• L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2020
    • Mathilde Rives, L’horizon de la ligne

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/visuel-entier.jpg
    • 07.09.20 → 09.10.20
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • Mathilde Rives interroge les rapports entre langage et image par le biais du dessin. A L’aparté, elle déploie dans l’espace d’exposition, comme dans l’édition qui l’accompagne, l’histoire d’une société où la communication a pris le pouvoir.

      Le langage n’est plus un outil, ni un moyen, mais une réalité autonome, un phénomène indépendant : toutes les paroles prononcées prennent forme, se matérialisent, et occupent l’espace. Les fautes (d’orthographe, de prononciation, d’accord) se réalisent tout autant. Les expressions et les métaphores ont peu à peu disparu des conversations. La parole doit être efficace et ciblée. Ainsi, les individus, par manque de place, ne se parlent plus ou peu. C’est un monde où les individus croulent sous le poids des mots, ils sont empêchés d’agir. La pensée se cogne, se heurte à toute cette accumulation.

      Nous voilà dans un monde compliqué. Le seul avenir envisageable est donc en toute logique, un futur compliqué. Mais quelqu’un a entendu dire qu’il existerait un futur simple. L’enjeu est là : faire basculer le futur compliqué vers le futur simple. Mais comment s’y prendre pour dévier le futur ? Quels moyens, quels outils, quelles techniques, quelles formules, quels rituels utiliser ? Le bruit court qu’il faut le remettre dans le bon sens.

      Mathilde Rives nous fait assister au moment invraisemblable de la découverte de la possibilité du futur simple. Elle creuse explicitement la question du langage en image, et questionne sa place dans la société.

      Exposition organisée dans le cadre du PAZAPA BD « Nos futurs » de Montfort Communauté programmé du 1er septembre au 14 novembre 2020. En partenariat avec l’association Le Chantier et le réseau des médiathèques Avélia.

    • L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2020
    • Exposition Quentin Montagne, “Il est, au pays d’Hémonie, une région boisée…”

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/RapahelUrbinas_2019web.jpg
      Quentin Montagne, Raphael Urbinas, 2019. Illustrations découpées et collées sur papier, 80 x 60 cm.
    • 04.07.20 → 30.08.20
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • Quentin Montagne sélectionne dans les champs de l’Histoire de l’art, de l’architecture et de la culture de masse, des éléments liés au Merveilleux. Un terme à entendre comme tout ce qui se rapporte, pour l’individu, aux différents modes d’évasion du réel immédiat, ce qui inclut la religion comme le cinéma ou l’utopie. Bien qu’il utilise essentiellement la peinture, le dessin et le collage, Quentin Montagne ne cherche à privilégier aucun medium, sinon l’exposition comme mise en œuvre d’articulations possibles entre ses travaux.

      Pendant cinq ans, son travail s’est focalisé sur l’univers subaquatique et l’un de ses principaux médias, l’aquarium. Plus qu’un dispositif populaire, scientifique ou de loisir, cet objet se caractérise par des mises en scène où règnent l’anachronisme et l’hétérogénéité. Ses recherches le portent aujourd’hui vers les représentations de la nature et, plus largement, à questionner les rapports que l’homme entretient avec le monde sauvage.

      Au départ, il n’est question que de ruines. Des ruines classiques, pittoresques. Des sortes de caprices, des paysages fantasmés par le dessin et le collage. Au fur et à mesure, ces ruines se sont faites de plus en plus modernes, de plus en plus récentes. Toujours nourris de visions romantiques, environnés d’une végétation luxuriante, des blocs de ciment et d’acier se sont comme imposés sous la plume de Quentin Montagne. Une manière peut-être pour l’artiste de réconcilier ces deux univers a priori antithétiques que sont la modernité et le monde naturel ?

    • L’aparté, lieu d’art contemporain
    • 2020
    • Dorian Cohen, nous danserons un jour ensemble

    • Exposition
    • https://www.artcontemporainbretagne.org/wp-content/uploads/dorian_cohen1.jpg
    • 31.01.20 → 27.03.20
      Exposition
      L’aparté, lieu d’art contemporain
    • En résidence du 18 novembre 2019 au 31 janvier 2020

      Exposition du 31 janvier au 27 mars 2020

      Du lundi au vendredi de 13h30 à 17h30

      Vernissage le vendredi 31 janvier à 18h30

       

      Dorian Cohen s’intéresse, par le biais d’une peinture figurative réaliste, à ces lieux publics banals, ces urbanités, ces architectures, ces jardins, là où le beau n’est pas une évidence là où ni même le laid n’est flagrant. Il s’attache à révéler ces espaces contemporains à travers l’anachronisme d’une image peinte de tradition classique.

       

      A L’aparté, Dorian Cohen présente nous danserons un jour ensemble, une série de peintures inédites dans lesquelles les arbres semblent nous inviter à danser. Comment redonner de l’humanité aux arbres ? Et si les arbres dansaient ? Rêverie ou justesse du regard ? L’arbre tant représenté en peinture, cet être majestueux et vulnérable à la fois, devient acteur de ses tableaux.

       

      En observant les arbres de Dorian Cohen, nous pouvons prendre conscience des capacités, tel que l’affirme le botaniste Francis Hallé*, des arbres à communiquer entre eux. Leur courbure et leur échange nous incitent à nous allier, êtres humains, à cette communion.

       

       

      * Plaidoyer pour l’arbre, Ed. Actes Sud, 2005.