• Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2022
    • Beaux jours

    • Exposition
    • 26.06.22 → 28.08.22
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Estelle Chaigne, Léa Bénétou, Jean-Guy Coulange

      Estelle Chaigne

      Faire feu

      Galerie Laizé

       

      L’exposition de l’artiste Estelle Chaigne est le résultat d’une résidence de création sur le territoire de Couesnon Marches de Bretagne depuis l’automne 2021. Pour ses recherches, elle s’est intéressée à la chasse. Grâce à un procédé original, l’artiste redéfinit le geste du tir pour le considérer comme une action artistique et poétique. Elle propose aux chasseurs de tirer sur des boîtes noires dans lesquelles sont disposés du papier photosensible, c’est le procédé du sténopé. Une fois révélé, le papier fait apparaître une constellation de portraits de tireurs et de paysages. Elle ramène alors la chasse à une activité photographique dont la cible n’est plus l’animal mais la chasse elle-même. En parallèle, l’artiste a aussi proposé aux bénévoles et salariés des médiathèques et bibliothèques de Couesnon Marches de Bretagne un atelier de photographie expérimentale. Les productions issues de ces expérimentations forment une exposition itinérante qui sera visible dans ces espaces culturels.

      Projet soutenu par le Département d’Ille-et-Vilaine dans le cadre du dispositif FAAT (Fonds d’Accompagnement Artistique Territorial)

       

      Léa Bénétou

      Plan d’ensemble

      Parcours A ciel ouvert

      L’artiste Léa Bénétou a invité huit résident.e.s du foyer de vie de Bazouges à photographier les bâtiments de leur quotidien sous différents angles. Les clichés obtenues lors de ces prises de vues ont été imprimées en noir et blanc pour servir de base de travail à la réalisation de dessins. Pour faciliter le report des dessins en mosaïque sur des grilles de montage, les croquis ont été faits sur des feuilles quadrillées. L’ensemble des mosaïques réalisées par les résident·es a ensuite été assemblé pour former un plan fictif du foyer de vie. Ce plan a été installé sur un des murs extérieurs de la commune de Bazouges-la- Pérouse.

      Projet soutenu par la DRAC Bretagne dans le cadre du dispositif Culture/santé

       

      Jean-Guy Coulange

      Sillon

      Sémaphore de la pointe du Grouin

      De la fenêtre de son appartement malouin, tel un ornithologue caché dans son poste d’observation, Jean-Guy Coulange a observé, enregistré, photographié et dessiné les sons et les mouvements de la mer, les voix et les postures des marcheurs. Il a sillonné de bout en bout tous les angles de sa fenêtre comme le peintre qui négocie l’ensemble de sa toile. Cadre ou châssis, cette ouverture vers l’extérieur était le champ de bataille de l’artiste où les couleurs, les formes, les bruits et les corps formaient un tout changeant qu’il a saisi de l’aube au crépuscule à l’aide de son pinceau, de son appareil photographique et de son micro.

      Projet soutenu par le Département d’Ille-et-Vilaine et la RTBF.

    • Le Village, site d’experimentation artistique
    • 2022
    • Belle saison

    • Exposition
    • 20.03.22 → 29.05.22
      Exposition
      Le Village, site d’experimentation artistique
    • Vincent Escalle, Myriam Ingrao, Mael Le Golvan

      Mael Le Golvan

      Les contemplateurs

      Parcours A ciel ouvert

      En 2019 et en 2020, Maël Le Golvan a mené un atelier photographique avec des résidents du foyer de vie de Bazouges-la-Pérouse. Tels des scientifiques voyageurs, ils ont contemplé le paysage qui les entoure à travers des expérimentations optiques. Pendant le temps de cette immersion visuelle singulière, cette nature et cet environnement familiers se sont transformés en objets d’analyses propices à la création d’instruments et d’installations optiques ludiques et expérimentales. Cette approche particulière du paysage a amené les résidents à appréhender leur environnement de manière différente et ainsi se réapproprier leur lieu de vie. Les photographies réalisées sont installées à l’extérieur dans l’enceinte du foyer de vie. Cette restitution accessible à tous rend compte grâce à l’illusion d’optique des différentes manières d’appréhender les thématiques du portrait et de l’autoportrait.

       

      Vincent Escalle

      Archéologie d’un tronc

      Parcours A ciel ouvert

      En 2021, la commune de Bazouges-la-Pérouse abat un tilleul qui s’apprêtait à s’effondrer sur des habitations. Afin de le réhabiliter, elle suggère au centre d’art de le récupérer et de le proposer à un sculpteur. L’artiste rennais Vincent Escalle accepte l’invitation. Il sculpte une partie de ce tronc en suivant un protocole qu’il développe depuis quelques années : révéler par la taille la forme interne de l’arbre pour mieux connaître son histoire. Ce travail assimilable à celui d’un archéologue permet de comprendre les différentes étapes de la vie d’un végétal. En faisant apparaître les cernes par la taille, l’artiste donne l’impression qu’elles se sont déployées telles les tubes d’une lunette télescopique comme si le temps en s’étirant avait atteint les origines de l’arbre.

       

      Myriam Ingrao

      La nuit des choses

      Galerie Laizé

      Myriam Ingrao réalise des univers archéologiques factices détachés de tout repère spatial et temporel. Des dessins et des gravures aux paysages cosmiques et minéraux échangent avec des installations où le bois est à la fois socle et sculpture, matériau brute et façonné. Les formes en terre crue qui simulent la pierre les soulignent de leurs courbes gracieuses tout en créant une rupture entre le naturel et l’artificiel. Cet antagonisme renvoie au paysage fabriqué sculpté ou peint et met en tension deux principes opposés chers à l’histoire de l’art : le fictif et le réel. Ainsi, tels des découvertes archéologiques muséifiées, les mondes illusoires de Myriam Ingrao sont figés et laissent croire à des activités humaines et végétales antérieures. Le visiteur est en permanence questionné par ces installations ambivalentes où le faux exhorte le vrai et le vrai convoque le faux. Ce jeu de va-et-vient renvoie également aux relations étroites qu’entretiennent le passé et le présent, l’archéologie et l’art contemporain.