• Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2022
    • Dialogue entre Françoise Pétrovitch et Philippe Piguet

    • Conférence
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Petrovitch-Francooise-Aveuglee-2020-huile-sur-toile-160-x-130-cm.-photo-A.-Mole-Courtesy-Semiose-Paris-scaled.jpg
    • 08.04.22 → 08.04.22
      Conférence
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Françoise Pétrovitch est une artiste plasticienne née en France en 1964 à Chambéry. Elle travaille le dessin et la peinture, ainsi que la céramique et la vidéo.

      Né en 1946, Philippe Piguet est historien, enseignant et critique d’art. Il collabore à la revue L’OEil depuis 1985, ainsi qu’au magazine Art Absolument depuis sa création en 2002, et il enseigne à l’ICART (Institut Supérieur des Carrières Artistiques) à Paris depuis 1986.

      « Si le dessin est le vecteur cardinal de la démarche de création de Françoise Pétrovitch, l’artiste l’exerce à l’ordre de toutes sortes de médiums, de supports, de matériaux et de formes. Elle le met à l’épreuve de pratiques très diverses – peinture, scultpure, céramique, vidéo, etc. – avec une totale maîtrise en quête d’images inédites, tout à la fois étranges et familières. Aussi le monde qu’elle révèle ne manque jamais de nous interpeller parce qu’il nous renvoie à notre propre histoire, notre propre condition. »

      Ph. P.

    • Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • 2022
    • Portes Ouvertes des ateliers d’artistes de Gabrielle Kourdadzé et Cléo Garcia Leroy 

    • Rencontre
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/Sans-titre-1.png
    • 26.03.22 → 26.03.22
      Rencontre
      Les Ateliers du Plessix-Madeuc
    • Gabrielle Kourdadzé et Cléo Garcia Leroy

      Gabrielle Kourdadzé et Cléo Garcia Leroy, les deux artistes en résidence à Saint-Jacut-de-la-Mer présenteront les œuvres réalisées jusqu’à ce jour durant leurs résidences de 6 mois qui s’achèvera le 30 juin 2022. Le travail de la première se déploie autour de la technique du dessin réaliste à l’encre en multiples portraits, tandis que la deuxième œuvre à une peinture du corps où la figure s’éclipse.