partager leur goût de la lecture, de l’écriture et de la discussion au sujet des livres sur l’art.

      Mercredi 22 mai 2019 – 13H
      BU centrale Rennes 2
      Salle de rencontres – 1er étage
      Entrée libre

    • Frac Bretagne
    • 2019
    • Nuit européenne des musées 2019 Entrée libre, de 20h à minuit

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/NDM19-Facebook-1200x628px-V2.png
    • 18.05.19 → 18.05.19
      Exposition
      Frac Bretagne
    • Le 18 mai 2019, à Rennes, le
      Frac Bretagne participe à la Nuit européenne des musées et ouvre ses portes gratuitement de 20h à minuit. Découvrez le programme !

       

      Visite libre des expositions Collection. La composante Peintures et Des mots et des choses

      • Tout public
      • Sans réservation

       

      Découverte inédite des réserves

      Le Frac Bretagne ouvre les portes de ses réserves ! À quoi servent-elles ? Lieu de conservation des œuvres, mais aussi d’étude et de recherche, c’est l’espace dans lequel s’effectue le travail d’inventaire et de restauration des œuvres. On y prépare activement les expositions : les réserves sont les coulisses de la collection, le cœur de toute l’activité du Frac Bretagne.

      • Départ à 20h15, 21h15, 22h30, dans le hall
      • Public adulte
      • Dans la limite des places disponibles
      • Réservation conseillée : accueil@fracbretagne.fr

       

      Projections, L’art en personne

      De courts films documentaires en regard des expositions, pour mettre un visage et une voix sur des noms d’artistes croisés lors de la visite des expositions en cours.

      • En continu entre 20h et minuit, auditorium
      • Tout public
      • Sans réservation

       

      Rendez-vous avec un tableau

      30 minutes pour rencontrer un tableau de la collection…

      • Entre 21h et minuit, toutes les 30 minutes, dans les salles de l’exposition
        Collection. La composante Peintures
      • Tout public
      • Dans la limite des places disponibles
      • Sans réservation

       

      Atelier Fait ton portrait abstrait !

      Se sentir rose, adorer porter du orange… Sur les traces de l’artiste allemand Imi Knoebel et ses portraits abstraits de manière farfelue et poétique.

      • En continu de 20h à 23h, salles du service des publics du Frac Bretagne
      • Tout public
      • Dans la limite des places disponibles
      • Sans réservation

       

      Déambulation sonore

      Partager la sensibilité d’un groupe de jeunes face aux œuvres, écouter leur parole secrète, spontanée, à voix haute ou à voix basse. Un dispositif imaginé avec le groupe de participants du projet théâtre, en collaboration avec La Caravane Cie et le Service d’Education Spéciale et de Soins à Domicile (SESSAD) de Chateaugiron (35).

      • À 20h30, rendez-vous dans le hall d’accueil
      • Tout public
      • Dans la limite des places disponibles
      • Réservation conseillée : accueil@fracbretagne.fr

       

      En son quartier du chorégraphe Alain Michard

      Venez vivre une expérience spectaculaire et sensorielle dans le bâtiment du Frac Bretagne et dans son quartier  : un parcours où se mêlent le sensible, l’imaginaire, le jeu et la fiction.

      Conception et chorégraphie : Alain Michard
      avec Guiomar Campos, Alain Michard, en collaboration avec Fanny Gicquel
      et avec la participation de Candice Labrousse, Hugo Le Fèvre et Sarah Lemay

      Production LOUMA
      Avec : Frac Bretagne, Les Champs Libres, Les Tombées de la Nuit – Rennes
      Partenaire : École Européenne Supérieure d’art de Bretagne, site de Rennes (EESAB)
      Soutien : Ville de Rennes
      LOUMA est soutenue par le Ministère de la Culture-DRAC Bretagne, Région Bretagne, Ville de Rennes

      • Deux séances : 15h et 21h30
      • Se présenter 15 minutes avant la représentation
      • Tout public, dès 8 ans
      • Dans la limite des places disponibles
      • Réservation conseillée : accueil@fracbretagne.fr

       

      Restaurant

      Venez déguster des galettes et des crêpes entre deux animations dans l’espace du restaurant. Pour une ambiance festive, les 3 DJ : 8ft, DUPONT DJ set et Tordeonde viennent mixer durant la soirée !

      • Tout public
      • Restauration en continu de 20h à 23h30

    • 40mcube
    • 2019
    • Suave Sueur. Morgan Azaroff, Lucie Férézou, Léo Fourdrinier, Louise Mervelet.

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/40mcube_hubhug_suavesueur_3.jpg
    • 18.05.19 → 26.05.19
      Exposition
      40mcube
    • 40mcube présente l’exposition Suave Sueur, qui réunit Morgan Azaroff, Lucie Férézou, Léo Fourdrinier, Louise Mervelet, artistes lauréats de GENERATOR #5, formation professionnelle pour laquelle ils ont passé sept mois à Rennes. L’exposition donne à voir leur travail respectif et une articulation de leurs œuvres créées simultanément et côte à côte durant ces sept derniers mois.

      Les artistes Morgan Azaroff, Lucie Férézou, Louise Mervelet, Léo Fourdrinier, lauréats de GENERATOR #5, ont passé sept mois à Rennes pour développer leur pratique artistique, produire des œuvres, élargir leur réseau et apprendre les bases juridiques, administratives et comptables. À l’issue de ce temps de travail, ils proposent Suave Sueur, une exposition donnant à voir leur travail respectif et une articulation de leurs œuvres créées simultanément et côte à côte durant ces sept derniers mois.

      L’énergie, la sensualité, la générosité, la technicité sont autant de moyens différents pour aborder la sculpture. De l’ambiguïté à la magie, l’exposition Suave Sueur réunit les propositions de Morgan Azaroff, de Lucie Férézou, de Léo Fourdrinier et de Louise Mervelet.

      Morgan Azaroff était stressé, mais pour cette exposition au HubHug, il va mieux.

      Lucie Férézou travaille sur la subjectivité du paysage à travers la sculpture et l’installation, entre résonance de la matière et une certaine esthétique des couleurs.

      Louise Mervelet situe son travail dans le champs de la culture pop. « Criard, putassier, vulgaire, glamour, théâtral, frivole, superficiel, grossier, outrancier, exagéré, futile », telle est sa devise.

      Léo Fourdrinier explore les tensions d’une paranoïa contemporaine à travers un espace domestique et mythologique.

    • Artothèque – Galerie Pierre Tal-Coat
    • 2019
    • Jean-Jacques Dournon, Territoires, Traces, Ecritures

    • Exposition
    • 11.05.19 → 21.07.19
      Exposition
      Artothèque – Galerie Pierre Tal-Coat
    • Pas de concept mais du senti et du ressenti dans cette présentation des œuvres récentes de l’artiste. Une invitation à venir partager les sensations du peintre face à l’actualité mondiale.

      Les notions de Territoires, de Traces, d’Ecritures prennent vie et apportent un nouveau regard sur ce qui se passe aux frontières de l’Humanité de l’Humain. Un témoignage d’une extrême sensibilité mais aussi un cri d’angoisse et d’amour.

    • L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2019
    • Marine Provost, Tu vois-tu ?

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/lumière.jpg
    • 10.05.19 → 22.06.19
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • La pratique artistique de Marine Provost est étroitement liée à la perception du quotidien, à l’influence qu’a notre environnement sur ce que nous sommes. Les matériaux, les outils qui lui servent sont ceux qui se trouvent au sein du lieu où elle se trouve. Son travail répond cependant toujours à une logique esthétique propre à l’abstraction géométrique et à son histoire.

      Les objets qu’elle exploite sont systématiquement sortis de leur fonction première. Ils sont considérés pour leur matérialité et le potentiel que celle-ci offre, au service d’une pensée plastique.

      Pour cette exposition, c’est une forêt de sculptures revêtues de franges colorées qui s’offrent au regard du visiteur. Dans un équilibre instable, elles basculent sans jamais tomber.

      Une bande sonore propose le résultat des recherches de la NASA pour capter les vibrations électromagnétiques présentes à proximité des planètes de notre système solaire.

      A travers cette exposition, c’est toute la magie de l’œuvre de Marine Provost que l’on explore. On croit entendre une aération, un sèche-linge ou un aspirateur alors qu’en réalité on écoute le Cosmos. On croit voir une œuvre d’art, alors qu’on regarde un similicuir de voitures des années 1950 et une brosse de lavage. Dans l’œuvre de l’artiste Marine Provost, tout est une question de point de vue et de sensibilité.

      « Marine Provost dédramatise ainsi la fonction de l’art, le syndrome de l’œuvre d’art originale et inspirée. Elle pose les règles d’un jeu désinvolte en apparence, entre vandalisme et évidente beauté qui nous aurait échappé. »

      Extrait du texte de Sandra Doublet à l’occasion de l’exposition « Le cœur des collectionneurs ne cesse jamais de battre », 2018, Nantes.

    • Galerie Art & Essai
    • 2019
    • Le cristal qui songe

    • Exposition
    • 09.05.19 → 06.06.19
      Exposition
      Galerie Art & Essai
    • François et Bernard Baschet, Cécile Beau et Emma Loriaut, Dominique Blais, Thomas Brun, Julien Discrit et Thomas Dupouy, Guillaume Gouerou, Angélique Lecaille, Julien Nédélec, Marion Auburtin et Benjamin L. Aman, et une sélection de minéraux inspirée du « Poème des pierres précieuses » de Marbode de Rennes

      Commissariat : Damien Simon

      Cette exposition s’inspire et emprunte son titre au roman de science-fiction de Theodore Sturgeon, paru en 1950 aux États-Unis, dans lequel il est question d’étranges cristaux vivants, provenant d’un autre monde, capables de générer en rêve des êtres organiques.
      Le roman puise, pour partie dans un imaginaire collectif, un réseau des croyances selon lesquelles certaines pierres, cristaux, météorites seraient dotés de vertus ou pouvoirs magiques. Un imaginaire diffus, kaléidoscopique, partagé dans le temps et l’espace par de nombreuses sociétés, qui offre la possibilité de mettre à profit les outils de la transtextualité pour convoquer les figures d’Ernst Chladni, Marbode de Rennes ou encore Jack London. Une exposition laissant place à l’imaginaire, conçue un peu à la manière des « trois petits chats », comme un roman à tiroirs où chaque tiroir aurait un double-fond. 

      L’exposition « Le Cristal qui songe » est co-produite par le Bon Accueil – lieu d’art sonores et la Galerie Art & Essai de l’Université Rennes 2, avec un prêt de l’Université Rennes 1 – Collection de Géologie et le soutien du Conseil régional de Bretagne.

    • Galerie Art & Essai
    • 2019
    • project room : Nelson Aires, Mappam

    • Exposition
    • 09.05.19 → 06.06.19
      Exposition
      Galerie Art & Essai
    • Réalisée en collaboration avec l’espace d’exposition X³ 2, cette project room présente une grande installation picturale de l’artiste d’origine portugaise Nelson Aires (né en 1981).

    • Galerie Raymond Hains
    • 2019
    • Conférence-Sandwich de Paul Cottin à 12h15

    • Conférence
    • 07.05.19 → 07.05.19
      Conférence
      Galerie Raymond Hains
    • Dans l’histoire des ouvrages destinés à l’enfance et à la jeunesse, ceux illustrés par la photographie, viennent rarement à l’esprit. La richesse et la diversité de cette production mérite pourtant qu’on s’y intéresse, d’autant que de grands noms de la photographie ont été des acteurs de cette production : Balthasar Burkhard, Claude Cahun, Robert Doisneau, Duane Michals, Sarah Moon, Alexandre Rodtchenko, Cindy Shermann, William Wegman… (…) Les photographes ne sont pas les seuls a s’être saisi de l’outil photographique pour produire des œuvres à destination de l’enfance et la jeunesse. Cela concerne également des personnalités du monde de l’art. Au-delà de la caractéristique internationale et ancienne de cette production, ce qui surprend est la grande diversité des formes, des écritures et l’entremêlement des modes d’expression, entre photographie, texte, graphisme, montage. C’est à la découverte d’une part de cet univers d’une grande liberté de ton et de forme que se propose de partager cette conférence.

      Paul Cottin a effectué un parcours professionnel au sein du monde de l’art et de la culture, entre théâtre et photographie. C’est à La Filature, Scène Nationale de la ville de Mulhouse qu’il intègre son intérêt ancien pour la photographie à son parcours professionnel. Pendant dix ans, de l’ouverture de La Galerie de La Filature consacrée à la photographie, à son départ pour fonder et diriger le Centre d’Art GwinZegal, il conçoit une cinquantaine d’expositions, d’André Kertész à Jacob Holdt, en passant par Sonja Braas, Sven Johne, Nathalie Czech, Kenneth Josephson, Malick Sidibé, Jan Svoboda, Jakob Tuggener…